Mort, méconnaissance et médiumnité

Inconscients et ignorants de ce qu’ils accomplissent, de nombreuses personnes se risquent de plus en plus à des contacts inappropriés et insensés avec les « âmes » de morts ou des entités se qualifiant d’angéliques. Cette réalité est pourtant périlleuse, et les multiples techniques de communications (généralement très passives) débouchent souvent sur la folie (au mieux) sur la mort ou un pacte (au pire). Encore, pour le comprendre, faut-il avoir quelque connaissance de ce qu’on accomplit ! Sans parler du contrôle de soi et de la maîtrise (de ceux qu’on contacte, comme des événements ponctuels pouvant survenir lors de ces rapports). Je l’écrivais ailleurs, l’ignorance est la pire des choses….

Pour schématiser les choses, ce qui se produit lors d’un décès (et bien que puissent exister quelques exceptions, comme lors d’un suicide par exemple) est assez simple : dévitalisation du corps physico-éthérique dont la putréfaction est graduelle mais concrète, désengagement du corps astral, et décrochage de la Conscience véritable (l’âme) qui s’extirpe de ce même corps astral…

Donc, s’il est vrai qu’au moment du décès le corps subtil se dégage du physique, il ne l’est pas moins de préciser que l’Etincelle Divine Eternelle va Elle-même se séparer du corps astral qui ne lui est plus d’aucune utilité … Et ceci est important, car cette Etincelle va donc commencer à rejeter d’Elle tout ce qui, dans ce corps subtil, n’a aucun rapport évolutif. Elle va en outre, et inversement, entraîner avec Elle tous les aspects correspondants trouvés au sein de ce même corps éthéré : toutes les énergies physiques du corps astral qui se trouvaient en harmonie avec Sa nature (le Vrai, le Beau, le Noble, l’Evolutif, le Saint) seront attirées vers la Conscience véritable comme un aimant. Ce processus énergétique permettant la séparation des forces terrestres et immuables ne se fait d’ailleurs pas sans heurts…

Finalement, après cette étape, le corps astral est voué à la désagrégation. Mais même si ce dit corps astral est vidé de toute personnalité humaine, elle n’en reste pas moins remplie d’énergies de désirs, de forces psychiques, de passions, de désirs insatisfaits : tout ceci lié à notre attachement personnel (profond ou non) à la terre. Initiés, Théurges, Théosophes l’appellent généralement coque astrale (les coques des êtres très mauvais, aux vibrations denses très fortes, mettent parfois des siècles à se décomposer …). Privée de toute intelligence et de sens moral, elle conserve néanmoins, comme une bande magnétique ultra-perfectionnée, l’ensemble des informations relatives à la personnalité défunte. Qu’un médium se mette en rapport avec pareille entité (en lui offrant parfois les services de sa propre constitution humaine) et il donnera l’illusion parfaite aux assistants d’être relié à l’esprit vivant d’un décédé ! Mémoire des faits, intonation de la voix, façon d’écrire, de dessiner, tics, habitudes, toute l’information est là : il suffit de l’activer ! Oui, mais pendant ce temps l’Etre véritable est ailleurs et bien plus haut…

Les coques astrales ne sont pas seulement accessibles aux médiums, elles peuvent également être abordées et utilisées par un multitude d’esprits (larves, schèmes, égrégores, élémentaux, esprits goétiques, démons inférieurs) : tous résidant aux niveaux astral ou éthérique (donc proche de notre densité). Pire encore : toutes ces dernières entités peuvent, en plus, être consciemment exploitées par des sorciers ou des êtres maléfiques pour tromper les médiums (et ceux qui les consultent), ou obtenir un canal de propagande, quand ce n’est pas pour siphonner les énergies des inconscients dont la bêtise ouvre des portes que leur ignorance est bien incapable de refermer totalement…

Quoi qu’il en soit, il y a quelque abus de langage lorsqu’on prétend entrer en relation avec un trépassé… Allan Kardec, le pape du spiritisme moderne, de son vrai nom Léon Hippolyte Rivail (prit ce pseudo par allusion au druide qu’il disait incarner dans une vie antérieure) a beau avoir écrit la Bible du mouvement (“ Le Livre des Esprits “), il manque une chose aux spirites, primordiale : le DISCERNEMENT des esprits… Précisons par ailleurs que le spiritisme, il faut oser l’écrire, n’est qu’une forme moderne de…nécromancie! Cela ne renvoie évidemment à rien de lumineux ou de positif. Et d’autant moins qu’un lignage que chacun peut aisément découvrir se fait jour avec ce qu’on nomme aujourd’hui ‘New-Age”…

Enfin, il convient de noter qu’il est toujours besoin d’un médium sur place pour apporter quelque crédit aux séances. Et il faut tout de même savoir qu’un médium, bien qu’il l’ignore trop souvent, est un malade… malade d’une incontinence vitale et s’épuisant à nourrir de sa substance fluidique (trop expansive et complaisante aux emprunts) une foule de larves parasitaires, qui grouillent et se multiplient dans son atmosphère astrale et son aura… Comprendre cela, c’est également saisir que, une fois en transe, ce médium n’est plus qu’un jouet entre les mains de « forces » contraignantes et singeantes. En outre, ces dites larves ne se cantonnent pas au médium mais s’en vont chercher toute personne présente qui peut présenter des failles énergétiques… Bref, on peut légitimement se demander si les effets médiumniques (pour l’opérateur et les observateurs) peuvent réellement être insérés dans une factualité portant à l’exaltation, à la joie, à la paix intérieure ? Ce qui, entre autres choses, est pourtant le propre d’une saine métaphysique.

Bref, il importe qu’on sache bien faire la différence entre ce fait qui veut que la Conscience subsiste ailleurs (jusqu’au retour dans un corps), et cette erreur insistant sur la possibilité d’entrer en contact avec ceux qui s’en allèrent ! La chose est certes possible pour l’Initié véritable (durant un court laps de temps après le décès…) : mais nécessite une Connaissance des Règles universelles, une existence épurée, aimante, compassionnelle, et tout ceci agissant au travers d’une structure qui dépasse celle de l’humain ordinaire…

En définitive, c’est bien là tout le problème de l’apport et de l’application du Savoir réel, de l’évolution de la Conscience et de l’ignorance humaine. C’est également tout le problème du Mal et de ses agents (parfois inconscients du fait): le Mal qui cherche à maintenir le grand nombre à un niveau de conscience embryonnaire ne permettant pas d’accéder à la profondeur des Lois Suprêmes. Et surtout pas les opératives. Quiconque a de l’intelligence saisira aisément pourquoi…

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Religions, spiritualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mort, méconnaissance et médiumnité

  1. Jean-Pierre dit :

    Cher Thot..merci pour cette mise au point.. Sachant qu’au royaume des aveugles les borgnes sont rois…Il existe des médiums qui agissent uniquement dans le sens du bien, heureusement. mais le fait est que la manipulation des forces ne supporte pas l’à peu près…

  2. Thot dit :

    En effet : et l’insidieux est beaucoup plus dangereux que le frontal…
    Merci pour votre commentaire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *