Tradition Hermétique et New Age

Il est courant, et malheureusement très fâcheux, que d’aucuns placent sur le même pied Connaissance Hermétique et New-Age. Pourtant, à qui sait le voir, la première à ses sources dans une Histoire du monde très antique et partiellement voilée; alors que la seconde, au contraire, ne cherche qu’à synthétiser différents enseignements qu’elle modèle à sa cause…

De quels enseignements s’agit-il exactement ? Ils sont aussi abondants que divers. c’est dire si la trace d’une stable continuité est infime…

Il y a tout d’abord la Théosophie qui, surtout dès le départ de Helena Petrovna Blavatsky, subit des attaques en règle et un détournement manifeste dont seul peut attester un ego humain imparfait et soucieux de fausse gloire…

On trouve également un mélange de différentes doctrines orientales (hindouiste, taoïstes, bouddhistes), certaines techniques chamaniques épurées de toute ascèse trop contraignantes, du gnosticisme, du druidisme, du paganisme, du yoga, un approfondissement de l’holisme, l’art du voyage astral, la musicothérapie, l’écologie, les médecines douces, le développement personnel, la méditation, le feng-shui, la visualisation, ainsi que des spéculations extraites des travaux occultes de certains auteurs (Papus, Fabre d’Olivet, Saint Yves d’Alveydre, Crowley, et d’autres) : avec tous le dangers inhérents que cela suppose lorsque le Savoir n’est pas soutenu par un réel travail intérieur. Sans oublier les opérations métapsychiques (tel le channeling) dont le socle est le spiritisme et qui, progressivement et paradoxalement, enchaîne les utilisateurs dans la densité dont ils voudraient pourtant s’extraire…

Ajoutons à tout cela l’usage fréquent de drogues ou « outils » divers afin, pense-t-on, d’élargir les perceptions extra-sensorielles, et nous avons donc là une vue d’ensemble assez concrète de ce qu’est exactement cette prétendue néo-spiritualité…

Bien évidemment quiconque collabore, de près ou de loin, à ce mouvement le fait à degrés différents ou pour des raisons qui ne sont pas équivalentes… En outre, il n’y a pas lieu de déplorer ici l’élan personnel (celui-ci témoignant d’une quête individuelle que nul n’a à juger), mais on peut cependant s’étonner des moyens utilisés pour éprouver, au plus vite si possible, des perceptions qui, bien trop souvent, font abstraction de la plus élémentaire sagacité. Certaines méthodes et pratiques nécessitent pourtant un Savoir des plus conséquent afin d’éviter certains pièges… On ne le dira jamais assez, l’ignorance est l’élément sur lequel peuvent fleurir et croître les plus sombres éventualités !

S’il est vrai que la masse est éprise de connaissance (ce dont on peut se féliciter), son ignorance des Lois universelles est néanmoins son point faible, de même que son mépris d’une nécessaire discipline et d’une ascèse permettant, au pire, un discernement des choses (voire des esprits)… Le grand nombre peut donc, éventuellement, accepter la réalité des Mystères, mais il importe hélas pour la plupart que ces dits Mystères ne soient pas trop imperméables et ne demande surtout pas trop d’abnégation ! Reste que cette notion consistant à penser que tout un chacun, sans bagage structurel ou évolution conséquente, peut néanmoins intégrer des domaines que la Loi universelle découvre uniquement à ceux qui le méritent grâce à un travail acharné et un Lien conséquent, est une lacune et une inaptitude que ne cessent de railler les forces séditieuses et déviatrices !

Bouillon de cultures, de potentialités, d’opportunités, de comportements, le New Age se présente donc tel une panacée apte à satisfaire quiconque espère un mieux-être… Mais on parle surtout ici d’un confort DANS cette densité ! Quelques-uns puiseront dès lors des connaissances très terre-à-terre, d’autres s’intéresseront à des procédés énergétiques, de bien-être individuel ou environnemental, alors que d’aucuns discerneront de multiples pistes pour obtenir une spiritualité « à la carte » : si possible exemptée de prescriptions trop rigoureuses, dogmatiques ou strictes. En réalité, si on sait le voir, le New Age chemine en parallèle de notre société occidentale où le consumérisme, la sensation rapide, voire le divertissement culminent avec force. A quelque niveau que soit analysé ce modèle de pensée globale, on ne peut s’empêcher de découvrir qu’il est parfaitement adapté à l’époque actuelle, opérant une sorte de syncrétisme global : un idéal donc très adapté pour tous ceux qui souhaitent dévier et utiliser les Traditions à leur seul avantage…

On peut situer l’émergence moderne du New Age dans les années 1960-1970 : une époque où fleurissent des notions positives (liberté de choix ou de culte, paix, amour, fraternité, découverte de nouveaux horizons en bien des domaines) : tout cela en réaction à un monde qui commence à perdre ses repères (sociaux, humanistes, sacrés). Hélas, comme l’histoire humaine en atteste au plus haut point, cheminer avec de hautes vertus n’est d’aucune utilité si leur application ne jouxte pas également une réelle Evolution de la Conscience : celle-ci s’irriguant alors naturellement aux Lois universelles ! Et ceci sans réfuter, point essentiel sur lequel je reviendrai, l’immanence d’un Principe (que chacun qualifiera comme il veut) transcendant et éternel en l’homme : Principe qu’il importe d’abord de connaître, d’accepter ensuite, et auquel s’unit notre liberté… Car, pour qui l’ignore encore, voilà le but véritable de ce don qu’est la liberté !

Mais de tout cela les adeptes du Mouvement New Age n’ont que faire ! Même s’il est exact que les notions de solidarité ne semble pas absente du débat, il semble que l’impatience, le rejet de tout dogme et l’importance mise sur le ressenti ou sur la vitesse d’un éventuel changement soient, malheureusement, prépondérants. On peut certes remarquer un intense désir d’oscillation positive, mais l’absence de bloc unitaire tels qu’on peut le discerner au sein de toute Tradition est absent et, de ce fait, laisse la porte ouverte au mieux à toutes les interprétations personnelles, et au pire à toutes les déviations potentielles…

Pour établir en profondeur les différence entre le New Age et la Tradition hermétique (voire avec les multiples Tradition fidéistes) il faut en revenir à l’homothéisme…

Fondamentalement ce mouvement syncrétiste, bien que ses membres s’en défendent, est là pour nous annoncer l’âge de l’homme. Mais, et il convient de le saisir, il s’agit d’un homme coupé de toute transcendance véritable ou détourné de celle-ci ! Ce n’est en effet pas assez d’insister sur le « dieu en soi », encore faut-il associer cette réalité à un ensemble de Normes, de Règles, de Lois, de Principes dont seule les Traditions (hermétique et fidéistes) peuvent se prévaloir… Prendre en certaines doctrines uniquement ce qui intéresse est factice, vain et dangereux. C’est ouvrir la porte à ceux, et ils sont légions, qui ne demandent que cela ! Le relativisme n’a jamais servi la juste Cause…

Au niveau spirituel (au sens profond et sain(t) du terme), tout mouvement vers le haut et le durable n’est possible qu’en fonction de l’unité progressive qui s’installe entre nos nature en devenir et l’Esprit ! Il s’agit d’abord de comprendre, accepter ensuite, s’unir ET DEVENIR enfin… Le Sentier progressif qui nous fait quitter l’Image pour être Ressemblance ne peut être différent !

Pour schématiser, il nous faut comprendre et adhérer au fait que toute l’évolution spirituelle est subordonnée (à différents degrés, selon nos capacités, compréhension et APPLICATION personnelles) à l’union et à l’édification de notre personnalité imparfaite (synonyme de disjonction) avec notre Individualité éternelle (l’Esprit en nous). Nous devons connaître et appliquer pour devenir… Connaître les Lois et le Principe : mais comment connaît-on vraiment quelque chose si ce n’est en son centre, en son essence ? La séparativité n’est dès lors pas en mesure d’amener qui que ce soit à l’Essentialité !

En conséquence, toute impulsion vers l’Immuable est (inter)dépendante avec la Flamme divine en notre sein (quelle que soit le Nom qu’on Lui donne) : Flamme qui induit notre discernement, notre application, notre communion. Certains, certes, soutiennent le contraire: c’est leur liberté, mais cela ne les empêche pas d’avoir tort !

S’il est certes exact que certains membres du mouvement New Age cherchent en eux la Lumière, encore convient-il de saisir qu’il n’y a pas ici de quête vers une entité personnalisée (le Saint-Esprit des chrétiens, le Feu divin des théurges, l’Etincelle Première immuable en chacun) : il s’agit de se fondre au sein d’une Force impersonnelle inhérente à toute chose qui existe. Etrange opinion, alors que la simple logique admet qu’il n’existe pas de réalités sans causes et que, dans l’absolu, seule une Cause sans cause peut être à l’origine des univers… Seule une Conscience peut générer les consciences !

La vérité c’est que dans son soucis d’ôter toute prépondérance aux diverses Traditions qui parsèment l’Histoire et ce monde, le New Age a jeté le bébé avec l’eau du bain ! A mesure d’effacer toute spiritualité vivante qu’il ne pouvait assimiler, le mouvement nie la Transcendance et y substitue un simple adoration de l’homme : celui-ci repoussant, rejetant, niant toute Transfiguration par actions conjuguées et mutuelles (c’est-à-dire de l’Esprit vers l’homme, et inversement)…

L’homothéisme, c’est-à-dire le culte de l’homme SANS Dieu, sans Grâce, sans Substrat supérieur (autrement dit complètement inapte à combattre les adversaires métaphysiques ou nos propres failles, il faut le comprendre…) apparaît ici dans toute sa noirceur !

Cette croyance s’identifie dès lors parfaitement à la promesse luciférienne (« vous serez comme Dieu« ), qui n’est pas fausse en soi (le Christ l’a dit en Personne), mais le piège dissimulé par les Négateurs est qu’ils préconisent la chose en se délestant de l’Esprit divin: alors que tous les Maîtres, les Guides, les véritables Initiés et jusqu’à Dieu Lui-même (si on est chrétien) ont toujours prétendu qu’aucune évolution spirituelle et donc aucune Union n’est possible SANS la Grâce, l’Esprit, l’Etincelle divine en notre sein ! En outre, cela oblige non seulement l’être humain à se confronter (sans aide !) à ses erreurs structurelles mais, bien pire, le laisse démuni pour combattre ses authentiques ennemis (d’autant plus mortels qu’ils attaquent TOUJOURS l’ignorance) ! Car une fois la divinité écartée (de diverses manières), quelles entités restent alors seules en face de l’Humanité ?

L’homothéisme correspond intégralement avec les aspirations primordiales de toutes les puissances métaphysiques qui, depuis l’Origine, ne cessèrent de vouloir séparer les créatures (sous le fallacieux couvert d’une absolue liberté) de la Connaissance dont la base est l’Union de la nature humaine et du Germe divin en elle ! Ceci en poussant à ignorer, dévaloriser ou nier la Bénédiction en notre sein (quelque Nom que chacun Lui donne)…

Bref, quelque soient nos repères et nos convictions, l’homothéisme apparaît comme un palliatif ! Mais non des moindres cependant. Il représente la substitution absolue : ce qui, d’ailleurs, n’en dit que plus long sur son origine… C’est en effet le culte rendu à la rébellion extrême. C’est l’égocentrisme au sens le plus profond, un humanisme inversé (car excluant les supports élévateurs) : c’est une idolâtrie ! Et c’est le mal finalement, car cela fait de nous des consciences réflexives : qui « vivent » à la périphérie mais n’ont plus aucun contact conscient avec le Centre.

Bien que beaucoup en son sein s’en défendent, le New Age milite en réalité pour un Savoir tronqué et divisé car toutes ses composantes sont étirés en de multiples points : rien ne les relie ! Ce qui n’est que logique puisqu’une authentique Tradition fait défaut. Nous nous trouvons donc en face d’un brassage hétérodoxe dont le seul objectif, clairement affiché, est de fournir une « spiritualité » selon les envies débarrassée, espère-t-on, de thèses supposément aliénantes… La liberté sans culte d’aucune sorte est le grand leitmotiv du mouvement. Encore une fois, pris séparément les objectifs du mouvement n’apparaissent pas mortifères (quel mal y aurait-il, par exemple, à s’adonner à la méditation) reste que le Mensonge s’insinue toujours au plus près de la Vérité, instillant un poison d’autant plus indolore qu’il SINGE en définitive l’Harmonie…

Le syncrétisme religieux (exonéré bien évidemment de toute effluve métaphysique) est une donnée importante, car il préconise l’émergence d’une super religion dont le fondement est toujours l’homme libéré de tout catéchisme qu’on suppose aliénant. Ce n’est assurément pas un hasard, courte parenthèse, si la FM américaine (REAA) édite le New Age Magazine… Pas plus qu’il ne s’agisse d’une coïncidence si cette aspiration rejoint celle du Nouvel Ordre Mondial !

S’élever spirituellement (et donc être capable de discernement) ne se réalise jamais sans activité intérieure délicate car opposée aux constances et à l’ordre du monde… Mais une opinion intérieure qui, à la base, refuse le sacrifice, l’attente, la patience, le clair-obscur (et tout ceci pour le rapide et l’immédiat), sans oublier les multiples failles intellectuelles, morales et structurelles, ne peut qu’être le sujet manipulé de certaines forces et êtres (humains ou…autres) utilisant la séduction pour atteindre leurs objectifs ! L’ignorance jouxte toujours totalement la périphérie, et cette dernière est toute entière soumise à l’Illusion…

Le plus grand danger pour les membres de ce mouvement, et bien qu’il ne soit pas structuré, est le concept de l’expérience ! La réalité potentielle d’une Transfiguration ne se réalisant plus tant, selon eux, via un cheminement balisé, mais par un ensemble d’observations : le quantitatif s’opposant au qualitatif. Encore une idée sociologiquement très acceptable. Hélas… Comme si la démonstration individuelle était, par elle-même, garante d’un véritable itinéraire spirituel ! On retrouve ici (et nul n’en sera étonné) le fumeux précepte du spiritisme spécifiant que la science est en mesure de vérifier la réalité du fait spirite…

Par les voies qu’il propose le New Age, en plus de s’intégrer parfaitement dans notre société (ce qui en dit long), ne peut en définitive, malgré les sentiers qu’il propose, être affublé du terme de spiritualité ! Il n’est qu’un instrument au coeur de l’idéologie dominante du moment, et ne mène qu’à l’acceptation de ce monde : le syncrétisme total en est la preuve la plus évidente. Sans parler de la confusion dans les esprits et les vies. Telle ne fut jamais la démarche de la Tradition (au sens large du terme).

On peut dire beaucoup de chose sur ce mouvement, mais il est évident que malgré les grands préceptes (d’amour, de solidarité et de fraternité) son rôle moteur ne sollicite vraiment que deux dimensions : le physique et le psychique. Mais comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement alors que la Connaissance fait défaut ? La recherche de « pouvoirs » et d’un bien-être entièrement tourné vers l’homme sont autant de signes d’une densification accrue.

S’il est donc exact qu’existe depuis longtemps sur cette Sphère une contre-Tradition, il ne l’est pas moins qu’en cette période de Kali Yuga arrive l’anti-Tradition : celle qui inversera totalement Lois, Principes et Règles ! Le New Age entre dans cette catégorie très précise qui verra, de plus en plus concrètement, le psychique (et tous ses corollaires imparfaits) l’emporter sur le spirituel et l’initiatique.

La Tradition Hermétique ne préconisa jamais la Théosis (divination de l’homme) en s’appuyant sur les SEULES forces humaines ! Car c’est là, l’Histoire des différents Avatars (ou de Dieu Lui-même si on est chrétien) en atteste, chose impossible !!! Leurs venues sont autant de preuves (ou de rappels) de l’incapacité structurelle humaine à se transcender si l’homme nie, réfute ou repousse ce qui, en lui, est le Joyau auquel il doit s’unir pour grandir et être réellement…

La Sagesse OBLIGE l’Humanité à un juste et adéquat travail sur elle-même : et une opération de ce type ne s’adapte pas aux contingences sociétales lorsque celles-ci se fondent sur la vélocité, le sensationnel, l’individuel, l’ego. Le labeur exigé est au contraire fait de douleurs, de discipline, d’ascèse, de pratiques séculaires et traditionnelles (ce dont ne peut se targuer le New Age) dédiées à un changement structurel véritable et d’autant plus fécond qu’il servira véritablement à tous !

Sans repères point de stabilité ! L’empreinte de l’Authentique, multi-millénaire, serait-elle donc de moindre importance que l’incorporation artificielle et fractionnée contenue dans le mouvement New Age ? La copie désagrégée ne saurait pourtant submerger l’Original ! Même s’il paraît… Pour un temps : celui du Choix !

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Tradition Hermétique et New Age

  1. Jean-Pierre dit :

    Parfaitement et clairement exposé cher Thot. L’ignorance a créé l’amalgame. L’échec patent des pouvoirs terrestres en « isme » ou des religions laisse la place au…vide sidéral. Le power flower en réponse à la guerre au Viet Nam en est un exemple parfait. La paresse intellectuelle a envahi la Sphère sur laquelle nous vivons et l’être repars du Centre vers la Périphérie… Il faut lutter… et cette lutte est individuelle, solitaire et à contre-courant. mais il faut la mener.

  2. Thot dit :

    Il le faut, oui 😉 Chacun selon ses disponibilités et possibilités…
    Merci à vous, Jean-Pierre.
    Harmonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *