Mal, Justice, Evolution

Vu le questionnement de certaines personnes, il me semble judicieux de rappeler certaines choses afin que soient perçues quelques subtilités fondamentales au sujet de l’évolution (personnelle ou générale) et de ce qui l’entrave…

Tout d’abord, et je m’en suis déjà longuement expliqué, il ne faut absolument pas faire de comparaisons entre les êtres (ce qui dénoterait par ailleurs déjà un sentiment négatif sous-jacent…) : la démarche et le cheminement de l’un est absolument différent de celui d’un autre! Et, comme en toutes choses, il existe des premiers de classe et d’autres qui sont à la traîne. Qu’importe cependant : ne sommes-nous pas destinés à atteindre le même état d’épuration, de transfiguration et de transformation ? Aucune essentialité ne doit dès lors, si on comprend ceci, se focaliser sur telle ligne temporelle ni sur l’incapacité (ponctuelle) qu’ont certains pour nager à contre courant de l’esprit du monde. Pas plus qu’il ne faille s’interroger sur l’aptitude qu’ont d’autres frères et soeurs capables de contenir ce qui opprime leur structure ! Se réjouir de ce dernier aspect serait du reste bien plus approprié…

Dans le même ordre d’idée, et afin d’aller plus loin, quel est l’intérêt de lancer des anathèmes face à la noirceur de nos sociétés, voire à l’encontre de certains qui les dirigent (en pleine lumière ou de manière plus voilée) ? Le cheminement lumineux d’un homme se reconnaît également à sa faculté pour comprendre les causes et les raisons de tant de ténèbres (extérieures ou intérieures)… En conséquence, ceci étant acquis, celui qui souhaite évoluer se gardera d’ajouter son propre blâme personnel aux multiples injustices qui gangrènent nos civilisations ou le coeurs de certains frères et soeurs humains ! Bien mieux : il cherchera, selon ses dispositions, charismes et possibilités, à orienter sa nature et sa conscience (et donc celle de tous ceux qui l’entourent qui, inévitablement, se questionneront un jour…) vers davantage de Compassion, d’Harmonie et de réelle Fraternité…

Le sage ne s’apitoie pas sur les abjections commises sur Terre : il prend en pitié leurs auteurs (car il connaît les causes réelles de la déchéance mondaine) et s’évertue à rendre meilleur ce Globe (de quelque manière que ce soit) ! En outre, il ne condamne pas, ni ne lance des malédictions envers quiconque, bien au contraire : il se donne les moyens d’évoluer en profondeur (toujours avec patience) tout en priant et en OFFRANT ses oeuvres, ses paroles, ses écrits, ses pensées pour que progressent la solidarité entre les êtres, la Connaissance et le véritable pouvoir de changer le paradigme ambiant… Priez pour vos ennemis, disait le Christ.

Ce pouvoir d’agir sur les choses, et là blesse le bât dans nombre d’esprits, n’est en rien similaire à ce que s’imagine le (trop) grand nombre… Pour m’en expliquer je me dois de revenir à la notion de Justice.

Notre Sphère est habituée, hélas, au développement du mal, à son expansion, à sa triste concrétisation. Et depuis très longtemps. Cependant, d’un point de vue global, nul n’oserait prétendre qu’il n’y a pas de changement positif par rapport à d’autres siècles. Certes, la misère est encore présente, douleurs, angoisses et peurs la suivant de près. Pourtant… On ne saurait comparer notre ère, que ce soit au niveau technologique, au niveau des valeurs ou de l’accent placé sur une certaine solidarité, avec d’autres époques. Il y a, malgré d’immenses lacunes, un progrès certain. Si, pour certains, les choses semblent ne pas s’acheminer dans la bonne direction c’est surtout parce qu’ils se méprennent sur le sens même du mot évolution (qu’elle soit personnelle, sociétale ou spirituelle) et que leur impatience ne parvient pas à combler ce qui se doit, ou qu’elle souhaite le faire de manière inappropriée…

Reste que la raison elle-même peut parvenir à faire comprendre certaines choses… Comment donc ce Monde pourrait-il cheminer vers plus de perfection alors que ceux qui le foulent sont, pour la plupart, sous le joug de leur imperfections et sous celui de ceux qui, depuis le début, les attisent ? En est-il qui pensent modifier le paradigme global sans que s’illuminent PROGRESSIVEMENT les coeurs ? En vérité, si la noirceur est si intense ici-bas cela tient au fait que nombre d’êtres sont toujours dans l’ignorance et, de ce fait, répètent constamment les mêmes erreurs, fut-ce sous des formes différentes: le serpent se mord donc la queue. Cercle vicieux dont il est délicat de s’extirper puisque le désespoir vient souvent le consolider…

Ce point est essentiel, car la perpétuation des méprises, l’incompréhension face à ce qui apparaît souvent comme de l’injustice (envers soi ou au sein du Monde) accentuent également des réflexes et des réponses inadéquates chez ceux qui sont incapables de percevoir les justes et saines réponses, les causes, le pourquoi… La tentation est donc grande (surtout, comme écrit plus haut, si l’ignorance est couplée à l’impatience) de vouloir « faire justice » par soi-même ! Pour l’écrire autrement, d’aucuns estiment que la fange qui englue la communauté humaine peut et doit être dissoute de façon violente et agressive. D’où les appels, les attitudes, les exhortations à un grand « coup de balai » généralisé… Reste que si le fond peut se comprendre, la forme ne correspond aucunement au cheminement préconisé par la Tradition hermétique, voire à celui de tous les Sages, Guides planétaires ou Dieu Lui-même (si on est chrétien)…

Ecrivons donc à nouveau ce qui doit l’être : on ne combat pas le Mal par le mal !!! Il n’y a ici AUCUNE possibilité de victoire… Celui qui le pense et agit en ce sens ne peut que s’assombrir lui-même et ressembler à ceux qu’il combat. Vouloir extirper définitivement les ténèbres en utilisant les mêmes armes est un non sens évolutif : si même une victoire ponctuelle devait survenir, on aura certes annihilé certains pouvoirs et êtres, mais l’attitude manifestée pour ce faire n’aura fait de ceux qui en usèrent qu’une autre forme malsaine : on aura simplement remplacé les vaincus…

L’injustice ne se résout pas en oeuvrant par du ponctuel (fut-il adéquat et déterminant) mais sur le long terme et, surtout, dans ce qui fonde et peut transcender l’homme : le coeur ! Le problème n’est donc pas tant l’inégalité (des conditions de vie, des richesses) le soucis se situe au niveau d’abord de notre réaction face à ces réalités et, ensuite, à l’aune de nos désirs, capacités et travaux pour aider au changement global de mentalité. DE MANIERE SAINE : c’est-à-dire sans excès et, surtout, avec patience…

L’adage populaire dit d’ailleurs à juste titre que la patience est une vertu… On peut donc certes s’insurger face à l’injustice, mais il s’agit surtout de la combattre JUSTEMENT et DURABLEMENT ! Au vu de l’histoire humaine, cela ne peut donc qu’être une oeuvre de longue haleine qui peut, certes, subir quelques soubresauts ici ou là de manière spasmodique (lorsque la fausseté ou l’indignation sont trop criantes ou qu’une situation d’urgence s’impose pour, par exemple, protéger notre intégrité physique ou celle d’autrui) mais en aucun cas on ne saurait détruire en profondeur les racines du mal sans s’attaquer ADEQUATEMENT aux causes…

Une chose fondamentale doit être assimilée : en ce qui concerne l’application du mal par les hommes, elle est dépendante (encore et toujours) de l’ignorance ! Méconnaissance par rapport au Lois fondamentales de l’Univers : qu’elles soient karmiques ou liées à l’après-vie… Il y a en effet une plus grande liberté d’action méphitique en celui qui ignore ou réfute une rétribution ultérieure ! Quiconque estime qu’il ne sera pas « tué par l’épée » alors que lui-même usa d’un tel mode d’éradication, peut réellement (vu ses lacunes structurelles) se penser libre d’agir en fonction de tous ses instincts primaires…

On le voit donc : axer notre action sur la diffusion de la Connaissance (des Principes, Règles et Normes) est une tâche des plus fondamentale, car cela permet d’apporter des éclaircissements sur l’aspect solidaire des êtres, sur le Karma général et sur les conséquences qui en sont issues. Au plus la connaissance de la Cause (et des Règles qui en découlent) sera répandue (et démontrée en actes…) et plus s’ouvriront les consciences humaines !

Si on saisit ceci, on comprendra également pourquoi l’éradication du mal (au niveau planétaire et métaphysique) ne peut survenir de manière directe et radicale (sauf lorsque d’exceptionnelles circonstances liées au Plan d’Evolution d’une Planète l’exigent – voir l’histoire de l’Atlantide) ! Les puissances positives (comme tous ceux qui les suivent) ne détruisent pas : elles construisent… Et, lorsque la chose n’est cependant plus possible (à l’instar de certaines entités en décomposition qui perdirent leur âme) ces forces lumineuses laissent faire la Nature qui, liée à la Loi Karmique, « recycle » progressivement ce qui n’a pas (ou plus) part avec l’Ordre universel et avec la montée vers l’Esprit. Cet exemple suffit à lui-même pour démontrer qu’il s’agit d’une réalité réellement centrée sur le long terme… Pour ce dernier sujet, encore faut-il néanmoins que ces entités ne puissent trouver dans la faiblesse, les peurs, les doutes, l’ignorance humaine, de quoi les “sustenter”… Autre raison qui milite pour l’importance d’une Connaissance active et pratique permettant l’évolution de la Conscience et, donc, la capacité de se prémunir de ce vampirisme énergétique qui maintient en vie des êtres négatifs en décomposition complète…

Par extension, il me semble important d’insister sur une réalité adjacente : si le Savoir opératif et évolutif n’est pas encore intégré visiblement à l’aventure humaine à un degré global et sociétal (ce qui arrangerait bien des choses), c’est simplement parce que, du fait de la nature erratique de la majorité, cette Connaissance serait irrémédiablement inversée et asservirait plus encore les hommes !!

Ce n’est pas un hasard si la phrase « on ne donne pas les perles aux pourceaux » fut déclamée ! Cela ne signifie évidemment pas que les « pourceaux » n’ont aucune valeur, loin de là (nous avons tous une valeur identique) mais la chose exprime une limite : l’appréhension, la compréhension et l’activation de Forces qui, certes utilisées par une âme noble et sur le chemin offrent des avantages conséquents pour purifier sa structure peut inversement, pour les méconnaissants, générer le risque d’une déviation conséquente et manifeste qui, comme en Atlantide, est à même de compliquer voire freiner le Plan d’évolution planétaire… Encore un exemple de patience et de sagesse sur lequel il conviendrait de porter la plus grande attention !

Tout ceci étant écrit, on comprendra dès lors pourquoi c’est à CHACUN, personnellement (dans sa sphère et selon ses moyens) de comprendre, de croire, d’évoluer et, enfin, de partager ce que la Providence lui accorde ! Ce n’est qu’ainsi, mais très progressivement, que la Noirceur (sous toutes ses sinuosités) disparaîtra… Petit à petit. Car s’il est vrai que le Mal n’est pas conscience et ne peut agir que PAR et DANS les consciences : trouver et vivre dans la véritable Conscience (qui est Dieu en nous), s’y unir, s’y transfigurer, ne faire qu’un avec Elle, est donc le seul et immuable moyen (hautement contagieux et exponentiel) de faire cesser l’injustice qui se décèle, s’exprime, se concrétise et se révèle sur notre Sphère…

Lorsque ceci sera d’actualité au niveau mondial, de façon acceptée ou en obligeant au choix (la poursuite de l’évolution de grands Etres dépend de la nôtre…), alors la grande leçon de notre Temps sera apprise…

En attendant chacun s’appuiera sur cette vérité : TOUTE EVOLUTION PERSONNELLE VERITABLE EST UN PAS DE PLUS POUR L’HUMANITE ENTIERE !

Et comme le disait le Christ (ailleurs que dans l’Evangile) : « Tout ira bien » !!

A terme…
Confiance.

Thot Theurge

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mal, Justice, Evolution

  1. Jean-Pierre dit :

    Cher Thot,
    Il s’agirait donc, d’un « tendre la joue gauche » au mal… Mais ce sentiment, apparemment très élevé, ne se révèle-t-il pas paralysant lorsqu’il s’agit de défendre les populations injustement sacrifiées. Je pense aux horreurs actuellement commises par ceux qui se prétendent les « prophètes » d’un Islam conquérant, car là se trouve leur « mission »..que faut-il faire avec eux? ma question n’est pas biaisée, mais ils me semblent assez imperméables aux bons sentiments que nous pouvons développer..
    Merci Thot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *