Spiritualité, Centralité, Religions

Qu’est-ce que la Vérité, demandait Ponce Pilate au futur crucifié ? Il ne répondit pas, mais ce ne serait pas, je pense, une erreur de prétendre que l’absolue Vérité est, extérieurement (voie exotérique), ce qui élève tout être, sans faire de distinction ni porter de jugement (ce qu’a parfaitement démontré le Christ) et, intérieurement (Voie Mystique), un état de fait qui, après efforts constants et conséquents, unit la Conscience du sujet avec l’Objet de sa quête…

Comme nous sommes dans un Univers d’informations et d’échanges, comme nous savons également d’où provient le mot « Religion » et qu’il s’impose par une notion de liens harmonieux (du latin religare-relier…), on peut ajouter qu’une juste approche de la Vérité peut également se traduire ainsi : être plus charitable pour les autres que pour soi-même, et être plus sévère envers soi qu’envers les autres ! H.P.B. l’écrivait fort justement…

On le voit donc, saine spiritualité et centralité s’additionnent, se complètent, s’émulent respectivement. Et l’harmonie qui est recherchée (pour soi et les autres) provient d’un équilibre de contrastes intérieurs (nos diverses failles) et extérieurs (les différents états d’esprits ou opinions d’autrui). Comme il n’existe aucune harmonie véritable sans socle d’amour, la Prescription universelle nécessite donc surtout d’appuyer sur ce Sentiment afin, tout d’abord, que nous comprenions le Sens de la Vie-Une, que nous L’acceptions en nous ensuite, et que nous la partagions enfin… Selon nos capacités personnelles, nos dispositions, nos charismes, notre environnement, notre culture propres.

Chaque être intelligent peut accepter et produire ceci (à divers degrés) : qu’il soit fidéiste, hermétiste ou sans aucune perception autre que le sensible ! Toute discordance résulte donc soit de la démarche visant à instaurer l’harmonie de manière forcée (prosélytisme exacerbé, extrémisme, élitisme, orgueil), soit d’une méconnaissance des Règles et des Normes universelles qui, toutes, tendent à la Cohésion et à l’Elévation de chaque forme pensante. Sans oublier, bien que je n’insisterai plus ici sur ce point, l’inversion délibérée de la Loi d’Unité…

Ce Chemin de la Centralité et de la Vérité, même s’il n’y paraît pas et que d’aucuns le réfutent, doit et sera emprunté par chaque être. Un jour… On peut se leurrer et prétendre le contraire, mais personne n’a pouvoir de refuser ce combat ! Certes, on est en mesure de le repousser, de l’ignorer, mais chacun néanmoins devra y faire face en conscience, tout comme beaucoup y font face sans même s’en rendre compte… La vie terrestre est une école : et chacun est forcé d’apprendre et devra, le moment venu, faire un Choix. A terme.

De multiples pistes, à travers le Temps et l’Espace, par le biais de nombreuses cultures, grâce à l’appui de Sages, de Saints, d’Initiés, de Dieu Lui-même (si on est chrétien) furent disposées aux pieds des hommes et de leur conscience. La Concorde, l’Equilibre et la Stabilité que nous venons d’analyser se heurtent cependant de front, et depuis longtemps (si ce n’est depuis toujours), au caractère dominateur, au côté sombre que chaque humain porte en lui, et qui transparait dans tous cercles de pouvoirs : que ceux-ci s’articulent au niveau matériel ou spirituel. Ce dernier élément étant d’ailleurs un « formidable » levier.

On ne se lasse cependant pas d’étonnement en voyant à quel point tout enseignement destiné à favoriser une saine connexion entre les êtres fut à ce point dénigré, malmené, sali ou réorienté… On ne peut en effet qu’être stupéfait en remarquant que les questions religieuses dogmatiques (voire même un certain Savoir) furent et sont toujours utilisés dans un sens négatif et déstructurant par la masse… On reste d’autant plus sidéré lorsqu’on remarque la méconnaissance à laquelle s’abreuvent encore nombre d’hommes, ou à quel niveau gravite le mental de beaucoup…

Dans l’Univers toute chose est pourtant à sa place et à sa raison d’être. Les religions (quelles qu’elles soient), et bien qu’utilisées bien souvent par les hommes pour en diriger d’autres, ne sont pas (au niveau de l’Absolu) des erreurs de parcours dans l’Histoire. La Providence ne laisse jamais la place au hasard (sauf lorsqu’Elle veut agir incognito, disait Einstein): et Elle se sert de tout levier (neutre à l’origine, comme toujours) pour en faire une Puissance d’Evolution ! Il n’y a que l’homme et d’autres consciences intelligentes qui peuvent détourner l’orientation constructive initiale, mais en réalité tel ne fut jamais l’Objectif ultime au niveau positif…

Pour le commun des mortels, religion, intégrité des membres et vérité devraient aller de pair, mais c’est oublier qu’à quelques très rares exceptions (qui foulent ce monde avec discrétion), l’ensemble des hommes croyants n’est que sur la route, en devenir, toujours bien imparfaits… Nul ne devrait juger autrui, mais encore moins dans ce domaine car il serait dès lors très logique de jeter le bébé avec l’eau du bain… La spiritualité, c’est-à-dire la véritable religion, celle qui relie l’âme au divin (ou qui permet de déceler la parcelle divine de son âme), ne peut être comprise en profondeur à partir de l’extérieur : elle se VIT à l’intérieur de chacun personnellement : c’est une démarche introspective et un lien totalement individuel, particulier et exclusif ! Et ce n’est qu’à mesure que l’on comprend ce qu’est réellement ce Lien que chacun peut se réaliser, évoluer et, alors concrètement, partager ce qu’il reçût et ce qu’il devient de plus en plus… D’abord le Royaume des Cieux en soi, le reste est donné ensuite pour soi et les autres….

Et il s’agit bien ici de partage, pas d’imposition ou de prosélytisme aveugle, infécond et irresponsable… Respect de la liberté : je donne gratuitement, tu reçois si tu le désires et selon ta compréhension des choses…

Franz Bardon écrivait fort justement à propos de la Vérité que celle-ci est dépendante de l’évolution personnelle, de l’éducation et de la maturité d’un individu : chacun ayant donc une compréhension toute personnelle, en fonction de ses connaissances propres, de ce qu’est pour lui la Vérité… Et il insistait sur le fait qu’un Initié (et on pourrait même écrire un simple croyant) ne devait jamais imposer sa vérité à quiconque ne l’accepte pas !! Il est nécessaire qu’il y ait une ouverture (du coeur, de l’esprit, de la conscience), un désir de connaître : il faut que la liberté du receveur s’oriente positivement et permet de recevoir. C’est le sens même du mot partage : non pas moi d’un côté et toi de l’autre, mais nous en commun. Non pas fracturer une porte fermée et user de violence, mais accepter d’entrer chez qui le demande et ouvre la porte…

Chez qui le demande et le souhaite… Toutes les religions, à des époques spécifiques, oublièrent cela !! Il n’en est pas une qui n’essaya (ou essaye) d’imposer ses vues, ses dogmes, sa vérité ! Ce fourvoiement au sein de tout groupe religieux n’est vraiment pas, hélas, exclusif à notre époque ou a une certaine religion… Il serait pourtant simple, si chacun le voulait, d’arriver à une harmonie entre toutes les spiritualités et entre tous les coeurs (fidéistes ou non) : il suffirait, comme l’écrivait encore en son temps Franz Bardon, que chaque être humain respecte l’orientation spirituelle d’autrui (ou simplement sa vie et son être), sans vouloir l’en détourner, le critiquer ou (surtout) le condamner… L’initié véritable sait d’ailleurs parfaitement que chacun est à sa place en ce monde selon son karma, et donc non sans raison… Dans son for intérieur, il peut tout au plus plaindre les fanatiques de tous bords, sans en rien laisser paraître…

Si chacun faisait preuve de tolérance absolue, regardant son frère qui ne pense pas comme lui avec compassion et compréhension qu’un unique Souffle nous relie TOUS, et il n’y aurait plus de haine, plus de confrontations entre les fidéistes, les hermétistes, les athées, les agnostiques, ni de querelles religieuses d’aucune sorte. Il n’y aurait plus de motifs à discorde et toutes les orientations que l’esprit se donne pourraient coexister… Il s’agit donc là d’une approche centripète, où chacun a sa place au Centre : qui qu’il soit et quoi qu’il pense ! La différence entre les manoeuvres du Mal (qui est centrifuge) n’échappera à personne ! A partir du moment où tout est ramené à soi tout en étant à l’extérieur d’un cadre positif et évolutif, et là surgissent les dissensions, la lutte, la disharmonie et le rejet…

Nous savons tous à quel point la masse est loin de cet état de fait… Il est pourtant absurde de se battre au nom de « son Dieu » contre « leur Dieu ». Va-t-on aussi se battre au nom de « notre soleil » contre « leur soleil » ? L’astre du jour est unique et brille sur tous, il me semble. Il en est de même pour la Divinité : Elle illumine chacun mais seuls ceux qui La cherchent réellement dans la beauté de leur être peuvent L’apercevoir !

L’important n’est donc pas de savoir s’il existe une religion supérieure aux autres (c’est d’autant plus subjectif en sachant que la Providence a oeuvré à travers Temps, Espace et cultures) : l’essentiel est de déterminer ce qui nous rend meilleur, personnellement, et ce qui peut aider ceux qui le souhaitent à devenir meilleurs… Quoi qu’on puisse en penser, il n’est fondamentalement rien demandé d’autre à l’être humain. Car ce n’est qu’en témoignant avec profondeur et constance d’une réelle structure humaniste que l’on dépasse ce niveau, cet état, et que l’on atteint des rives très supérieures mais toujours méconnues (voire niées) par nombre de méconnaissants… C’est ici que le Projet divin rejoint et s’unit à l’espérance humaine.

Reste que pour ce faire, il faut enjamber le Pont ! Sortir de cette matrice imposée par de « supérieurs » esprits qui nous conditionnent à penser que la puissance se trouve dans la force, la confrontation avec autrui, la dualité brut. Mais il n’en est rien, c’est même plutôt le contraire… Depuis le Big Bang, que lon peut assimiler à un ensemble d’énergies disparates et différentes quant à la forme et la fonction, nous pouvons percevoir que cette distinction, cette apparente incompatibilité entre les forces primaires des origines a pourtant généré une homogénéité d’autant plus factuelle que nous en sommes un exemple flagrant ! Si une harmonie ne s’était établie au niveau cosmique, aucun de nous ne serait en effet présent ! Tout ce qui est en haut étant comme ce qui est en bas : l’ensemble du créé tend donc manifestement vers l’Equilibre (pour qui sait le voir), malgré toute potentielle opposition…

De ce fait, l’objectif est définitivement tel : harmonie entre tous les hommes, et même, si possible, entre toutes les formes pensantes, de quelque Règnes qu’elles soient ! Telle est la vraie Religion, le réel Humanisme… Et puisque cette harmonie est impossible sans compassion, charité, partage et amour, tels sont les Piliers sur lesquels se fonde la Spiritualité véritable : celle-ci étant une Cohésion totale de Principes (au-delà des formes) entre Tout et tous !

A chacun ses dogmes, son opinion, sa conception des choses : au plus haut tout cela cède néanmoins devant la perception et la Réalité de ce qu’est le Sens même de la Création et la finalité IDENTIQUE, malgré toutes nos différences, à laquelle nous sommes tous appelés et à laquelle nous pouvons tous parvenir.

L’Initié, même au départ de son cheminement, sait parfaitement que sa Quête est celle de la Conscience qui demeure ! C’est une Voie Mystique, la seule qui soit en vérité : s’unir à la Divinité. Intérieurement (d’abord et surtout) et extérieurement (via ses frères en qui réside le même Esprit). Et ceci en s’harmonisant de plus en plus à Ses Lois. Ces dernières étant similaires à ce qui fut écrit ci-dessus : symbiose avec l’Ordre universel par le biais de pensées et d’actes concrétisés grâce à des sentiments purs et élévateurs…

Ce même initié, qui est croyant-aimant véritable et perçoit de façon aiguisée ce qu’est réellement la Religion-Relation, la Spiritualité Vraie, celle qui relie tous et toutes et ne les divise sur AUCUN point, qui respecte et accepte les opinions d’autrui tout en ne cessant de les considérer comme ses semblables, cet homme-là n’aura de cesse de travailler pour le Chemin de l’Evolution Générale, car il se sait chaînon d’un chaîne gigantesque.

Enfin, cet Initié ne croit pas en Dieu au sens où l’entendent les croyants de la plupart des religions (au niveau exotérique), en tous cas il ne s’arrête pas à cela : ce qu’il désire c’est aller au Centre, à l’Union, à la symbiose. Il est et se veut mystique au sens le plus haut et le plus noble du terme : car il sait que c’est du Centre que les rayons d’amour peuvent se projeter avec le plus d’intensité et de force dans toutes les directions… C’est là son remerciement à la Providence qui le guide et lui octroie ce dont il a besoin pour objectiver l’Oeuvre. Il ne peut faire moins, car il est conscient de n’être rien et, s’il se sait sur le chemin du Tout, il n’ignore pas davantage que ce n’est pas grâce à ses seules ressources personnelles, bien trop friables et instables, qu’il est en mesure d’avancer et d’évoluer. Il a conscience qu’il a beau se construire un château des plus solides et avoir de multiples sentinelles qui montent la garde, il ne peut cependant RIEN si Dieu Lui-même ne protège l’édifice !! Telle est la grande leçon qu’il retiendra et sur laquelle l’orgueil, ce grand défaut des formes pensantes, n’aura aucune prise…

L’humilité devant la grandeur divine (à travers les Ages, certaines Individualités ou simplement à travers nous) oblige au respect, mais ce qui est depuis toujours demandé à l’homme, c’est également de chercher, de connaître et, progressivement, de comprendre et d’appliquer ce qui fonde la Loi d’Evolution authentique.

Cette Connaissance exhaustive des Lois universelles, de Ses Règles et des Projets liés à l’être humain, ainsi que les moyens devant être mis en œuvre pour accéder à la Libération, à la véritable Liberté, et bien que le Savoir soit désormais accessible à tous, se heurtent cependant toujours à la méconnaissance, la faiblesse et l’indignité de certaines consciences désireuses d’assouvir en ce monde, et en ce monde seulement, de multiples passions et affections bassement matérielles et denses.

C’est ainsi : chacun choisit pour lui-même et décide, ou pas, de s’ouvrir, de quérir, de saisir, de changer… Comme écrit en début d’article, le Décret évolutif s’imposera néanmoins un jour dans l’existence de ceux qui se détournent et, comme toujours, il leur faudra apprendre (à l’instar de toute âme) soit par la Sagesse, soit par la souffrance… Nul n’y échappe.

Reste, et c’est le plus important, cette autre Réalité : la saine spiritualité est celle du Coeur illuminé, de l’Esprit transfiguré, de la Conscience évoluée car au Centre ! Y adhèrent ceux qui aiment tous et cherche à faire évoluer chaque être : en comprenant, en pardonnant, en tolérant, en guidant, en partageant ! Et seul peut donc absolument porter le titre de Croyant, de Connaissant, d’Initié et d’Aimant, celui qui fait sien, en profondeur et avec une absolue libéralité, ces sentiments et ces Qualités de Compassion, d’Amour, d’Harmonie et donc de Vérité…
Thot
http://www.theurgie.com

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *