Le Pentagramme

Dans la littérature ésotérique, comme au sein des opérations magiques, le Rituel du Pentagramme[1] occupe souvent une place assez centrale ! Ce n’est pas sans raison, car les bénéfices auxquels peut prétendre l’opérant sont aussi multiples que significatifs.

On pense généralement que c’est de Pythagore[2] que furent issus toutes les études, spéculations et calculs relatifs à l’Étoile Quinaire utilisés encore aujourd’hui par la Tradition Hermétique. Cela n’est pas faux mais lui-même les tînt de prêtres égyptiens… Quand on sait d’où provenait le Savoir de l’Égypte[3], on comprend mieux pourquoi ce pays fut « à la pointe » en matière de Lois universelles fondamentales !

Faut-il d’autre part mentionner que les pythagoriciens, suivant en cela leur Maître, prétendent que le Pentagramme symbolise l’homme parfait : celui dont le corps s’élabore selon les proportions du Nombre d’Or ?


S’il est véridique que le Pentagramme (aussi nommé Étoile du microcosme ou Pentagrammaton) est intrinsèquement lié au nombre cinq,[4] il ne l’est pas moins qu’apparaissent assez rapidement d’autres considérations… Ainsi, chacun peut aisément discerner que le Cercle formé durant la Cérémonie rituélique, bien loin d’être uniquement un sas filtrant les influences indésirables, est plutôt la représentation objective de la Présence Divine manifestée à travers celui qui oeuvre ! De fait, c’est strictement en raison d’un lien conscient avec le Très-haut que s’instaure la protection (de soi et du lieu) !

On voit dès lors poindre automatiquement une exigence pour qui pratique : l’intention… Outre la maturité, karma et la structure personnelle, le mobile est effectivement primordial pour toute opération magique ! C’est à ce titre, pour répéter ce que vous lisiez antérieurement, qu’il n’existe pas, au sens strict, de magie blanche, noire, rouge ou autre ! Il n’est qu’une Force, déclinée en divers taux vibratoires et à double Polarité, qui est appelée (en soi ou l’extérieur) afin d’y façonner nos préméditations

Pour Pythagore,[5] le cinq est le nombre de l’Homme, mais il faut se pencher sur cette affirmation avec exactitude…

En réalité, comme exposé brièvement plus haut, il est ici question de l’Homme réalisé ! C’est-à-dire dégagé (hormis par son corps) des contraintes de la matière, uni mystiquement à l’Esprit…[6] Et ceci, pour l’exprimer kabbalistiquement, en vertu de l’intensité d’un Feu dévorant (Guéburah) maîtrisé par les Énergies du Mental Divin (Binah). On peut alors, effectivement, parler de Cinq épanoui…

Ce n’est donc pas sans raison que le Pentagramme est également nommé la Quintessence ! Aucun hasard non plus dans le fait que les cinq plaies du Christ manifestent l’Homme-Dieu : le Triomphant transfigurant la densité… On constatera aussi que le tracé même du symbole peut s’effectuer en un seul trait :[7] signifiant, par extension, un attribut d’Unicité…

Autrement dit, on s’en aperçoit sans peine, le Cinq surnaturalisé (résultant d’une maîtrise et d’une transfiguration de la matière), manifeste l’émergence de la Divinité intérieure !

Le Pentagramme lorsqu’il est « ritualisé »[8] constitue donc le Macrocosme, alors que l’étudiant qui le mentalise et officie est le microcosme : soit l’Image appelée à devenir Ressemblance grâce à une épuration des puissances erratiques sises en son sein…

Cinq est également le nombre d’Éléments : Feu, Air, Eau, Terre, Esprit.

On l’aperçoit Shin (l’Esprit, l’Essence), se situe au-dessus de la substance : Il la met en mouvement et la spiritualise. Ainsi devrait-il en être pareillement en nous, idéalement : mais nous savons tous que c’est loin d’être le cas… La Magie, et spécifiquement avec l’appui de ce Rituel, tend à contrebalancer les choses et à réharmoniser les puissances en l’homme: les rectifiant au point qu’elles s’accordent avec la circulation équilibrée des Énergies cosmiques ! Il est question de freiner les funestes passions inférieures et de les intégrer dans un Flux ascendant afin que l’être soit en mesure de s’approcher, pas à pas, de la Centralité  : découvrant sa véritable Conscience. A ce titre, courte parenthèse, il n’est pas faux de déclarer que la Science Sacrée[9] exprime parfaitement le Souhait Divin à l’égard du genre humain…

De fait, cette suprématie progressive de l’Essence sur la substance, par qui utilise le Rituel du Pentagramme, se réalise grâce au tracé même de celui-ci lequel, soutenu par les Puissances Divines appelées,[10] se projette aux Quatre Points Cardinaux, sur chacun des Quatre Éléments… Ceux-ci étant progressivement élevés hors de la seule densité et spiritualisés.

Il faut cependant noter une chose, il est ici question non pas seulement des Éléments tels qu’ils circulent sur Terre (et qui sont captés vibratoirement dans notre environnement), mais DE NOS PROPRES Éléments : c’est en effet également en nous qu’existe surtout la disharmonie! L’objectif est donc, d’augmenter ou de diminuer L’EFFET de telle ou telle force élémentale afin que s’atténue la distorsion entre le Macrocosme et le microcosme (que nous représentons).

Il y a en conséquence quelque abus de langage lorsqu’est fait mention[11] des termes « bannissement de la Terre » (ou de l’Air, de l’Eau, du Feu) en mentionnant certaines Cérémonies… En réalité, il est impossible de se délester d’un Élément en soi :[12] on se dégage, par contre, des CONSÉQUENCES engendrées par un surplus, un déséquilibre, une disparité associée à un Élément spécifique… Et encore n’est-ce pas l’action de l’Élément en question qui l’autorise : seul l’Esprit, vers Qui sont projetés ces fourvoiements élémentaux personnels, a ce pouvoir !

Cette courte digression s’avérait nécessaire afin d’expliciter les choses… D’autant plus que ces facteurs (et bien d’autres) sont régulièrement mis en avant par des auteurs souhaitant[13] médire sur quelques personnes… A se demander si l’excès de frustration n’en est pas la cause ! Mais sur cela je ne m’attarde pas…

Bref, dans cette perspective, le Pentagramme s’avère primordial : par celui-ci l’homme est en mesure de s’alléger progressivement de ce qui, en lui et autour de lui (dans son atmosphère vibratoire), l’enchaîne, le brime, le freine…[14]

Ce Sentier positif est généralement étiqueté « Voie de la main Droite » :[15] par opposition à la « Voie de la Main Gauche », laquelle, comme le manifeste le Pentagramme avec la pointe supérieure vers le sol, est celle de la matière.[16]

Par l’utilisation du symbole quinaire tel que détaillé plus loin, l’être entre en contact avec l’Élément Terre, autrement dit avec celui qui, par son rôle de contenant, véhicule toute la noirceur de notre nature, la négativité, les diverses scories qui, par intermittence (ou hélas de façon trop constante) se manifestent dans la vie. Par cet acte religieux, qui peut être considéré comme Saint puisqu’il rentre de plain pied dans le Divin désir évolutif, l’homme dispose d’un moyen fondamental pour transfigurer progressivement son Règne d’humain et atteindre le niveau supérieur…

Cette Cérémonie est un moyen énorme et essentiel pour harmoniser l’être avec les Énergies de l’Etre. Pour autant, il importe de remarquer qu’il ne s’agit pas seulement d’effectuer le Rituel du Pentagramme (avec toute la dévotion, la concentration et le mobile judicieux), il s’agit, à terme, de DEVENIR le Pentagramme… Autrement dit : il est essentiel de personnifier, d’incarner, d’exposer ce Symbole à travers toute notre structure ![17]

L’épuration (de l’aura, du psychisme, du bas mental, de l’environnement proche et moyennement proche), ainsi que l’harmonisation progressive de nos Éléments (ceux-ci se calquant sur les Lois universelles), il faut l’écrire, ne sont pas qu’un premier jalon ou une ébauche sur le délicat Sentier de la Réalisation. Car s’il est exact que bien d’autres Rituels cernent, par exemple, la Cohésion avec le Coeur du Logos Solaire ou l’atteinte des Régents karmiques, reste que le Pentagramme, par sa graduelle finalité ET SA VOLONTAIRE ACCEPTATION PAR LE DEMANDEUR,[18] est loin d’être un outil anodin…

En effet, compte tenu de la nature désordonnée qui est la sienne, et en fonction de l’atmosphère planétaire,[19] l’humaine condition ordinaire et les vibrations générales peuvent se comparer, et n’est-ce pas triste, à un véritable Pentagramme inversé ! De ce fait l’utilisation fréquente de ce Rituel réoriente la composition subtile, ainsi que l’atmosphère aux alentours, vers l’Ordre, la concordance et, surtout, la conformité par rapport aux Règles élévatrices. C’est d’ailleurs pourquoi, nous le verrons plus loin, il importe de « fixer » l’Étoile Quinaire[20] dans une position avec la pointe vers le haut : c’est l’unique moyen pour s’ennoblir et empêcher le basculement inéluctable à l’échelon où les vibrations du Monde nous attirent ! Ainsi, notre architecture se sublimera et se purifiera avec le temps : Le Macrocosme se reflétant et se visibilisant dans le microcosme…

Le Cérémonial exposé dans les pages suivantes se nomme « Pentagramme de la Terre en Renvoi ».[21] Personnellement, et  même si de nombreux autres Rituels sont accomplis, je l’utilise depuis plusieurs dizaines d’années et, petit à petit, sa densité et la profondeur de ses effets sont croissantes. J’explicite la chose dans quelques lignes.

Pourquoi le Pentagramme de la Terre et pas celui des autres Éléments? Il me semble important de saisir que la Terre, qui n’est pas un Élément à part entière mais la somme de tous,[22] est également, pour cette raison, celui qui combine en lui tous les miasmes, déchets et impuretés structurelles de toutes les puissances élémentaires résidant en nous… En employant cette Cérémonie, et d’autant plus si on a Foi en la Providence agissante, on « court-circuite » en quelque sorte les choses : au lieu de travailler spécifiquement sur chaque Élément afin de supprimer tel défaut ou d’augmenter telle Qualité,[23] on oeuvre sur l’ensemble. Enfin… L’ESPRIT oeuvre, avec pédagogie, en tenant compte de notre vécu (karmique) : il n’est que Lui qui nettoie, purge, répare ce qui se doit !

Quant aux termes « Renvoi » ou « Bannissement », ils signifient (l’image suivante le démontre) que les imperfections de notre être sont renvoyées vers l’Esprit afin que Celui-ci les spiritualise. Ce qui aura pour effet de dégager notre aura ainsi que les perturbations vibratoires aux alentours…

Sur ce dernier point, il faut toutefois s’entendre : le résultat repose assurément sur la « noblesse » structurelle de l’opérant ! Au plus l’épuration sera substantielle[24] et davantage grandira la distance de l’assainissement à proximité… A cet égard, petite parenthèse, à moins que certaines personnes vivent en notre compagnie il est déconseillé d’oeuvrer en présence d’individus se trouvant dans la maison (à moins qu’eux-mêmes suivent activement une Voie spirituelle) ! Le conflit pouvant en résulter dans leur halo énergétique déclenche, quelquefois, des nuisances. Certes, ces dernières disparaîtront après quelques heures (ou jours) mais il s’avère inutile d’ajouter quelque tension dans une structure qui, à n’en pas douter, est certainement inharmonieuse…[25]

Le Tracé du Pentagramme de la Terre en Renvoi

Ce Rituel, cela va de soi, se présente différemment selon les Écoles ou Cénacles,[26] mais, au-delà des différences, de significatives lignes de convergences subsistent. Je passerai donc outre l’analyse sur tels aspects qui, selon les dires de Fraternités particulières, sont autant de « failles » du Rite authentique… Ce sont là, me semble-t-il, des altercations aussi vaines que stériles : l’importance est ailleurs.

Il est cependant difficile de se départir d’un sentiment d’incompréhension en notant les différents dogmatiques qui opposent quelquefois entre elles plusieurs Confréries… Chacune y allant de son histoire ou hagiographie afin d’insister sur la véracité de leurs (seules) méthodes ! Il importe néanmoins de replacer exactement le « problème »… Il s’en faudrait de beaucoup pour oser affirmer avec certitude qu’un tel exercice pratique est, à l’heure actuelle, toujours exploité dans sa forme initiale et originelle ![27] Et s’il est vrai, comme nous le vîmes, que le Trismégiste a affiné le Savoir égyptien épars,[28] il ne l’est pas moins que, par la suite, quelques individus (Initiés, Groupes divers) ont forcément mis de leur caractère, sentiment et compréhension personnelle au sein du Cérémonial… Et ce depuis des siècles.

Reste que l’essentiel n’est pas là ! Comme me l’a expliqué quelqu’un,[29] la Cérémonie proprement dite, indépendamment des variables exprimés à l’intérieur de Cercles spécifiques, et fut-elle même accomplie en solitaire, relie sans nul doute[30] à l’auguste Fraternité de Lumière…[31] DU MOINS lorsqu’un mouvement individuel progressif, lié à l’intention pure et au souhait visible d’aider l’Humanité,[32] autorise, à terme, cette subtile et bienfaisante connexion ! Je m’en explique.

Il serait malvenu de supposer que l’élaboration et l’application des seules données à mettre en oeuvre pour faire ce Rituel seraient, en elles-mêmes, susceptibles de modifier en profondeur l’humaine structure… Certes, la chose n’est pas impossible, sur le long terme, mais la petite conscience fragmentaire (liée au subconscient) ayant besoin de nombreux signes afin de se faire (au possible) une opinion, bien peu conserveraient en eux la patience nécessaire ! Dès lors, certains points doivent intégrer l’intelligence.

Cette technique ritualisée, comme toutes les autres, OBLIGE à un répondant, fut-il ténu évidemment au départ, permettant que soient parfaitement intégrées les Énergies sollicitées ! En ce sens, la liaison est active et non passive…

Par voie de conséquence, c’est la raison pour laquelle il importe de se disposer, d’être ouvert aux vibrations ascendantes EN S’ENGAGEANT ! La manière compte peu, mais il faut au plus vite témoigner, dans notre existence, de certaines Qualités Divines :[33] ce n’est qu’ainsi qu’elles s’implanteront de façon croissante, constante et abondante en nous par l’apport des Rites.

Ces dernières phrases sembleront peut-être incohérentes pour beaucoup, pourtant telle est bien la réalité : un effet de partage et d’échange réciproque voit le jour pour peu qu’on le comprenne et qu’on le permette en le décidant ! En fonction du don de soi (POUR LES AUTRES…), fut-il inéluctablement infime au départ, les limites de la conscience s’élargissent et, tout autant, se modifie l’intelligence, se dissolvent les puissances erratiques (en notre sein et au dehors), sont perçues ET ACCEPTÉES les multiples configurations menant à l’Union métaphysique…

En conséquence, et chacun le percevra, réduire la Science opérative à un mécanisme supposément automatique SANS s’orienter[34] vers une effective réception des Forces recherchées, est non seulement un non-sens mais, bien davantage encore, c’est dénigrer et entacher la Sagesse opérative…

Par extension, l’Art magique n’est pas davantage un onguent dont on se servirait uniquement[35] pour aplanir difficultés, circonstances ou événements douloureux de la vie dense ! Il est bien autre chose… Il confère la possibilité de comprendre les Lois universelles et, surtout, de les acter par le biais d’impulsions issues d’un état naturel dépassant, même si c’est invisible à l’extérieur, l’unique condition biologique.

Les lignes précédentes ne tomberont pas, j’en suis certain, dans un entendement stérile chez beaucoup ! Ils acquiesceront sans nul doute au fait qu’il faille une entrée et un répondant en soi afin de percevoir, au juste niveau, les vitalités énergétiques que l’on contacte… C’est du donnant-donnant : il faut que notre structure se place, progressivement, aux diapasons des Autorités auxquelles on fait appel ! En effet, ce n’est pas exclusivement le Rituel qui amène l’officiant au statut d’Éveillé, c’est pareillement la maturité, l’orientation du désir,[36] le niveau progressif de Réalisation individuelle…

La « Vibration Pure » est la rencontre et la cohésion, de plus en plus intégrale, entre le Souhait Divin et son attestation en l’homme. Voilà pourquoi il s’avère crucial de saisir à quel point le travail sur soi est INDISPENSABLE ET PARALLÈLE à l’acte magique ![37] Comme écrit plus haut, il s’agit de devenir le Pentagramme : d’où l’importance d’acter, intensivement ET DURABLEMENT, Qualités, Vertus, Aspects de ce Signe dans nos existences… Quiconque veut la victoire doit tendre vers elle : ce qui suppose, assurément, une motion personnelle délibérée.

Certains sujets méritent encore d’être abordés avant de passer à la pratique…

Les liaisons entre le Pentagramme et Karma ne sont pas directes, mais existent toutefois ! C’est dans la logique même qu’un labeur axé sur une transmutation intérieure atténue, A TERME, les effets contrariants de la Loi de Rétribution… A l’évidence certains Rituels, bien plus intenses, sont susceptibles d’agir très spécifiquement sur le karma,[38] mais le Pentagramme, du fait qu’il autorise la spiritualisation des Éléments, de la psyché, du mental et de l’aura, crée en quelque sorte les conditions pour une épuration qui ne sera plus seulement reliée à de proches énergies, mais à d’autres : ces dernières agissant en profondeur grâce à une focalisation sur les corps inférieurs.[39]

Se dévoile donc ici une vision assez limpide concernant tout le cheminement magique : il est question de se donner les moyens de création d’une dynamique qui, de l’intérieur vers l’extérieur, autorise d’abord un allègement et un assainissement des conditions structurelles.[40] Ceci obtenu, après un laps de temps différent pour chacun et sous l’auspice de la Providence, l’opérativité sera sublimée et ressentie avec une densité croissante :[41] cette réalité débouchant, à plus longue échéance, sur de potentielles possibilités de partage[42] mais, surtout, sur une Élévation de la Conscience et, par conséquent, sur la concrétisation d’une intelligence recentrée, connaisseuse et désormais judicieuse… Cette sagacité, unie à une nature débarrassée en grande partie des ombres inconscientes, laissera l’être certes songeur quant à la profondeur des erreurs passées, mais singulièrement émerveillé d’avoir découvert ce qu’est le Saint Amour : Lui qui autorisa non pas encore la fin de toute souffrance existentielle mais, par-dessus tout, la compréhension plus ou moins grande de certaines Lois universelles autorisant la création de nouvelles causes…

Nul ne niera que gravir une montagne de ce type ne se réalise pas sur une courte période ! D’autant plus que si l’objectif est de se relever (de toutes les façons), il faut être très inconscient ou inintelligent pour espérer le gain du marathon en disputant un sprint !

Mais il convient également que la démarche soit acceptable…[43] Quiconque obtient trop de lumière en une fois se retrouve aveuglé, et sa condition sera pire qu’auparavant. Dès lors, en abordant la Magie il est profitable de s’en remettre avec confiance à Qui nous amena vers elle[44] car il est vrai, comme spécifié antérieurement, qu’une collaboration de notre part (selon nos moyens) est concomitante à l’édifiant Travail fournit par l’Esprit. Pour cette raison est ici répété ce que dirent bien des personnes antérieurement : c’est par la répartition altruiste, le service, la compassion, que non seulement s’atténue Karma, que s’illumine ce qui se doit, que se détachent les miasmes et autres larves créées de notre fait, que l’Équilibre refait surface dans les moindres méandres de notre existence mais, surtout, que s’ébauche la Remontée (laquelle est en réalité une descente en soi) !

On remarque donc que le Rituel du Pentagramme exhale deux aspects distincts mais dont la relation ne fait aucun doute : la purification et l’imitation…[45] S’ajoute à cela cette immense Vertu qu’est la patience. Rien de véritablement stable ne s’obtient, en effet, avec vélocité : la vitesse est l’ennemie de la fondation solide !

C’est à ce titre, comme il fut précisé, que l’Étoile Quinaire personnifie l’Homme réalisé qui, par le Cinq, a enrichi sa structure embryonnaire au point de surmonter les passions et autres tendances inférieures : ceci en obtenant la victoire sur la densité (le Quatre) !

Le Pentagramme, comme l’exprime Alexandre Moryason,[46] représente le Cinq « épanoui ». Aussi, en faisant régulièrement ce Rituel qui chasse l’animalité tapie en nous, devenons-nous progressivement le Cinq Flamboyant ; en d’autres termes, nous accroissons subtilement le degré de notre Conscience (Mental Supérieur) en alignant sur lui notre mental inférieur pour sortir du Règne humain et accéder au Règne Divin.

Cette croissance est la véritable « transmutation« de l’être et elle seule permet la victoire définitive sur tous les obstacles de la vie qui ne sont tels qu’en qualité d’épreuves, afin de nous conduire, avec notre accord ou sans ce dernier (et c’est généralement le cas), vers cette Libération.

Dernières considérations…

Le Pentagramme est évidemment engendré à partir de notre mental, ce qui signifie qu’en général une exigence pratique étirée dans le temps est requise avant d’arriver à une visualisation effective et concrète ![47] De multiples exercices existent cependant (au sein de Traditions initiatiques, martiales ou méditatives) afin d’aider à la visualisation. Ceux qui ont quelque habilité trouveront même, par leurs propres soins, différentes méthodes… Toutefois, il n’est pas inutile d’attirer l’attention sur le fait qu’une discipline se distingue, sous forme de degrés,[48] dans l’excellent livre de Franz Bardon « La pratique de la véritable Initiation magique » ! Au demeurant, utiliser un sentier plus structurel est loin d’être superflu : il y a en effet émulation manifeste entre celui-ci et la Magie cérémonielle ! Enfin, il faut ici repréciser qu’en fonction de l’élan personnel, ainsi que du mobile, les résultats de la visualisation s’en iront croissants… Même Karma atténue ses effets douloureux , pénibles, incommodes et, si la profondeur de l’effort personnel se révèle constant, autorise un apprentissage[49] à partir d’une douceur relative.

Il n’est pas superflu de réitérer qu’à force de répétitions rituéliques constantes et régulières l’Élément Feu, autorisant la projection et la perception d’images, s’harmonisera… Sans oublier que, comme il fut écrit, la profondeur de l’intention adéquate et de l’expression compassionnelle générés vers autrui jouent également un rôle des plus essentiels.

Avant de détailler le Rituel proprement dit, d’ultimes points méritent un traitement : d’abord celui du Sanctuaire…

Pour quelle raison destiner un endroit de sa demeure aux travaux magiques ? La réponse apparaîtra assez aisément : tout simplement pour démontrer à la Providence que l’on consent à se placer sous Son Autorité,[50] ensuite parce que la démarche s’effectuant en solitaire l’on discerne que l’imprégnation de notre structure nécessite un maximum de protection… Le lieu sacré réservé à la Réalisation implique (surtout au départ) une « charge » de plus en plus conséquente : laquelle, par effet domino, irriguera également toute notre constitution ! En fait, cet endroit correspond à la Loge qui, elle, est (« normalement« ) hors d’atteinte de nuisances trop appuyées du fait de l’atmosphère « chargée » au fil des Cérémonies.

Bien évidemment, le véritable Temple est soi-même mais justement, de par cette vérité, notre être mérite non seulement un endroit où s’exprimer en plénitude mais, en outre, afin que les Puissances puissent émerger au plus près de notre matérialité, dans l’optique d’un résultat substantiel, il n’est pas irréfléchi d’offrir un emplacement susceptible de les accueillir avec un maximum de précision autant que de sécurité…

Quant à l’installation, ce qu’en dit Alexandre Moryason est suffisamment clair :

 » Considérons donc l’installation de ce Sanctuaire privé. Placez dans un coin tranquille de votre maison ou de votre appartement (ce peut être une partie de votre chambre), à l’Est, là où le soleil se lève, un petit Autel. Ce sera une table, une cheminée, une commode.

 Mettez sur cette table une nappe blanche très propre. Placez au fond et à chaque extrémité de cet Autel, une bougie blanche, haute de vingt centimètres environ ou plus si vous le souhaitez. Vous avez donc deux bougies blanches.

 Entre ces deux bougies, érigez une Image Sainte de votre choix, celle que votre Religion ou vos idéaux admettent. L’essentiel est que cette Image devienne le canal d’une Force vibratoirement élevée. La Vierge ou le Christ (non crucifié) pour les Chrétiens, l’Arbre de Vie de la Kabbale pour les Kabbalistes (Chrétiens ou non), pour les Musulmans, quelques versets du Coran transcrits sur une belle feuille, sont d’excellents supports de Force, les Bouddhistes auront une image ou une statue du Bouddha, etc…

 Devant cette Image Sainte, placez un encensoir qui peut être un petit récipient de métal ou de terre réfractaire.

 Munissez-vous de charbons et d’Encens Pontifical. Ce dernier est très recommandé en raison de la subtilité de son parfum et de son efficacité magique. Vous pouvez faire brûler également du Djaouï blanc ou gris.

 Aspergez de temps à autre les rideaux, les tapis, etc… de quelques gouttes d’Essence de Lavande et de Basilic.

 Veillez à ce que ce lieu soit très propre. N’hésitez pas à laver régulièrement votre nappe. Nettoyez le sol et prévoyez une coupelle pour contenir les allumettes usagées et les cendres des charbons. Aérez souvent cet endroit et pénétrez-y avec des pensées positives et une attitude très respectueuse. Ne fumez pas dans cette pièce et évitez d’y faire pénétrer des personnes (excepté votre conjoint s’il suit une voie spirituelle). Ceux qui, pour une raison donnée, ne peuvent installer chez eux un sanctuaire, pourront cependant faire les Rituels de Purification proposés : une installation rapide, « de fortune » conviendra parfaitement, et, une fois le Rituel effectué, ils pourront ranger les bougies, l’Image sainte, etc… Si même cet aménagement ponctuel s’avère impossible, alors le Rituel pourra être pareillement effectué : l’essentiel résidant dans l’attitude mentale et l’ouverture du cœur... »

Ceci fait, reste la question des cierges (charge et utilisation)…

Il est évident, comme il fut précisé plus haut, que le Rituel du Pentagramme peut s’entreprendre sans faire appel aux Chandelles Divines, reste que l’acquisition et l’emploi de bougies dans le Temple témoigne, de surcroît, du dévouement, de la passion, du désir que nous plaçons sur le Sentier de l’Éveil ! Mais ce n’est pas tout…

J’ai indiqué dans mon premier livre[51] comment descendait l’Énergie systémique touchant notre Terre, de même que sa réception sur certains points géographiques et dans l’homme : il y a néanmoins lieu d’apporter quelques précisions…

Cette Puissance, fut-elle sans pareille, est malheureusement assombrie dès son arrivée sur le Globe : le Karma général ainsi que la nature déviante de notre engeance (sans oublier celle des Négateurs et de tous ceux qui leur prêtent soutien) y sont pour beaucoup…

La Sphère terrestre, et n’est-ce pas triste, est parsemée de forces dont la plupart sont très loin d’être assujetties à la Loi évolutive et qui se densifient inexorablement et rapidement ! Cette circulation complexe d’énergies erratiques dans l’environnement mondain[52] impose en conséquence un intense labeur à l’homme désirant s’extirper (ou ressentir avec le moins d’intensité possible) les multiples flux et courants dégénérés… C’est à ce titre qu’il est aussi intelligent qu’important d’instaurer régulièrement, en nous et dans notre milieu, une Harmonie des Éléments : la chose n’étant toutefois possible qu’en rectifiant, en conscience et par la procédure magique, le mouvement et la propagation désordonnée (voire involutive) des forces pénibles, difficiles et lourdes qui se meuvent ici-bas.

Telle est la raison de l’usage des Chandelles dites Divines au sein de notre Sanctuaire ! D’ailleurs, le terme lui-même ne désigne pas uniquement un lieu rendu ou devenu sacré,[53] mais également un endroit PROTÉGÉ de toute intrusion non désirée : et dans ce cas-ci, d’une immixtion potentielle qui est contraire à la Loi harmonieuse et donc nuisible voire hostile.

Chacun est évidemment libre d’agir comme il l’entend, mais il n’est personne d’avisé (surtout en ce domaine d’activité) qui repousserait un principe de précaution d’autant plus primordial que le préjudice pouvant découler d’une tel geste inconsidéré ne serait, à l’évidence, vraiment pas mineur…

C’est dans cette perspective qu’il est fortement recommandé de recourir à l’utilisation des Bougies Divines : non seulement elles spécifient parfaitement l’orientation de notre idéal mais, par extension, nous prémunissent d’éventuels risques et rectifient (dans le sens élévateur du terme) les forces perverties ! Mais d’ailleurs, si l’on se crée un Sanctuaire pour les bonnes raisons précitées, s’empêcherait-on d’aller jusqu’au bout de la logique en ne prenant pas en compte tous les tenants et aboutissants liés au sujet ?

L’idéal précité se reconnaît d’ailleurs immédiatement grâce aux Chandelles elles-mêmes ! En effet, elles représentent CONCRÈTEMENT[54] les Piliers extérieurs de l’Arbre de Vie : Celui de la Rigueur (A gauche), et Celui de la Miséricorde (A droite).[55] Dès lors, cette réalité signale que l’Énergie systémique parfaitement équilibrée descend, via l’échelon terrestre, sur l’Autel (et sur nous) ! Sans déviation aucune, du moins extérieure : car, évidemment, nos propres imperfections font face à cet Équilibre… Ce Fait Majestueux, toutefois, ouvre des perspectives hautement positives. Ce dont profitera, avec satisfaction et grande reconnaissance, tout homme sensé…

Les deux Chandelles Divines sont toujours de couleur blanche ! Concernant leur charge, il convient avant tout de brûler une pastille de charbon dans l’encensoir et, une fois la dite pastille devenue incandescente, d’y placer un peu d’encens dit “pontifical”. Charbon et encens canalisent le Pilier de la Conscience de l’Arbre de Vie (Le Pilier du milieu) correspondant à l’Élément Air.

On se dote également d’une huile végétale qui fera office de Condensateur Fluidique.[56] On verse cette huile dans un récipient (très propre), un petit bol ou une coupe, et on la bénit en traçant au-dessus du récipient le Signe de la Croix des Éléments.

La bénédiction s’effectue par le signe suivant :

Les doigts sont évidemment dirigés vers l’huile dans le récipient, et la phrase de bénédiction est exprimée tout en traçant le Signe de la Croix :

 » Au nom de YOD-HÉ-VAW-HÉ manifesté par le Pouvoir de Schin, Amen. « [57]

Ce qu’en dit Alexandre Moryason pour la suite :

 » Prenez vos deux Chandelles blanches et au moyen de votre pouce droit, (Le pouce canalise l’Élément Eau et donc le Magnétisme Universel) préalablement trempé dans l’huile bénie, huilez-les de haut en bas, de la mèche vers l’assise de la Chandelle, sans revenir en arrière. Huilez-les entièrement. Faites-en bien le tour.

 

 Pendant tout le temps que vous huilez la première Chandelle, celle qui ira à gauche sur votre Autel, dites :  » Cette Chandelle est la Force Divine s’écoulant par le Pilier de la Rigueur, BlNAH, GUÉBURAH, HOD. Amen. « 

Répéter ceci tant que vous huilez.

 Lorsque vous huilerez la deuxième Chandelle Divine, celle qui ira à droite sur votre autel, dites :  » Cette Chandelle est la Force Divine s’écoulant par le Pilier de la Miséricorde, CHOKMAH, CHÉSED, NETZACH, Amen,  » Prononcez « GuébOUrah, HokmaH, Hésed, NétzacH ». Le H correspond à un souffle rude. On doit l’entendre.

Concentrez bien votre pensée. Visualisez une lumière bleue pénétrer la première Chandelle, celle de gauche et une lumière rouge la deuxième, celle de droite. Parlez à haute voix. N’hésitez pas à répéter plusieurs fois la même phrase pendant que vous huilez.

 Ayez auprès de vous un linge blanc, très propre, sur lequel vous étendrez la première Chandelle huilée, puis la deuxième.

Bénissez-les ensuite ainsi que vous avez fait pour l’huile.

 Lorsque les deux Chandelles auront été ainsi chargées, placez-les dans leur bougeoir respectif et allumez-les selon le procédé suivant :

 1) placez votre allumette enflammée au milieu des deux bougies, un peu plus haut que leur crête et dites :  » KETHER, Que la Lumière soit  » ;

 – 2) dirigez rapidement l’allumette au dessus de la bougie droite, sans l’allumer, et dites en même temps :  » CHOKMAH « ;

 – 3) puis, très vite allumez la bougie gauche en disant :  » BINAH, GUÉBURAH, HOD, Amen  » ; (n’oubliez pas la prononciation sus-indiquée)

– 4) reprenez une allumette, enflammez-la à cette Chandelle gauche et allumez la Chandelle droite en disant :  » CHESED, NETZACH, Amen. »

 A première lecture ceci vous paraîtra compliqué. En fait, ce processus est très rapide : quelques secondes.”

On éteint les Cierges Divins[58] en commençant d’abord par celui de droite, puis celui de gauche : et on déclame en même temps : « La Lumière brille (ou “demeure”) toujours dans nos coeurs. Amen« 

Il est évident que la charge des Bougies ne devra plus se réaliser : elles sont opérationnelles jusqu’à ce qu’il n’en reste rien… Petite précision extensive : lorsqu’on désire placer de nouvelles Chandelles, lesquelles doivent bien sûr être huilées et chargées comme expliqué ci-dessus, on retire la charge des anciennes en les plaçant sous l’eau COURANTE, et en remerciant la Providence…

En allumant ainsi les Chandelles, on reproduit le Circuit de l’Énergie Divine dans l’Univers. Une duplication, à notre niveau de densité, de ce que fait la Divinité est donc effective : c’est tout et, en réalité, il n’y a rien à faire d’autre qu’à suivre Ses Lois. C’est donc selon ce procédé que doivent toujours être allumées les Chandelles Divines…

L’éclair zigzaguant, l’Étincelle Divine engendrant l’univers correspond exactement à la méthode d’allumage des Bougies Divines…

Celles-ci allumées assurent donc une très grande protection, et leur mise à feu correspond au processus de la descente des Forces de l’Arbre de Vie. En utilisant ce procédé au-dessus de notre Autel, la Puissance Divine se manifeste donc concrètement et octroie toute la sécurisation qu’il est nécessaire…

Un niveau d’assistance et de cohésion élémentaire distinct survient avec l’utilisation du signe suivant :[59] la Croix des Éléments (aussi nommée Croix Kabbalistique)

S’il est exact que ce Rituel peut s’exécuter avec une épée consacrée, le signe de bénédiction (vu plus haut) fait aisément l’affaire.

La Croix équilibre les Quatre Éléments en nous,[60] et toujours bien évidemment par l’action de l’Esprit… En y plaçant la Volonté, l’Intelligence, le Sentiment et la Conscience nous accroissons les effets de ce court cérémonial ! Autrement dit, s’il est vrai que cette opération active les forces du Quaternaire, par l’action de l’Esprit (que nous appelons) ces puissances sont harmonisées : ce qui engendre autant une purification qu’un Équilibre en notre sein.

Pour rappeler les étapes à propos du Rituel pentagrammique : allumage du charbon, attendre sa combustion, placer une pincée d’encens pontifical, allumer les Cierges Divins selon la méthode décrite plus haut, ensuite pratiquer la Croix des Éléments…

La technique est assez simple :

Face à l’Est, l’Autel devant soi, on respire calmement tout en visualisant une sphère de lumière blanche irradiante qui grossit et s’illumine de plus en plus au-dessus de la tête.[61] Une variante existe où l’on s’imagine grandir à ce point que l’on contient tout l’Univers…

La main droite faisant le signe de bénédiction (vu plus haut), c’est-à-dire avec l’annulaire et l’auriculaire repliés dans la paume, alors que l’index et le majeur sont étendus, pointez les doigts à hauteur du globe lumineux au dessus de vous, tout en étirant depuis celui-ci un trait descendant par la fontanelle en même temps que vous touchez votre front[62] en disant (en vibrant plutôt) : [63]

 » ATOH « . Ce qui signifie :  » A Toi « , Seigneur (et, en sous-entendu : appartient)…[64]

On descend ensuite la main jusqu’au bas du pubis, index et majeur droits pointés sur le corps.[65] La lumière blanche suit la main et effectue cette descente à travers le corps jusqu’aux pieds.[66] On proclame alors, en touchant le pubis et en vibrant, la phrase suivante (ce qui fait rayonner le sol) :

 » VÉMALKUTH « . (prononcez :  » vé malkouth  » ce qui signifie :  » le Royaume « )

La main remonte ensuite vers l’épaule droite (sans toucher le corps durant le trajet), main toujours en signe de bénédiction et, en touchant cette épaule (où on visualise une sphère de lumière rouge brillante vibrant au son des mots suivants), on dit :

 » VÉ GUÉBURAH  » (prononcez :  » vé guébourah  » ce qui signifie : « la Puissance « )

On se rend à l’horizontal sur l’épaule gauche (la main est toujours en signe de bénédiction et ne touche le corps qu’en atteignant l’épaule) sur laquelle scintille un globe bleu qui vibre alors qu’on clame :

 » VÉ GUÉDULAH  » (prononcez  » vé guédoulah « , ce qui signifie :  » la Gloire « )

On visualise alors la lumière blanche traverser horizontalement la poitrine et s’étendre de chaque côté du corps a l’infini, formant ainsi une croix avec la barre verticale précédemment tracée. A l’intérieur de cette Croix, on joint les mains en touchant le centre de la poitrine (paume contre paume, doigts vers le haut), et en visualisant soit un Coeur d’Or rayonnant soit une Rose, on vibre avec reconnaissance :

 » LÉ OLAM. AMEN « , ce qui sous-entend :  » Dans les Siècles des Siècles. Amen « 

Agir ainsi c’est devenir la Croix Vivante des Eléments équilibrés[67] et, à ce titre, nous percevons qu’au plus de la protection reçue en allumant les Chandelles Divines, lesquelles représentent réellement la Divinité agissant au sein de notre Sanctuaire, par la Croix kabbalistiques nous préparons notre propre structure à acquérir les bienfaits Divins…

Petite parenthèse, le tracé de cette Croix ne correspond pas à la catholique[68] puisque la liturgie de celle-ci font d’abord passer l’épaule gauche avant la droite… Reste que sur l’Arbre de Vie l’Éclair primordial part de Kether puis se rend en Hockmach puis Binah (soit haut, droite puis gauche)… On peut comprendre par là qu’il faille d’abord une action avant une réaction. Le principe actif est toujours antérieur au passif…

Avec l’encens canalisant aussi l’Élément Air, le Sanctuaire, l’Autel, les Cierges Divins, la Croix de Lumière, nous avons tous les préalables nécessaires au Rituel du Pentagramme…

La Cérémonie détaillée ici, comme spécifié ultérieurement dans les pages, est celle du Pentagramme de la Terre EN RENVOI.[69] Quant aux énergies, il suffit de jeter un oeil à la place de chaque Élément pour remarquer que l’opération se déroule « en douceur »… C’est l’Esprit, vers Qui est renvoyée la Terre, qui canalise, purifie, harmonise ensuite les forces au travers des autres Éléments avant que ces vitalités ne reviennent, épurées et équilibrées, à la Terre.

Comme elle est largement diffusée sur internet, je résumerai la version d’Alexandre Moryason (en y ajoutant quelques considérations personnelles ensuite) : elle s’avère limpide et parfaitement pédagogique…

– Allumez une allumette et approchez de celle-ci un charbon. Celui-ci commence à grésiller. Posez-le immédiatement sur un support métallique ou de terre réfractaire. Attendez que les grésillements se propagent dans toute la  » pastille  » de charbon, puis laissez-le rougir. Dès que la rougeur a atteint toute la pastille (elle apparaît seulement lorsqu’on l’évente), jetez sur cette dernière une pincée d’Encens.

Pensez fortement que la fumée blanchâtre qui s’élève transmute les vibrations de l’air ambiant pour attirer l’Élément Air en tant que support du Souffle Divin.

Respirez profondément et en un rythme régulier, en ayant conscience que votre souffle est aussi une expression du Grand Souffle.

– Allumez les deux chandelles de votre Autel

– Face à l’Est géographique, faites le Signe de la Croix des Éléments sur vous.

– Avancez le bras droit, la main en signe de bénédiction, index et majeur pointés vers l’extérieur cette fois-ci (et non sur vous) et dirigez-les vers l’avant de votre hanche gauche, à dix ou vingt centimètres de votre corps. C’est le point de départ du tracé du Pentagramme de Renvoi de la Terre: en bas, à gauche.

Remontez en oblique à la hauteur du front, toujours devant vous, et redescendez en oblique vers la hanche droite au même niveau que votre point de départ (la hanche gauche).

Dirigez vos doigts vers votre épaule gauche.

Allez ensuite horizontalement vers l’épaule droite, à un point au même niveau que votre épaule gauche.

Revenez ensuite à votre point de départ la hanche gauche, en ayant bien pris soin de fermer le pentagramme.

Le pentagramme effectué, visualisez le bleu électrique. Pointez alors vos doigts (index et majeur de votre main droite) au centre de cette figure en entonnant avec le plus grand respect  » YOD-HÉ-VAW-HÉ » (vous chargez ainsi le pentagramme).[70]

Dans ce centre, toujours doigts tendus, tournez sur vous même de 90 degrés vers votre droite en traçant dans l’air un quart de cercle. Vous êtes maintenant face au Sud.

Au Sud, retracez le même pentagramme, chargez le en entonnant « ADONAI« [71] (prononcez Adonaï) puis tournez-vous de 90 degrés sur votre droite; doigt toujours tendus; formant ainsi un autre quart de cercle; vous êtes à l’Ouest.

A l’Ouest, retracez le même pentagramme, chargez le en entonnant « EIEEH« [72] (prononcez Eïééh) puis tournez vous de 90 degrés sur votre droite; doigt toujours tendus; formant ainsi un autre quart de cercle; vous êtes face au Nord.

Au Nord, retracez le même pentagramme, chargez le en entonnant « ATOH GUEBOR LE OLAM ADONAÏ« [73] (prononcez Adonaï) puis tournez de 90 degrés sur votre droite; doigt toujours tendus; formant ainsi un autre quart de cercle; vous êtes revenu à votre point de départ à l’Est, en fermant ainsi le cercle.

A l’Est dites  » Devant moi se tient RAPHAL ; derrière moi se tient GAVRIAL ; à ma droite se tient MlKHAL ; à ma gauche se tient AVRIAL. Devant moi brûle le PENTAGRAMME ; derrière moi brûle l’HEXAGRAMME”.[74]

Vous venez de sceller les quatre horizons au moyen d’un Sceau Divin, le Pentagramme, et vous avez invoqué les Quatre Noms Sacrés qui gouvernent respectivement ces points. Vous avez affirmé ainsi votre orientation fondamentale, celle qui sous-tend votre évolution : vers la montée, vers l’Esprit, vers la dédensification de votre structure. Ceci est essentiel. Vous êtes cerné, protégé. Toute densité et négativité sont hors du Cercle et une partie des scories inhérentes à votre nature a été stimulée,  » réveillée « , pour être désintégrée.

Vous aurez peut-être reconnu le Nom respectif des Archanges : Raphaël, Gabriel, Michel et Auriel. Respectez néanmoins la prononciation donnée dans ces pages même si elle parait étrange.[75]

– Priez maintenant du fond de vous-même ; demandez ce dont légitimement vous avez besoin. L’Espace est ouvert…

– Faites le Signe de la Croix des Éléments afin de clore l’opération.

Je pense que tout ceci est assez limpide et clair…

Personnellement, au moment de la prononciation des Noms Divins je m’efforce de voir le Pentagramme venant d’être créé s’illuminer et flamboyer…

Une couleur[76] peut également être attribuée à chaque Pentagramme : jaune Or pour celui de l’Est (Air), rouge pour le Sud (Feu), bleu pour l’Ouest (Eau), vert émeraude ou marron pour le Nord (Terre)…  Si la chose est trop difficile, on peut prendre la couleur blanche ou bleu électrique pour chaque Pentagramme : elles sont aussi adéquates… Quant au cercle créé tout au long de la Cérémonie, et qui relie les signes pentagrammiques par le centre, l’idéal est de le visualiser en flamme.

Pour ce qui est de la vibration issue de la prononciation des Mots de pouvoir et des patronymes archangéliques, l’idéal est de vibrer à partir du corps mental :[77] la pulsation ondulant jusqu’au corps physique et à l’extérieur de celui-ci..

L’intelligence veut que l’on préconise un emploi QUOTIDIEN (si possible) du Pentagramme de Renvoi de la Terre, et ce pendant au moins 1 an avant de pouvoir passer à « l’Appel » ![78] C’est en effet le minimum : certains praticiens demandent un laps de temps plus long, mais c’est là, je pense, affaire de ressenti personnel. Toutefois, ne pas tenir compte de ce conseil peut s’avérer délicat à gérer car une aura non purifiée recevant un afflux d’énergie peut, au minimum, accroître le déséquilibre élémentaire : engendrant maintes conséquences indésirables…

Le tracé du Pentagramme d’Appel de la Terre change évidemment : on part du front vers la hanche gauche.[79] Pour le reste, tout est identique au Renvoi :[80] l’objectif est similaire, et seul se modifie l’intensité et le « trajet » de la sublime Énergie…  Celle-ci étant assez énergique et vigoureuse en ce qui concerne l’Appel, nettement (toute proportion gardée) plus délicate, souple, agréable en Renvoi… L’une est directe, l’autre s’affine au fur et à mesure de la liaison avec les autres Éléments.

Le tracé du Pentagramme en Appel

L’Élément Terre est celui qui véhicule les autres. Il en est le support. Il contient aussi les scories les plus denses de notre nature : les maladies, les échecs… ainsi que les aspects les plus ténébreux de notre être, liés aux passions, à la violence, à la sexualité, bref, à tout ce dépôt nauséabond dont la connaissance est devenue le fondement de la Psychanalyse et qui, tout en agissant dans l’inconscient, émane de nous et affecte les conditions de notre vie, même si nous n’en avons pas conscience. Ces couches obscures de notre être sont connectées à l’aspect sombre de la Nature.

En ce qui concerne ces couches obscures de notre être, vouloir les “analyser”, c’est-à-dire les connaître ainsi qu’il est recommandé par la Psychanalyse, sans avoir un appui positif et lumineux, revient à ouvrir une fosse pleine d’excréments et plonger dedans, tête première, faute d’avoir une rambarde solide hors de cette fosse pour se cramponner.

Cette rambarde solide est l’Aspect Divin en nous et il n’est nullement nécessaire de voir, de connaître le contenu exact de cette fosse méphitique pour la vidanger. Il suffit d’y jeter un dissolvant chimique très puissant qui la désintégrera sans que nous ayons l’obligation d’y plonger les mains et de la contempler. Ce dissolvant puissant, ce désintégrateur foudroyant des immondices contenues dans notre inconscient, est le Rituel du Pentagramme de Renvoi de la Terre.

Grâce à ce Rituel vous allez littéralement “chasser” les vibrations négatives enfouies en vous et procéder ainsi a une régénération réelle. Vous “renverrez”  les forces destructrices vers l’Esprit qui désintégrera (car c’est Lui en réalité, le Grand Harmonisateur) la nature sombre des Quatre autres Éléments composant votre être et transformera en énergie pure cette “obscurité” ; celle-ci, ainsi clarifiée, reviendra vers vous. Notez donc bien que vous ne chassez pas le négatif vers autrui ou autour de vous !… polluant ainsi la Nature ; vous renvoyez vers l’Esprit qui seul purifie.

En vertu de ceci, on comprend mieux pourquoi il est essentiel d’user de sagesse en évitant que la structure soit bouleversée par un afflux de vitalités violentes ! Le Pentagramme en Renvoi est dès lors parfaitement adapté à un mouvement non perturbateur mais néanmoins d’amplitude…

Venons-en maintenant à l’apparent problème des Noms archangéliques…. La Lumière sur le Royaume utilise, en effet, des suffixes (« Al« ) qui peuvent étonner : RaphAL, GavriAL, MikhAL, AvriAL.

Chacun, selon son intuition, peut cependant garder le suffixe « EL », (Raphael, Gabriel, Michael, Auriel), il ne fait là aucune faute… En réalité, mais peu le savent, les rabbins (et auparavant les prêtres par rapport à la Divinité) altérèrent les Noms archangéliques afin qu’ils ne soient pas « souillés » par un emploi inapproprié.[81] Quant à la Tradition chrétienne, elle garda cet usage…[82]

Reste que l’utilisation de « AL » est d’importance car les Archanges sont bien évoqués selon leurs pseudonymes hébraïques ! Sachant que l’hébreu recèle une charge et une proximité en rapport avec les Sons Divins,[83] et bien, répétons-le, qu’on puisse garder l’épellation usuelle et chrétienne, il n’est ni inconséquent ni négligeable de s’appuyer sur une pulsation s’approchant, au mieux, d’une onde essentielle… D’autant moins que le « pouvoir » s’amplifie par le « A » préfinal ! Il faut, pour le comprendre, et au-delà des sons hébraïques authentiquement créateurs (du fait, comme il vient d’être écrit, d’une grande proximité avec le « langage » Divin), se référer à la Kabbale[84] et à la première lettre de l’alphabet hébreux : Aleph.[85] Aleph est apparenté à l’Alpha (Α, α) de l’alphabet grec, et au « A » de l’alphabet latin. On notera en outre que le Pentagramme se crée par l’addition de cinq « A »…

Bref, la connaissance d’un nom permet, ensuite, l’application d’un certain pouvoir ! Tout ce qui existe porte un nom, et tout ce qui a un nom porte un sens (Qualité, Fonction, Ordre naturel, etc…) C’est d’ailleurs, en fonction de cette réalité que d’aucuns visualisent (lors de la prononciation) les contours de l’archange évoqué… Il n’y a toutefois pas lieu de faire allusion autrement que de façon brève à ces images dites telesmatiques :[86] je pense que l’idéal est de laisser chacun établir ses propres contours (ce qui oblige, de surcroît, à un travail personnel…).

En finalité, le Rituel du pentagramme est la pratique régénérative par excellence : il autorise, même en solitaire, une purification d’autant plus conséquente qu’elle est graduelle et constante ! L’étendue de ce processus recentre par ailleurs la Conscience, l’élevant et la sublimant avec progressivité : la notion temporelle de « résultat » ne reposant que sur le matériau que chacun possède au départ…

Il faut néanmoins noter, succinctement,[87] que les effets du Cérémonial pentagrammique sont certes très nettement positifs mais, d’autre part, que diverses difficultés sont parallèlement en mesure de surgir (surtout au départ)…

Cette situation est inévitable ! En raison d’une très substantielle épuration, différents miasmes peuvent monter à la surface et engendrer quelques spécifiques embarras … La Providence ceinture cependant le parcours et empêche que quiconque soit éprouvé au-delà de ses forces. Tout est divinement contrôlé au niveau structurel ![88]

Reste le problème de l’Ombre…

Alors même que les plans subtils sont imprégnés du souhait évolutif les forces rebelles, pour certaines raisons qu’il ne convient plus de détailler ici, se profilent… Il me semble nécessaire de le signaler afin que chacun sache où il s’engage, pour quel Objectif il le fait et, par extension, quels seront, au-delà de ses infirmités naturelles, ses opiniâtres opposants !

Quoi qu’il en soit, tout homme dont le souhait avoisine l’Offrande pour son prochain, ouvrant par-là même les Portes de la Grâce, se donnera peut-être pareillement les moyens de juguler les cycles involutifs et ceux qui les alimentent ! C’est en ce sens, dans une direction totalement altruiste, qu’il convient d’appréhender, de comprendre, de réaliser et d’attester la flamboyante Étoile…

(Extrait du livre : « Sceau du Coeur et Sentier magique: par la Beauté vers l’Essence« )
Thot Théurge

[1] Son déroulement sera expliqué dans le chapitre.

[2] Philosophe, astronome, né aux environs de 580 avant J.-C. et mort vers -495. N’ayant rien laissé comme écrits, c’est surtout grâce à d’autres personnages, tels Diogène, Hérodote ou encore Proclus, que nous le connaissons. Sans oublier ses disciples. Il postulait (et attestait) l’Harmonie mathématique du Monde.

[3] Même s’il fut inévitablement altéré.

[4] L’Intelligence parfaite maîtrisant le Monde dense…

[5] A l’instar, bien plus tard, d’Hildegarde de Bingen.

[6] Avant cela on trouve un être “brut” et son potentiel.

[7] Nommé « noeud sans fin »…

[8] Surtout avec le Cercle, lequel fait liaison entre les Lois Divines et le pratiquant souhaitant les visibiliser à travers lui.

[9] La Magie adéquatement comprise…

[10] Les Forces élémentaires différenciées.

[11] Voir plus bas.

[12] Ce sont eux, aussi, qui nous fournisse un caractère de quadripolarité : à l’instar de la Divinité.

[13] Pourquoi exactement ?

[14] D’ailleurs, le Pentagramme n’exprime-t-il pas également l’idée de Victoire au sens géométrique et vibratoire du terme ?

[15] Tel l’homme « droit » sur ses jambes, dans sa morale, son éthique, sa droiture.

[16] La densité, avec ses attraits, pouvoirs, plaisirs, étant dans ce cas-ci considérée (erronément) comme supérieure à l’Esprit.

[17] Et donc au dehors…

[18] En validant dans l’existence de tous les jours un ardent désir de Bienveillance.

[19] Laquelle est gangrenée par un karma et des impulsions notoirement méphitiques…

[20] Par une « charge » Divine.

[21] Aussi nommé “Rituel Mineur du Pentagramme » ou « Rituel de Bannissement de la Terre ». J’ai exposé plus haut la signification du terme « bannissement”.

[22] En réalité n’existent que deux Éléments à proprement parler : Le Feu et l’Eau, soit les Fluides Électrique et Magnétique, lesquels forment l’Électromagnétisme Primordial et Fondamental.

[23] Ce qui nécessite, pour le moins, de savoir à quel Élément correspondent les dits défauts et Qualités : ce fait nécessitant une longue introspection et une compétence certaine…

[24] La variation temporelle étant différente d’un individu à l’autre.

[25] Si cela n’était pas, la personne comprendrait la nécessite d’une amélioration et travaillerait en ce sens…

[26] Et donc les Égrégores auxquels on s’attache varient pareillement.

[27] Encore faudrait-il d’ailleurs qu’on sache déterminer avec précision ce premier modèle…

[28] Lui-même reçu des survivants atlantéens.

[29] Et comme le démontre l’expérience personnelle.

[30] Même si c’est par des chemins divergents au niveau de la Transmission.

[31] La Grande Loge Blanche

[32] Souhait attesté grâce aux actes !

[33] Les connaître est donc primordial.

[34] Par une initiative personnelle correspondant à une acceptation (d’abord) et à une activité dirigée à l’extérieur (ensuite).

[35] Même si la nécessité s’impose quelquefois. Voir chapitres antérieurs.

[36] Le souhait d’aider notre engeance est ici prépondérant…

[37] La visualisation, par exemple (facteur important), s’affine au fur et à mesure : son efficacité augmentant en fonction de l’implication que l’on atteste !

[38] Toujours en fonction d’un adéquat ajustement positif et actif de l’officiant…

[39] Lesquels contiennent toutes nos informations karmiques.

[40] Et donc des douleurs engendrées dans l’existence par ces conjonctures.

[41] Chose qui ajoutera encore davantage de motivation ET DE FOI

[42] A de larges latitudes si tel est le Destin de l’individu, mais c’est de toute manière un devoir !

[43] Tant au sens de la durée que de l’intensité.

[44] Ce qui autorise une Divine graduation des obligatoires épreuves à passer : lesquelles sont dues à la densifications des causes karmiques.

[45] Grâce à l’acceptation personnelle.

[46] Dans son ouvrage « La Lumière sur le Royaume« .

[47] Tout dépend de la structure propre à chacun.

[48] Et donc de manière ajustée.

[49] Avec une perception fine de ce qui doit se comprendre.

[50] Prenant en conséquence, avec ardeur, le parti de l’Évolution.

[51] La Théurgie : de l’involution spirituelle à l’Édification planétaire

[52] Au sein duquel nous baignons, par évidence logique.

[53] Par une  correspondance au Divin.

[54] Et non pas symboliquement.

[55] En étant FACE à l’Autel ! Sur notre corps, sur notre arbre de vie, c’est l’inverse…

[56] C’est-à-dire un agent (solide, aérien, liquide) autorisant la liaison entre différents Plans et qui est tout autant un accumulateur (d’où le terme de Condensateur) emmagasinant les Forces appelées… Voir les livre de Franz Bardon à ce sujet.

[57] YOD- HE- SHIN- VAV- HE, soit YECHOUAH : le Christ.

[58] Que ce soit après leur charge (si on ne fait pas de Cérémonie directement), ou à la fin de tout Rituel.

[59] Lequel est tracé avant et après toute opération magique, mais chacun peut également l’accomplir avant quelque exercice énergétique ou même, si le besoin s’en fait sentir, lorsqu’on sent une distorsion ou un mal-être en soi.

[60] En attestant donc très concrètement notre souhait de cheminer vers l’Esprit.

[61] Il s’agit de la Lumière Divine émanant depuis Kether.

[62] Avec le majeur de la main toujours en bénédiction.

[63] A partir et au sein de la sphère : celle-ci « pulse » la phrase exprimée. Il s’agit d’utiliser une méthode vibratoire très spécifique en inspirant et en détachant au mieux les syllabes tandis qu’on expire. A un degré supérieur, mais là ça demande une forme d’entrainement particulière étirée dans le temps, certains vibrent les « mots de pouvoir » à travers leur corps mental, astral et physique… Une « onde » chantée avec un effet vibrato fait toutefois aussi bien l’affaire.

[64] On peut dire Atoh, Atah voir même Ateh ! Atoh est la prononciation ashkenaze. Atah est la manière produite par les communautés séfarades, orientales et en hébreu moderne. Alors que Ateh est une forme influencée par le yiddish.

[65] Mais sans le toucher avant d’atteindre le pubis.

[66] La main s’arrête évidemment au pubis : seule la Lumière, qui transperce littéralement le corps, atteint le sol entre les pieds. Ce sol prenant la couleur de la Terre, c’est-à-dire légèrement brun ou vert émeraude. Ces notions de couleur sont cependant hautement subjectives et dépendantes de l’évolution individuelle.

[67] On appelle l’Esprit qui touche l’Élément Terre (Malkuth) puis le Feu (Guéburah), l’Eau (Guédulah), et se stabilise en Tiphéreth ( l’Air).

[68] Mais bien à l’orthodoxe, par contre.

[69] L’Appel sera détaillé plus avant.

[70] Le Tetragrammaton correspond aux Quatre Éléments : lesquels sont liées aux Quatre Qualités Divines.

[71] Signifiant « Seigneur »

[72] Ceci nous ramène à la rencontre entre Moïse et Dieu ou le premier demande Son Nom à la Divinité, Celle-ci répondant : Eihee ashe Eihee (« Je suis Celui qui est » ou « Je suis ce que Je suis« ).

[73]  » Tu es grand – puissant – à jamais, Seigneur« … On peut aussi vibrer AGLA : qui est le notarikon de cette phrase.

[74]   L’Hexagramme  symbolise la Création, le Monde Divin s’imbriquant en parfaite harmonie avec le Monde Humain. Telle expression tient aussi au fait que ce Rituel est issu de la Golden Dawn dont les membres portaient un hexagramme dans le dos de leur robe cérémonielle.

[75] Explications plus loin.

[76] Et donc une vibration spécifique…

[77] A ce titre, il faut imaginer que la conscience se trouve dans ce corps : ce qui est possible en « voyant » (imaginant) les véhicules astral et physique, sous une forme identique au corps physique, à l’extérieur de soi…

[78] Les énergies de l’Esprit descendant alors directement vers la Terre afin de dissoudre les impuretés structurelles…

[79] On suit ensuite le sens logique.

[80] Ne pas oublier l’encens, l’allumage des Bougies Divines et la Croix des Élément en ouverture et fermeture…

[81] Les prêtres firent en effet de même avec le Nom Divin, Yahweh : d’où le passage au Tétragramme (YHVH), et les synonymes tel que Adonaï (“Seigneur”). Au Moyen-Age, certains chrétiens ajoutèrent l’expression « Shin » (Lettre désignant le Feu) au Nom Ineffable, lequel devint YHSVH, soit Yeheshuah (Jésus). Difficile de ne pas se remémorer la phrase évangélique :   » Je suis venu mettre le Feu au sein des choses… »

[82] Mais sans savoir avec exactitude ce qu’il en était… Du moins en ce qui concerne la foule des croyants.

[83] Les vibrations s’apparentent.

[84] Surtout la phonétique.

[85]  Qui correspond au nombre 1 : Unité parfaite, Source Primordiale.

[86] C’est-à-dire créées par l’imagination en fonction de la signification du Nom, de la valeur archétypale des lettres hébraïques qui composent l’Intelligence à laquelle on fait mention; en accord aussi avec les Qualités inhérentes à l’entité, avec l’Élément qu’elle représente en priorité, avec sa fonction majeure également.

[87]  La chose fut analyse en profondeur dans mon ouvrage « La Théurgie : leçons pour votre bien-être intérieur« .

[88] Même si la méconnaissance et l’impatience empêchent souvent l’homme de le croire…

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Techniques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le Pentagramme

  1. Mick dit :

    J’hésitais à me lancer dans la pratique, mais votre article insiste tellement sur la positivité de ce Rituel que je vais franchir le pas. Merci beaucoup 🙂

  2. Rose dit :

    Merci pour tout cet apport de connaissances. Je relaierai un maximum de vos écrits et partagerai vos liens. C’est le moins qu’on puisse faire. Bonne continuation.

  3. Hervé dit :

    Gratitude pour cet exposé qui est très loin de ce qu’on entend en général. J’achèterai plusieurs de vos livres pour vous soutenir et apprendre. Merci encore.

  4. Lumière dit :

    Merci beaucoup pour ce partage.

  5. Fanch dit :

    Bonjour,

    Vous dites : « La Présence Divine manifestée à travers celui qui oeuvre. De fait, c’est strictement en raison d’un lien conscient avec le Très-Haut que s’instaure la protection… »

    Vous ne faites pas allusion au contact avec sa propre Triade spirituelle ?

    De même, lors du tracé de la croix des éléments, le « atoh » ne renvoie-t-il pas à cette Triade ?

    Au moment de la mise en pratique de la croix des éléments et du rituel du pentagramme, ne serait-il pas judicieux de penser à son « être réel », ou « son dieu », ce qui relève de son êtreté la plus profonde et absolue afin d’oeuvrer, plutôt (ou en plus de..) qu’à une vague puissance, ou « une énergie » comme nous pourrions être tenté de le faire un peu négligemment ?

    Et enfin, ce pouvoir saint en action, ne vient-il pas du plan dit atmique ?

    Ceci afin d’éclairer la notion de lien conscient avec le très haut, qui j’imagine, ne se fait pas d’un claquement de doigt.

    Bien à vous.

    • Thot Théurge dit :

      Bien sûr : c’est de la véritable Trinité spirituelle en nous dont je fais mention. Mais tout autant qu’à notre propre structure (au sens idéal du terme)… Certes, cette dernière a besoin de se transmuter (de se diviniser) mais il ne faut jamais oublier que dans ce déferlement d’énergies celles de notre subconscient (sans oublier les karmiques) ont grande part. C’est pourquoi ce Rituel cherche à unifier le Haut et le bas (Macrocosme et microcosme) : mais le Haut et le bas qui se trouvent EN NOUS ! Autrement dit, est demandé à l’Étincelle Divine présente en notre sein de travailler sur nos imperfections et de les spiritualiser. Ce qui rejaillira jusque dans notre aura et donc aussi, inévitablement, dans notre environnement extérieur. Ce qui est un bienfait pour soi le devient donc également pour le Monde lui-même. Pour peu qu’on le comprenne, au niveau spirituel rien n’est jamais destiné à une unique personnalité.
      Bien à vous
      Thot Théurge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.