Marie

Nous vîmes que la Mère, quel que soit le niveau d’appréhension de chacun, reflète l’Intelligence Primordiale[1] sous certaines caractéristiques[2] très distinctes, selon les âges et à travers l’espace. Il est certes incontestable que l’épopée d’Aset et d’Isis sont assez similaires et se confondent même quelquefois, reste que cette thématique indique par ailleurs à quel point cette dite Intelligence précitée S’active afin de pouvoir toucher, au plus près, l’entendement des hommes…

Une trop grande lumière projetée sur ce sujet n’ayant pour résultat majeur que d’aveugler les piètres consciences décentrées que nous sommes, il fut donc nécessaire de baliser une route[3] afin que, par étapes liées au niveau d’éveil général, puisse se polariser en ceux qui le souhaitent un Savoir et des conceptions propres à rapprocher notre engeance sinon du Plan dans son ensemble, au moins de Celle qui, dès l’Origine, L’incarne sous différentes facettes et apparences.

La Pédagogie Divine, et nul ne s’en étonnera, irrigue donc également ce domaine où, du fait de nos diverses résistances, il fut nécessaire qu’elle s’appuie sur des constats et des changements intimes graduels : évitant ainsi que notre nature séparatiste[4] ne se les accapare en les déviant…

Sachant cela on comprendra aisément qu’en réalité, même si notre concours est demandé sur le délicat sentier de l’Émergence, c’est toujours l’Un qui D’ABORD S’offre et c’est, ensuite, à nous d’utiliser ces puissances de développement afin de poursuivre notre essor !

Autrement dit, c’est en permanence l’Esprit, la Providence ou, dans ce cas-ci la Mère, Représentante active de la Loi, qui « descend » jusqu’à notre niveau avec l’espérance qu’Elle puisse ensuite nous relever et, surtout, nous guider au plus près du Brasier sis en notre sein et représentant Son Fils.

En ce sens, l’avènement du culte marial n’est aucunement le fruit du hasard ! Les empires de la terre ainsi que les confessions grandissant à l’intérieur d’eux peuvent naître sempiternellement, ils sont cependant tous voués au déclin une fois que leur nécessité ne sert plus le But Prépondérant.[5]

Reste que les Règles vitales concernant la progression spirituelle de l’Humanité, elles, cheminent sans arrêt au milieu de la société comme faisant partie de celle-ci. Ainsi en est-il aussi de l’Aspect Féminin du Sans Pareil : lequel visibilise, à terme, un complément dynamique autorisant une compréhension supérieure de la part des hommes et, par extension, un « enracinement » de la Vie véritable tout autant qu’une répartition accrue au sein du Monde.

Nous sommes, à nouveau, en pleine Loi Solidaire : car tout ceci, ainsi qu’il fut analysé, sert de surcroît l’Évolution d’Êtres différents…

C’est en utilisant le véhicule de la religion chrétienne naissante que le Modèle Maternel, jamais complètement éteint, illumina à nouveau en profondeur notre Sphère.

On remarquera d’ailleurs qu’en fonction de l’expansion de cette Foi sa latitude atteignit de nombreux rivages géographiques jamais abordés jusqu’alors. Progressive sensibilisation : toujours…

L’exemple le plus flagrant se trouve dans le concept d’Immaculée Conception, lequel tranche considérablement avec les références antérieures[6] puisqu’il implique une Origine, une êtreté « à part », au-delà de la norme usuelle, sans tache d’aucune sorte…[7]

Tout ceci étant en outre dédié à une Vocation où, plus qu’à l’accoutumée,[8] le Rôle éminent de la Mère n’est rien moins que de conduire à Son Fils… Toutefois, au fil des âges, les hommes[9] eurent la capacité de voir qu’en plus de nous guider vers Son Fils, la Mère nous Le donne véritablement ! Au sens mystique du terme…

Un autre élément lié à Marie vit le jour au sein de la chrétienté: le concept eschatologique au sein duquel la Mère aura grande part. Mais nous y reviendrons plus avant.

A l’évidence, la sainte Vierge hérita de tous les Noms dédiés aux anciennes Déesses ! Elle les incarne parfaitement : y ajoutant toutefois une dimension mystique d’envergure ! La Voie qu’Elle propose en effet, bien que passant fort logiquement par nos existences ici-bas, est loin d’être limitée aux notions matérielles ou exclusivement jouissives…

Gardant tout en Son Coeur, comme dit la Tradition,[10] plus qu’auparavant l’accent est-il placé sur une nécessaire (et saine) intériorité ! C’est là que Se dévoile au mieux Celui vers Qui nous mène Sa Compassion.

Cependant, il est clairement avéré que les figures antiques inspirèrent tout de même profondément l’image de la Mère du Christ au sein de la religion de l’empire… Aset et isis apparaissent toujours en filigrane.[11] Les similitudes sont en effet importantes, ce qui se vérifiera d’ailleurs assez rapidement au niveau artistique.

N’oublions pas en outre qu’il était de coutume pour les religions grandissantes de s’approprier, argumentations (parfois) spécieuses à l’appui, les configurations des cultes antérieurs déclinants… La chrétienté n’échappe évidemment pas à cette règle, et verra nombre de sanctuaires païens transformés en églises ou autres lieux sanctifiés.

Mais s’il est exact que Sa Stature de Mère est sans équivoque, c’est-à-dire Révélatrice et Protectrice, Ses Bienfaits éclatent surtout au grand jour sous un angle très spirituel ! Elle donne non seulement l’Existence à Son Divin Fils, Le nourrissant et L’aidant dans sa Tâche, mais en fait identiquement pour nous ! Ses grandes Qualités de soulagement, de consolation, de médiation, de compassion, d’attachement  sont, à l’évidence, une réalité pour toute personne sincère se tournant vers Elle : AU-DELÀ DE LA CONFESSION PERSONNELLE… Il en est d’ailleurs ainsi[12] pour tous les hommes, fut-ce ignoré ou nié, dès la naissance et jusqu’au rendu du Souffle… N’est-elle pas en effet Mère miséricordieuse ?

La Norme dite de la gradualité, inhérente à l’Intelligence, chemine donc au parallèle de l’aventure humaine. Il ne pouvait en être autrement. Pure pédagogie…

Si nul ne peut voir Dieu sans mourir,[13] la chose signifie surtout « mourir avant l’heure impartie »… La symbolique[14] de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du mal, situé tout à côté de l’Arbre de Vie, le manifeste on ne peut mieux : nul ne saurait se nourrir du second Arbre avant un développement structurel progressif nécessitant que meurt le vieil homme !

C’est à cette Transformation que s’emploie Celle qui est proche, et dont la Nature, la Mission, l’Ambition n’auraient pu apparaître directement en totalité… Elle enseigne que l’Oeuvre Divine est Amour, et que telle est également la Voie à suivre et Sa Finalité ! Elle incite en conséquence l’engeance humaine à incarner véritablement Son Enfant : de manière à Le visibiliser peu à peu. Au bénéfice même de ceux qui ignorent ou n’ont cure de la Vérité !

Au sein de l’église catholique romaine, Marie est vénérée avec un culte spécial, appelé par saint Thomas d’Aquin, l’hyperdulie. Le culte d’hyperdulie[15] est le culte rendu à la Vierge Marie, supérieur au simple culte rendu aux saints et aux anges (dulie). Ce terme est également distingué de celui d’adoration (ou latrie) qui ne convient que pour Dieu.

« Au-dessus de la servitude »… Comment mieux désigner l’Être Se situant à l’écart de toute forme de corruption ? N’est-elle pas Celle au Nom de Laquelle les puissances négatives tremblent et ne peuvent résister ?

Elle représente dans notre environnement d’Évolution la Puissance à l’oeuvre au sein de toutes choses et, à ce titre, reçoit le Titre d’Intelligence Divine puisque Son Rôle éminent, au-delà de nous offrir le Fils, consiste à nous conduire à Lui en Le devenant…

((Extrait du livre « La Mère Cosmique et l’Évolution humaine : les Processus de l’Intelligence Divine à travers l’interaction universelle des Consciences » Thot Théurge)

[1] Et à vrai dire unique…

[2] Vibrations.

[3] Temporellement et culturellement.

[4] Ainsi que les Forces nuisibles.

[5] Et celui-ci n’est pas finalisé à notre périple physique !

[6] Aset, Isis.

[7] Il faut ici rappeler que le terme « Immaculée Conception » concerne très spécifiquement la Vierge, et non pas, comme d’aucuns le croient encore, la conception virginale de Jésus-Christ, Son Fils !

[8] Comme ce fut le cas dans l’antiquité.

[9] Qu’ils soient croyants, Initiés, ou simplement de bonne volonté.

[10] Une manière très explicite de spécifier que chaque circonstance et actes de nos passages sur ce Globe doivent être compris, placés en lumière, médités…

[11] Quand ce n’est pas Cybèle, Mater magna, « Mère des dieux »…

[12] D’un point de vue énergétique

[13] A soi…

[14] Qui ne l’est pas totalement…

[15] Du grec ancien hyper (au-dessus), et douleia (servitude).

Ce contenu a été publié dans Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Marie

    • Thot Théurge dit :

      Commentaire vide ???

      • Rafaela dit :

        Oups… j’avais mis simplement une rose, je pensais que ça en disait beaucoup mais ça n’a rien dit lol. Peut-être que les emoticones ne fonctionnent pas. Alors, je vous offre une rose, j’ai choisi celle à la senteur, la beauté et le toucher familier qu’a votre contact, vous conduit au siège de l’Unité, dans l’Harmonie de tout ce qui est et cela en remerciement de ce que vous accomplissez.

  1. Mystere dit :

    Merci beaucoup. Bonne fête à vous !

  2. Sanctus dit :

    Nous devrions tous nous rapprocher de cette Sainte Personne 🙂 Merci.

  3. Striker dit :

    Je vais me procurer votre livre, ca semble intéressant. Vous semblez savoir de quoi vous parlez. Bravo pour tout votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.