WWW.THEURGIE.COM


Signes dans le ciel
( II )


Avant de poursuivre, il est essentiel de noter les deux aspect que montre la manifestation : un aspect assez immatériel, en tous cas furtif, évanescent, fugace; et un aspect plus matériel, semblant solide, tangible, consistant. C'est de première importance car cela nous permettra, au fil des pages, d'apporter des précisions sur ces données, et elles permettront une analyse et une compréhension accrues. Gardons la chose dans une partie de notre esprit pour l'instant (nous y reviendrons amplement), mais notons cependant déjà qu'on ne peut appréhender l'ensemble du phénomène en occultant ce fait: il est des plus décisifs pour saisir exactement les origines et les buts des intelligences qui opèrent... Nous retrouverons donc cette réalité plus loin : c'est vital et hautement logique. Mais chaque chose en son temps, poursuivons tout d'abord de manière progressive : notre faculté de compréhension en sortira grandie.

Le détail, la formulation et la dissection de points généralement "oubliés" vont nous permettre d'élargir l'horizon. Ces détails, que nous trouvons massivement parfois, sont néanmoins suspects pour la gent scientifique, encore une fois parce qu'ils cernent d'un peu trop près les contactés. Et leur étude est écartée, purement et simplement. Mais là n'est pas le point essentiel! Si on s'attache à l'origine de ces éléments on s'aperçoit, de prime abord, que certains sont étranges voire loufoques, mais surtout que d'autres sont extrêmement limpides, trop peut-être... Il semblerait, pour qu'une opinion principale et prépondérante grandisse de par le monde, que certains faits, certaines attitudes ou manifestations nous soient merveilleusement (le mot n'est pas gratuit) démontrés, mais qu'à l'inverse, au-delà des situations trop évidentes, l'objectif réel nous soit volontairement masqué.

Il n'est difficile pour aucun de nous de démontrer par là, car le fait s'est régulièrement produit sur terre, qu'il s'agit peut-être d'une mesure visant à préserver l'humanité. En effet, le choc de deux cultures fondamentalement différentes, avec un rapport de force inégal, détruit toujours, même sans armes, la civilisation inférieure. C'est une réalité dont les preuves, hélas, jaillissent dans toute l'histoire humaine. Peut-on néanmoins opérer une comparaison avec le phénomène OVNI ? la réponse est sans équivoque : non!

Lorsqu'on veut réellement se faire ignorer, j'entends par là avec les moyens propres et fugitifs des OVNI, on peut y parvenir. Mais dans ce cas on ne monopolise pas l'attention comme par exemple à New-York en 1910, comme à Washington en 1952 (où des projecteurs furent même braqués sur des véhicules ronds, brillants, parfois stationnaires, et où de nombreuses photos furent prises) comme en Belgique durant cette vague de fin 1989 (là le battage médiatique fut sans pareil !) ou durant d'autres incursions de par le monde! Celles-ci ne s'arrêtant jamais... Lorsqu'on désire l'incognito on n'envoie pas non plus plusieurs dizaine de contactés sur les routes pour prêcher un message bien précis. Si on veut passer inaperçu il est inutile aussi de SIMULER des pannes en des endroits on ne peut plus urbains...

Soyons en persuadé : à l'inverse de ne pas être aperçu, le phénomène utilise au contraire sa subtilité pour, au travers de certaines circonstances bien spécifiques choisies par lui, et à intervalles irréguliers, aimanter les consciences d'un nombre croissant d'hommes sur son existence, sur sa présence. A terme, et j'expliquerai pourquoi dans quelques lignes, il est certain que c'est une méthode payante.

Si on veut se forger une conception des choses à un haut niveau d'exactitude, il faut réellement s'astreindre à cerner tous les aspects de la matière étudiée. Même si ceux-ci sont hautement dissemblables. Même et surtout s'ils sont en retrait, voire non apparents, et si les convictions les plus intimes peuvent en être irritées. A partir de là on peut voir plus large et examiner en détail d'autres points : tels, par exemple, l'interaction entre le phénomène et le psychisme du témoin... C'est en effet une face beaucoup moins connue que les aspects physiques. Il est primordial pourtant d'en tenir compte. Trop souvent, en effet, seule la "surface" de tel contact est analysée, quel que soit son type, et le spectateur est un laissé pour compte. C'est le prolongement d'une logique on ne peut plus limpide, mais également celle d'un examen inadéquat... Car on imagine que le témoin se trouve toujours par hasard sur la route de la manifestation, cependant, cette théorie vacille sur ses bases en de très nombreuses occasions : le caractère de généralité est ébranlé! Le spectateur n'est pas toujours en effet un témoin occasionnel du phénomène mais, et dans ces cas bien précis, un véritable acteur de celui-ci. Il semble qu'il y ait à ce moment interaction entre l'esprit de l'observateur et la chose aperçue. Les faits le démontrant sont légions. Que de fois ne disparaisse l'objet observé si le témoin appelle un proche. Et pour mieux réapparaître au départ de ce dernier... L'opération peut même se répéter un nombre considérable de fois.

Il arrive également qu'un OVNI apparaisse, avec stabilité et une extraordinaire précision, dans l'encadrement d'une fenêtre ou une lucarne, susceptible donc d'être observé par un homme bien précis... Le cas des pannes est également symptomatique du fait : couramment les témoins décrivent leurs observations de manière assez détaillée alors que d'autres personnes, pourtant mieux placées au niveau des lieux, si ce n'est sur place, n'ont absolument rien remarqué... Qu'est-ce que cela signifie ? Encore une fois on ne peut faire appel au hasard ou à la coïncidence : trop d'incidents attestent la chose! Une finalité existe donc. Nous en parlerons.

Des questions essentielles surgiront néanmoins avant de pouvoir s'attacher à l'étude d'éléments plus obscurs. C'est élémentaire et inévitable. Toute investigation, pour qu'une crédibilité finale s'en dégage doit s'asseoir sur des bases saines, logiques, vraisemblables. La psychologie et la psychanalyse s'appuyant on ne peut plus sur la raison, je m'en voudrais de ne pas citer le célèbre psychologue suisse Carl Gustav Jung qui publia en 1961, sous le titre de "Un Mythe moderne" (Editions Gallimard), une étude sur les manifestations de "soucoupes volantes"...

Le "problème" c'est que ce livre est véritablement en deux parties, "positive" et "négative", et que les négateurs du phénomène ont fortement insisté sur la face qui confortait leur opinion, occultant par là même, et presque totalement, l'autre côté qui est évidemment beaucoup moins connu.

De fait, si on se contente de lire la première partie de cet ouvrage, on demeure évidemment sous l'impression que le professeur oppose une définitive fin de non-recevoir à ces visions. En réalité elles viennent très justement illustrer la thèse favorite du psychologue; celle des archétypes éternellement présents dans l'inconscient collectif de l'humanité...

Selon Jung, l'âme humaine puise ses concepts dans un inconscient collectif, somme des inconscients individuels additionnés au cours des âges. Ainsi peut-on justifier la répétition de certains rêves qui se manifestent chez des sujets fort éloignés les uns des autres, aussi bien dans l'espace que dans le temps. De même expliquerait-on les flagrantes analogies relevées dans les folklores religieux des peuples qui n'ont pu, faute de contacts (selon l'histoire orthodoxe...NDA), échanger leurs mythes. Un certain nombre d'images symboliques, toujours semblables entre elles, constituent les archétypes sur lesquels se modèlent invariablement les fantasmes des hommes, même sains d'esprit. Le disque de feu descendant du ciel, par exemple, se retrouve en tous temps et en tous lieux.

L'ensemble de cette théorie a trouvé, évidemment, beaucoup de reconnaissance... Il faut pourtant répéter que l'extrême probabilité de la réalité objective du phénomène a été rétablie par Jung lui-même. Mais cela, et on ne s'en étonne même plus, peut le disent...

Dans ce livre, en effet, et après avoir développé cette thèse, il entame un nouveau chapitre intitulé : "les soucoupes volantes en dehors de la perspective psychologique". Et là, renversant brusquement la vapeur, Jung constate qu'il n'y a que de trop bons motifs pour interdire de se débarrasser du problème de façon aussi simple... car, après une étude attentive du dossier, il n'est plus possible, "à la lueur du jugement humain", de douter que les objets en question ne soient dotés de quelque aspect de réalité, quelle qu'elle soit...

Etonnante objectivité!
Et qui réveille la question primordiale : quelle est l'intelligence qui agit ? Et par extension : d'où provient-elle ?

Un certain nombre d'hypothèses ont été avancées. Attachons-nous aux plus importantes, aux plus fréquentes.

Les OVNI seraient des véhicules secrets, expérimentaux, fabriqués par les hommes... Insidieusement cette théorie fait son chemin, appuyée qu'elle est par quelques gouvernements. Cet appui va jusqu'à englober une certaine pression sur les médias! Ainsi, en marge de la vague belge qui débuta fin 1989, certains journaux et magazines, à tendances scientifiques ou pas, ont clairement laissé entendre que les témoins étaient des naïfs voire des gens stupides, eux qui considèrent les objets aperçus comme étant des OVNI alors que bien sûr, et c'est de notoriété publique, il s'agit du fameux avion furtif américain F-117A...


Le 31 mai 1990, l'astrophycisien Jean-Pierre Petit est sortit de ses gonds. A l'émission littéraire de TF1 " Ex-Libris " il a réagit très franchement (et durement) sur certaines attitudes propres à l'intelligencia scientifique dont il fait pourtant lui-même partie : pour lui il est clair qu'il y a soit manipulation soit blocage au niveau de l'étude scientifique du phénomène… Quant à la question du Lockheed 17 (l'avion furtif cité ci-dessus), il fut très explicite (et lui sait de quoi il parle…) : il est impossible que cet appareil, aussi sophistiqué soit-il, puisse faire du vol stationnaire ou même descendre en dessous d'une certaine vitesse ! Il faut savoir que cet avion furtif pèse 24 tonnes! Et que ses 17 tonnes de poussées alliées à son poids rendent inconcevable une évolution à moins de 300 km/h... Le silence n'étant pas total non plus. Etrange car, selon de nombreux témoignages, les OVNI auraient évolués, comme cela leur arrive souvent, dans un silence majestueux et en faisant presque des atterrissages...

En d'autres termes, et c'est symptomatique d'une certaine attitude mentale, il y a une distorsion entre les capacités techniques de tel engin et les conclusions scientifiques (et soi-disant objectives) rapportées…

Cette théorie d'engins expérimentaux est-elle valable, raisonnable et fondée ? Doit-elle être nuancée ou ignorée ?

Les OVNI, à l'époque moderne, se sont manifestés de manière oppressante dès le début du 20ème siècle. Peut-on rationnellement penser qu'une technologie humaine est à l'origine de ces engins lorsqu'on sait les merveilles dont ils sont capables ? Quels pays seraient en mesure de créer des appareils susceptibles de voler à plus de 20.000 km/h, de se séparer en plusieurs parties, de se rendre invisibles et de réapparaître subitement, de virer à angles droits, de s'embraser totalement, et passibles de bien d'autres prouesses encore ? Quel corps humain pourrait supporter les accélérations sans pareilles de ces objets ( de 0 à plus de 20.000 km/h en quelques secondes, accélération de plusieurs fois "G") ?

Autre chose encore : est-il concevable que des tests de prototypes se déroulent sur une période de 60 ans (à supposer que la manifestation s'arrête aujourd'hui!) ? De plus : pourquoi le pays possesseur de ces engins ne les présente-t-ils pas au grand jour ? Ce serait pourtant une arme de dissuasion exceptionnelle! On l'a d'ailleurs bien fait pour cet indétectable F-117A, sans parler du B2. Pourquoi dès lors ne pas dupliquer cette action ? Au-delà du secret, la dissuasion, me semble-t-il, est pourtant plus importante, pour ne pas dire essentielle...

Et que dire de ces visions d'occupants répertoriées partout dans le monde ? Encore des inepties ?

Mais allons encore plus loin, et parlons également du passé, qui éclaire maintes fois le présent... Le phénomène a foisonné durant TOUTE l'histoire de l'homme, et ici aussi les "preuves" d'une technologie avancées (voir plus loin) ne manquent pas. Peut-on toujours parler de véhicules secrets ou expérimentaux ? Cette intégration dans l'histoire suppose d'ailleurs plus amplement (et logiquement) une proximité par rapport à l'homme, une co-existence, une co-réalité. Le surgissement fréquent, explosif, surprenant, régulier au fil des différents âges de l'humanité ne plaide aucunement, au niveau de la périodicité et de la science utilisées, pour cette fumeuse théorie d'engins humains expérimentaux! Et cela enlève donc surtout, définitivement, tout crédit à cette hypothèse de prototypes secrets! Même s'il reste possible d'affirmer que durant ces dernières années de multiples avancées technologiques purent peut-être placer la première puissance mondiale sur une certaine voie permettant d'accomplir des prodiges, et donc de créer des engins qui sortent de l'ordinaire, rien ne permet cependant d'affirmer que l'ensemble du phénomène trouve sa source au sein de l'esprit humain et de ses créations. Au contraire... J'ai écrit "l'ensemble" car il n'en reste pas moins qu'il faille nuancer cette analyse au vu de différents éléments auxquels nous reviendrons plus loin : à savoir les diverses expériences entreprises dans l'allemagne nazie (sous l'auspice de mystérieux tibétains); expériences que s'approprièrent ensuite les américains, suite à "l'enlèvement" des multiples savants allemands qui participèrent à différents projet, comme le Projet Schriever-Habermohl par exemple... Nous ne pourrons pas omettre d'y revenir en détail.

L'éventualité la plus courante, la plus affirmée et, d'après les apparences, la plus logique, est la théorie extra-terrestre: ils viennent d'une autre planète. Depuis ou (surtout) hors de notre système solaire...

Cette théorie apparemment sensée ne l'est pas néanmoins pas totalement. Elle suscite des objections. Et l'objection de taille tient surtout à l'énormité des distances à parcourir. Etant admis que notre système solaire n'abrite pas d'autres formes de vie telle que la nôtre, nos hypothétiques visiteurs devraient venir des étoiles. Oui, mais comme nous le savons, de l'étoile la plus proche (Proxima du Centaure), un aller retour demanderait 4,22 ans à la vitesse de la lumière... C'est beaucoup, c'est même énorme pour des êtres qui s'amusent à jouer à cache-cache, à voler quelques légumes ou, mieux encore, à réparer le long d'autoroutes parfois, leur véhicule stellaire, hautement sophistiqué semble-t-il pourtant, qui est en panne... De plus, si leur vaisseau ne se déplaçait qu'au dixième de la vitesse de la lumière, il faudrait mille ans pour que des visiteurs de l'étoile la moins éloigné nous atteignent!

Je laisse en suspend, de façon momentanée, cet aspect, nous le retrouverons de toute manière au fil des pages.

A l'objection logique des distances, une contre-objection est née, hypothèse elle-même : celle d'un ou plusieurs univers parallèles...

Cette théorie annule l'antérieure objection de façon définitive, mais place par là même le débat sur une sphère que la science refusera toujours totalement d'analyser : celle des éventualités surnaturelles (interventions "angéliques" ou "démoniaques"). Il est vrai que, si on s'attache à cette optique, la proximité non décelable du phénomène donne un caractère magique indéniable à sa réalité, car il est presque plus merveilleux de rester invisible, indétectable, que d'apparaître et disparaître subitement.

Cette opinion fut très fortement analysée par la revue américaine "Flying Saucer". Et il nous faut noter qu'une autre hypothèse est plus ou moins similaire à celle décrite ci-dessus : il s'agit des autres "niveaux vibratoires", des autres "plans" de la matière de notre système solaire. Cette notion pourrait très bien être en symbiose avec la précédente,et je ne manquerais pas d'y revenir...

Certains prétendent aussi que les ovni sont en fait des machines à voyager dans le temps. Provenant soit du passé soit du futur... Cette voie est intéressante mais totalement impossible à prouver, l'argumentation logique, les convergences et les vraisemblances font défaut. Cette théorie est totalement invérifiable !

Il se trouve bien sûr de multiples affirmations quant à la provenance des OVNI, mais il ne convient pas de prendre acte de l'ensemble, ce serait par trop fastidieux. Même si certaines de ces hypothèses sont dignes du plus grand intérêt, voire vraisemblables, une quelconque inspiration n'y sera pas puisée. Ce qui sera avancé au travers des pages suivantes peut certes rejoindre par tels aspects une ou plusieurs de ces opinions, mais la similitude ne sera que superficielle. Nous allons aller plus loin, plus au centre. Evidemment...

Ce que nous pouvons simplement retenir de tout ceci pour l'instant, c'est qu'une hypothèse majeure se profile et s'insinue dans les consciences humaines, la plus logique semble-t-il : l'éventualité extra-terrestre! Et à son pourtour gravitent d'autres opinions, minoritaires.

Je ne poserai pas encore de façon explicite la question de savoir si l'affirmation la plus répandue est fondée, mais de multiples exemples attestent en tous cas de son absurdité! Et il est dès lors assez impératif de revenir à cette réalité, et d'insister sur cette vérité : le phénomène, à tous ses niveaux, à travers tous ses facteurs, contient une part plus ou moins grande d'absurdité. Chaque élément est comblé de vérité et de mensonge! C'est une des règles immuables de la manifestation : le vrai est mêlé au faux, l'intelligence qui agit donne tout autant de preuves objectives de son existence et de sa présence qu'elle ne donne d'arguments efficaces et logiques pour nier sa réalité! Et c'est l'absurdité qui est le prépondérant indice qui s'intègre à la négation. Car elle empêche l'étude (scientifique surtout) et par là même occasion fournit des éléments concrets légitimant l'opinion de ceux qui dénigrent. C'est une autre forme de camouflage! Très importante et, nous le verrons, très subtile. Car ici aussi un objectif bien déterminé, une certaine conclusion se met en place dans l'esprit humain...

Pour rester dans cet ordre d'idée, abordons quelques thèmes complémentaires et tenons compte, par exemple, de la forme des OVNI et de leurs occupants...

Plus de 150 formes différentes on été répertoriées de par le monde. C'est énorme. Au niveau des occupants il n'y a pas davantage de spécificité. On trouve de grands blonds aux yeux bleu, des nains, des monstres, divers types de "robots". Tous ces êtres sont soit ensembles soit séparés voire même, et assez couramment, visibles sans que leur véhicule ne le soit... En tout état de cause, le facteur confusion semble être développé à grande échelle. Dans l'optique d'une préparation et de l'application d'un plan élaboré en profondeur et tenant compte de notre esprit fragmentaire, c'est d'ailleurs on ne peut plus normal... Tout oblige à se questionner! Que ce soient les formes dissemblables et fort nombreuses des OVNI, ou le physique des êtres perçus, qui varie énormément...

Peut-être s'agit-il d'une seule et unique entité extra-terrestre composée de races différentes... Ce serait la réponse logique. Ou bien une partie des témoins use du mensonge... Le nombre de manifestations répertoriées et analysées depuis plusieurs dizaines d'années ne plaide pas en cette faveur. Ou alors, pour prendre la chose avec humour, peut-être se peut-il que d'extraordinaires super-civilisations subissent une intensive campagne publicitaire en faveur du tourisme sur la terre et viennent par centaine de planètes nous visiter...

En dehors de cette plaisanterie, on peut aisément affirmer qu'il existe d'autres possibilités; de fait, au fil de la lecture jailliront d'autres thèses. Mais à cet instant il serait souhaitable, pour une limpidité efficiente, de reformuler certaines choses primordiales...

A partir de tous les facteurs qu'il génère le phénomène OVNI est capable de manipuler les convictions et les certitudes de l'homme! Il semble que l'intelligence qui agit ait une connaissance très appuyée de la psychologie humaine, et manoeuvre avec ruse pour insuffler dans les consciences des suggestions (élaborées surtout d'après les apparences) qui sont à même, graduellement, de caricaturer voire de dévier un certain nombre de principes Et certainement les plus nobles (ou les plus terribles) : les principes philosophiques et spirituels! Car, il faut le rappeler, nul n'agirait autrement s'il vouait imposer une croyance... Insidieusement une certaine vérité, TOTALEMENT INCONTROLABLE QUANT A SA DIFFUSION, se matérialise! Elle est larvaire, occulte, mais linéaire et implacable. Le semeur est actif!

Répétons-le à nouveau : le pourcentage d'éclosion est en fonction du nombre de graines semées. Ici, même si la tentative est conséquente, il est clair néanmoins qu'elle ne peut déboucher sur une totale adhésion. Mais c'est une importance mineure... Peu importe que tous n'y croient pas. Il est IMPOSSIBLE sans visibilité absolue, et sans que les circonstances n'y obligent, que l'entierté y croie! Mais l'aimantation graduelle et habile sur le sujet et, au-delà, sur ce qui le cerne, favorise une éclosion compacte et très dirigée au sein de l'humanité. Petit à petit. Comme en comptant les grains de sable d'une plage... Il faut être prodigieusement patient ou tortueux (voire les deux à la fois) pour appliquer un tel plan. La raison majeure et ultime doit manifestement être importante...

Disons-le tout de suite : si le but poursuivi est réellement l'imposition d'une certaine forme de croyance, celle-ci sera, et de loin, la plus importante que l'homme ait connu de toute son histoire, j'entends par là celle qui aura le plus d'impact ! Car en toute foi et évolution spirituelle véritables la chose la plus terrible, comme la plus belle, c'est le silence divin apparent et les Mystères qui en sont comme un prolongement adouci. Si une intelligence dont les prouesses sont telles qu'elles peuvent, par maints aspects, s'apparenter à de la surnaturalité se montrait visiblement (elle-même ou des êtres la représentant) et mettait ses facultés et ses aptitudes à la disposition de l'homme en lui promettant une quelconque élévation (que celle-ci soit même purement matérielle), nul doute que cette perspective attirerait les volontaires en grand nombre, partout et très rapidement! Même et surtout si, de par certaines situations dramatiques qui amoindrissent la raison en chacun, cette démarche s'apparente à un culte envers un mouvement salvateur...

Qu'une telle démarche soit codifiée maintenant et qu'elle intègre en son sein un certain nombre de rituels ou de dogmes précis, peut-être aussi une hiérarchie, et nous aurions là les bases d'une confession religieuse on ne peut plus solide, ainsi que l'expression et la densification d'une légitimité supérieure et extraordinaire... Capables même de réaliser un syncrétisme absolu par la convergence de forces sensibles et de forces imperceptibles! Et là surgit inévitablement le pourquoi de la chose...

Quoi qu'il en soit cela attesterait surtout d'un fait limpide : la manifestation doit avoir un parallèle ou un lien proche avec l'être humain. Elle ne doit pas lui être trop éloigné. Ces approches sont par trop fréquentes et en même temps trop fugaces, trop fugitives. Evidemment nous revenons par ce fait à la question primordiale : qui sont-ils ? Examinons une autre donnée pouvant nous placer sur la voie d'une réponse conséquente : le passé! Le passé avec ses traditions, ses légendes, ses mythes, mais aussi son histoire.

Les peuples du monde entier, dans leur folklore respectif, décrivent tous des contacts plus ou moins importants avec des êtres non-humains dont le caractère général varie : anges, démons, dieux, génies. Mais si dans la plupart des cas les entités sont identifiables - selon leurs dires surtout - parfois un flou obsédant enveloppe leur nature. Il semblerait même qu'une catégorie bien spécifique d'êtres soit, à de multiples moments, intervenue de par le globe. Le plus "étrange" c'est que cette espèce offre de profondes similitudes avec certains ufonautes ("pilotes" d'ovni)aperçus...

Jacques Vallée, astronome et informaticien français, associé du professeur Hyneck pour le projet Blue Book (voir plus haut), a énoncé par le biais de nombreux livres des thèses qui, pour le sujet nous occupant, sont des plus intéressantes. Vallée, en effet, a étudié (durant des dizaines d'années) très concrètement, profondément et assez justement, le parallèle qui existe entre d'anciennes entités et certains occupants d'OVNI. De cette investigation mémorable il ressort, de façon logique et raisonnable, que le phénomène actuel à une base substantielle très loin dans le passé et qu'il s'est mit au diapason de l'histoire humaine...

Les conclusions de cette recherche fantastique sont pour le moins osées! J'admire le courage de ce scientifique qui est, à n'en pas douter, et de par ses thèses hardies, décrié par certains membres de l'orthodoxie scientifique. Il est toujours poignant de voir quelqu'un se focaliser profondément sur l'objectif qu'il s'est déterminé, et ce malgré les opinions extérieures qui sont loin d'être positives.

Vallée ne répond pas à toutes les questions, c'est certain, mais son mérite majeur est d'élargir le champ de vision, ayant compris assez tôt qu'il est futile de se cantonner à un aspect "bien distinct" (à savoir physique) de la manifestation mais, au contraire, qu'une approche conséquente de "tous" les éléments peut révéler une importance.

Vallée a donc raccordé divers éléments : antiques et modernes. Il n'y découvre guère de différences! Point crucial : selon lui, les entités anciennes, comparables à certains ufonautes aperçus, feraient partie d'une race non humaine mais résidant à proximité de la terre : sur un autre plan vibratoire. L'informaticien établit une liaison (que je sais correcte pour ma part!), entre ces êtres et les entités élémentaires (entités issues des quatre Eléments) dont les attitudes sont l'exact pendant des occupants d'ovni...

Petite parenthèse : la création d'élémentaire par un Mage confirmé (qu'il soit Blanc ou Noir) est chose courante! Quant à la fonction de cette entité (et bien que le créateur soit débiteur face au karma qu'il engendre) elle peut varier d'un extrême à l'autre... Quoi qu'il en soit, ce qui est assez "extraordinaire" c'est le rapport entre une donnée "occulte" et un élément qui, apriori, était sensé être de l'ordre de la science matérielle et physique... En fait, nous entrons réellement dans le vif du sujet et de plein pied dans un domaine où les objets semblent différents et éloignés, mais qui ne le sont qu'en apparence.

L'étude de Vallée est remarquable. Je ne peux que vous recommander d'en prendre acte. Cependant on y trouve des lacunes, des carences, là où le bât blesse c'est lorsque le chercheur associe, au niveau de leur nature, ces petits êtres et d'autres personnages non seulement de stature physique opposée, mais d'attitude générale très différente. On peut effectivement émettre des réserves quant à l'exactitude de cette thèse, car bien des faits laissent apparaître comme une sorte de hiérarchie entre les deux catégories d'êtres, en tous cas au niveau intellectuel. On peut donc se demander s'ils font vraiment partie de la même espèce. Quand on voit le fossé qui les sépare on peut d'ailleurs en douter! Les petits êtres sont ombrageux, violents, stupides et, toujours d'après de nombreux témoignages, n'usent de la parole qu'avec parcimonie. L'autre type d'entités (celles qui sont supérieures) est aux antipodes, et il semblerait que les premiers leur obéissent.

Nous verrons plus loin dans le livre, et très concrètement, quelle est la nature exacte des deux espèces. A cet instant il nous faut simplement noter qu'un genre parait inférieur à l'autre. De façon "physique" et mentale! Sachant ceci, une question se pose : ne conviendrait-il donc pas de s'attacher à l'étude de ces entités "supérieures" ? Ne sont-elles pas, selon la logique, en mesure de nous apprendre plus de choses ? Lorsqu'on sait qu'un élémentaire créé ne possède en général qu'un seul des Elément dont il tire son origine, on a déjà une partie de la réponse... Dès lors, comment procéder? La teneur des messages peut nous dévoiler un aperçu des objectifs poursuivis, mais chaque chose en son temps. Auparavant nous devons à nouveau faire appel à la logique : si le phénomène forme un tout et qu'une partie de cet ensemble puisse aussi être repéré dans le passé, il est très probable qu'il en soit de même pour l'ensemble. C'est d'ailleurs bien le cas...

Les légendes relatives à un apport céleste de la Connaissance sont inhérentes à toutes las cultures antiques. C'est une généralité! Ce don du Savoir, aux multiples facettes, fut méthodiquement dispensé dès le plus jeune âge de l'humanité. Il s'est poursuivi ensuite plus ou moins visiblement. Il se perpétue toujours. Sous d'autres formes...

On peut évidemment, et à nouveau, hausser les épaules lorsqu'on prend conscience d'un thème aussi "instable" que le Mythe : le ramener à un niveau de réalité objective, n'est-ce pas dangereux voire risible ? Peut-être! Mais de prime abord seulement. En fait, c'est assez déterminant au niveau du domaine qui nous occupe. Car, lorsque l'investigation se révèle profonde, des "coïncidences" en grand nombre apparaissent - des convergences - qui, à moins d'être totalement borné (c'est-à-dire mort!) ne peuvent que susciter des interrogations.

Cette Connaissance antique apportée aux hommes est liée non seulement au temps mais aussi à l'espace : c'est sur toute la planète que se sont véritablement abattus ceux que, pour plus de commodité, nous appellerons les initiateurs... La science offerte par ces êtres relève non seulement d'aspects divers et, en théorie, incompatibles, mais il semble aussi qu'elle s'intègre parfaitement aux époques concernées. Si dès le départ on trouve une apparente globalité dans le don, tels facteurs sont manifestement plus exprimés selon les périodes. A notre époque dite moderne, c'est logique et nous y reviendrons, c'est surtout la technologie et l'effet mystérieux de certaines forces inconnues qui sont l'attrait majeur susceptible d'aimanter notre curiosité... Mais d'autres éléments de ce savoir se trouvent en tous temps, de façon plus ou moins prononcée. Les hommes ont d'ailleurs toujours, en ligne générale, très bien accueillis cette distribution. Parfois par amour de l'humanité (croyant aider son évolution), mais souvent aussi par orgueil, avidité du pouvoir et avec un ego démesuré. Il est vrai que cela faisait d'eux des gens peu ordinaires : le trait d'union avec les non-humains...

Aux époques antérieures certains de ces initiateurs furent, pratiquement dans tous les pays visités, comparés à des dieux et donc adorés. Etait-ce le but recherché ? Peut-être pas en finalité (et pas pour tous), mais il est clair que c'était loin d'être un fardeau...

Pourquoi cette déification ? C'est la simplicité même : des moyens, des attitudes, des connaissances, supérieurs à l'homme. En certains endroits du monde un aperçu matériel peut encore en attester. Tels ces ornements en platine découverts en Equateur! Comment des indigènes purent-ils produire la température nécessaire à la fusion de ce métal, en l'occurrence SUPERIEURE à 1770°C? Rappelons qu'une telle fusion, en Europe, n'est effective que depuis 200 ans... Quelle infrastructure put élaborer un tel travail ?

Il n'y a pas lieu ici de détailler la somme d'informations disponibles étayant la réalité d'un savoir technique et antique: savoir au moins équivalent à celui que nous possédons aujourd'hui... Pour tous ceux que cela intéresse, de multiples ouvrages (entre autres ceux de Robert Charroux) permettent de saisir à quel point l'Histoire dite orthodoxe est faussée et menée vers une compréhension qui coïncide avec celle de la science officielle... Les raisons en sont aussi complexes que variées! Mais celui qui cherche au-delà des approximations ambiantes se fera une opinion bien plus intime avec la vérité brut, et saisira à quel point les approches d'êtres différents sont une réalité concrète qui permit l'acquisition d'un Savoir touchant toutes les composantes de la société humaine : au niveau sacral, social, technique... Quant aux finalités qui en découlèrent, elles seront progressivement analysées au fil des pages.

Ce qu'il importe de comprendre pour l'instant c'est non seulement (petite parenthèse) que l'apport de la Connaissance à l'humanité est comparable à la boite de Pandore si elle se détourne (comme c'est arrivé) des Lois Evolutives Universelles, mais surtout que l'expansion spatiale et temporelle de cet apport atteste la proximité absolue des donateurs et, par extension, leur "intérêt" pour l'évolution humaine!

Quoi qu'il en soit, pour en revenir aux éléments physiques qui parsèment le monde et qui dénotent des avancées techniques que les peuples concernées ne possédaient pas (selon ce que nous dit la science), nul doute ne peut raisonnablement subsister : des connaissances n'ayant aucun rapport avec les époques concernées ont été dispensées à certains peuples...

Et très vite, répétons-le, certains initiateurs ont été déifiés. De par leur savoir, leur science, et surtout une des applications manifeste de cette dernière. Laquelle ? De manière plus concrète encore qu'à notre époque, il semble que certains de ces "dieux" se déplaçaient sur des engins zigzaguant, lumineux et virevoltants... L'extrême similitude entre ces objets et les OVNI qui nous environnent toujours doit être notée.

Fariboles dire-t-on peut-être ? Peut-être. Mais comment la majorité des peuples antiques a-t-elle pu laisser des descriptions détaillées d'engins volants sans les avoir eus devant les yeux ?

Plusieurs nations du proche ou moyen-orient, à l'instar de beaucoup d'autres, situées aux antipodes, attribuent la source de tout leur savoir au Serpent de feu (similaire au Dragon des chinois)... Est-ce une image ? Dans le cas contraire que pourrait représenter ce Serpent ?

La réalité exprimée par de nombreux textes anciens permet une identification avec les initiateurs eux-mêmes autant qu'avec leurs véhicules (extrêmement lumineux). Car il est bien clair que ceci n'a absolument rien à voir avec le reptile du même nom...

Mertséger était la serpente-vautour et une déesse en Egypte (et est généralement représentée sous la forme d'un serpent ailé), Mardouk fut le dragon qui vole vénéré par les Àssyro-babyloniens, Quetzalcoatl le serpent à plumes des Mayas...

Quels éléments permettent de tracer un parallèle avec l'initiateur ? Il semble que ce soit surtout parce que celui-ci, tout comme son vaisseau, est extrêmement brillant. Comment s'empêcher de penser aux Nagas, les serpents de feu descendu donner la Connaissance sur la terre des Indes ?

Le Gyelrap, livre qui retrace la généalogie des rois du Tibet parle, lui, de sept rois célestes qui descendirent du ciel. On les surnomma les dieux de lumière. Ils repartirent à la fin de leur mission, mais non sans avoir révélé certaines techniques capables de rétablir une conséquente liaison avec leur personne, encore que sous une autre forme... la faculté de renouer le contact avec ces êtres s'est perpétuée jusqu'à nos jours! C'était d'ailleurs, semble-t-il, un point clé de l'enseignement formulé par tous les initiateurs : confirmer la relation à travers les âges, et par là même placer l'homme sur une certaine voie... L'Objectif s'intègre on ne peut plus au temps!

Tous les initiateurs étaient des êtres de lumière! Lug, "demi-dieu" celte, fils de la déesse mère, Danu, était si brillant que "nul mortel ne peut supporter l'éclat de son visage"... Dans la mythologie chinoise on trouve Pan-ku, le premier homme. Mais on remarque aussi un demi-dieu considéré comme l'inventeur et le porteur du feu : Sui yen. C'est par son entremise que les chinois acquirent la Connaissance. Il se prétendait le premier fils du ciel.

Suy-yen est identifiable à Prométhée qui déroba le feu (savoir) du ciel, à Lucifer, dont le nom bien explicite signifie Porteur de lumière, et à Apollon (le Brillant). En fait, et par extension, une équivalence peut se formuler envers tous les initiateurs : ceux-ci apportent le Savoir sous plusieurs formes et leur nature n'est là que pour attester au mieux de leur condition supérieure. Mais le pourquoi (car là se trouve la Clé), en finalité, ne peut déboucher que sur deux voies distinctes, extrêmes : pour l'évolution ou la stagnation (voire la perdition) de l'humanité...

Il y a une exacte concordance entre de nombreuses traditions du globe qui, toutes, relatent l'immixtion d'entités, parlent aussi de certains cultes qui leur furent rendus. Elles attestent par ailleurs d'une flagrante intemporalité! Si nous trouvons en effet des éléments à toutes époques, au sein de l'histoire, et jusque dans notre présent, une raisonnable et élémentaire conclusion s'impose dans une clarté aveuglante : un phénomène singulier, manipulé par des êtres aux attitudes non moins étranges, existe et agit en parallèle (voire au sein) de l'aventure humaine.

Et en tous lieux, à tous moments, le merveilleux dispensé attira l'homme qui, rapidement, voulut faire comprendre aux générations futures sa fascination et son intérêt conséquent pour ce qu'il prit pour des éléments de la faveur divine. Tant mieux pour nous! Cela nous permet de suivre aussi un itinéraire concret dans l'espace, remarquant par la même occasion d'irréfutables analogies... Ainsi, le symbole du dieu Râ (Egypte) est identique au Râ précolombien d'Amérique du Sud et était composé d'un disque solaire entouré d'un serpent... Les "Baalims" étaient des divinités inférieures qui secondaient le dieu Baal au proche-orient, elles apparaissaient quelquefois aux hommes sur des hauteurs. Une similitude peut se trouver en Occident où Crom est épaulé par douze divinités qui se rendent visibles par moment.

La plupart des chercheurs de la science officielle évitent comme la peste les coïncidences trop frappantes qui sont à mêmes de remettre en question la majorité de leurs thèses. Pour ces gens il est primordial de ne pas trop approfondir les choses... Ainsi, si Nut était le ciel chez les amérindiens et la déesse du ciel chez des personnes placées géographiquement aux antipodes, en l'occurrence les égyptiens, il ne peut s'agir que d'un "incroyable concours de circonstances difficilement explicable"... N'allez surtout pas leur faire part d'une action concertée au niveau planétaire! Il leur sera plus compliqué d'éluder le fait suivant...

Jusqu'à preuve du contraire Moloch était une divinité cananéenne, il est alors étrange qu'on en parle distinctement dans le Popol-Vuh, le livre sacré des Mayas-Quichés du Mexique : "Au mois de Moloch, ils sacrifiaient des êtres humains afin d'obtenir de bonnes récoltes"...

Il s'agit bien du même dieu: ses attitudes, ses recommandations, sont identiques au proche-orient, son amour de l'homme va jusqu'à rechercher des sacrifices d'enfants... Plus tard il sera directement associé à un autre dieu - bien qu'on aurait certainement pu le faire plus tôt - et on le surnommera Moloch-Baal...

Et que dire du livre d'Enoch, un apocryphe de l'Eglise, insistant lui aussi, et en 105 chapitres, sur la venue d'entités supérieures, celles-ci se présentant comme des anges.

Le phénicien Sanchoniaton (1200 av. J.C.) est explicite sur la venue d'Astart (Vénus), surtout lorsqu'il détaille l'engin qui transportait cette déesse : un serpent volant! Les textes sacrés hindou parlent aussi très distinctement d'initiateurs venus à bord de véhicules ressemblant à s'y méprendre à ceux que nombre de personnes ont aperçus à notre époque. D'ailleurs, pour prolonger et étayer cette optique, le British Muséum possède des inscriptions babyloniennes qui parlent des "cornes d'Ishtar" (Vénus à nouveau, mais l'astre cette fois) c'est-à-dire le croissant de la planète. Etrange, car ce croissant n'est visible qu'au télescope... Doit-on penser que certains s'en sont suffisamment approchés pour pouvoir en donner la description aux hommes ?

Vénus est une planète singulière. Singulière par le rapport qu'elle entretient avec les hommes (et les Mages, qui savent que certaines entités "négatives" y demeurent...). Astart, Astarté, Ishtar (ces noms, avec d'autres, reviendront plus tard dans le livre sous une autre formes) sont des déesses qui représentent Vénus : l'étoile brillante, première levée, dernière couchée! Douce similitude à nouveau avec le folklore celte ou Grannus (l'Etincellant) fréquente Belisama (pareil à la flamme).

Apollon a lui-même divers surnoms, tels Phoïbos (le Lumineux) ou encore Bélénus (le splendide). Il est totalement identifiable au Baal des phéniciens et au Bel des babyloniens. Tous représentent Vénus, l'étoile du matin. C'est du moins à cette planète qu'ils furent assimilés. En raison de leur demande et en vision de leur nature ou aspect!

Autre point déjà analysé en surface... Prenons conscience de la formulation complète du nom Baal : ses prêtres l'appelaient Baal-Adad, ce qui signifie dieu de l'atmosphère! Ceci laisse toujours supposer une proximité par rapport à l'humanité, à l'inverse d'une origine et d'une extériorisation non justifiées et plus galactique. Distance moindre à notre époque, écarts minimes durant ces périodes... Seule cette réalité permet aisément de concevoir pourquoi le nombre d'apparitions peut être aussi élevé à l'heure actuelle. Comme elles le furent antérieurement.

Divers écrits considérés comme sacrés sont pour le moins formels quand il s'agit d'engins volants. Les négateurs vont en tomber à la renverse, mais ici il n'est plus question de se voiler la face: c'est écrit noir sur blanc...

Le Ramayana, vieux poème hindou composé par le poète Valmiki entre le troisième siècle avant notre ère et complété par d'autres jusqu'au quatrième après Jésus-Christ, en 24.000 versets, et dont le héros est Rama, fils de roi, décrit on ne peut mieux les engins circulant en zig-zag dans le ciel et qui sont semblables "à des nuages azurés en forme d'oeuf ou de globes lumineux", les véritables pilotes s'appelaient les Asuras!

Décrivant un char volant appelé Puspaka et offert au fils du souverain, on lit dans le Ramayana :

" Il ressemble au soleil. Ce véhicule aérien qui peut aller n'importe où est pour toi (Rama)! "

Un peu plus loin :

" En voyant que le char volant se déplaçait par le seul effet de la volonté, Râma éprouva un étonnement indescriptible. Le roi s'installa dans le char qui s'éleva dans le ciel. Il ressentait un grand plaisir. "

Le déplacement de cet engin par une possibilité mentale ou psychique est une importance, mais nous y reviendrons. Notons par contre qu'il existait aussi des véhicules dont le mouvement, pour s'effectuer, a besoin d'autres énergies. C'est du moins ce qu'il ressort des livres ésotériques hindou qui énumèrent pas moins de quarante neuf types de "feux propulsifs" pour engins volants!! Ces modes de propulsion étaient liés à des effets magnétiques et électriques... Le mythe a un relent de technicité pour le moins surprenant, n'est-il pas ???

Les phénomènes célestes, écrit Jacques Vallée (dans son livre "Autres dimensions") semblent avoir été si courant dans le ciel du Japon au Moyen-Age qu'ils agirent directement sur les événements des humains. Des émeutes, soulèvements et troubles sociaux de toutes sortes furent souvent liés à des apparitions célestes, les paysans japonais avaient une fâcheuse tendance à interpréter les "signes du ciel" comme un indice de l'approbation accordée par les pouvoirs célestes à leur révolte et leurs revendications. Ils en retiraient la certitude que leurs rébellions seraient couronnées de succès.

On peut citer bon nombre de semblables événements. Par exemple, le 12 septembre 1271, le fameux prêtre Nichiren était sur le point d'être décapité à Tatsunokuchi quand apparut dans le ciel un objet volant lumineux semblable à une pleine lune : les autorités furent prises de panique et l'exécution n'eut pas lieu. Le 3 août 989, pendant une période de grands troubles sociaux, on observa trois objets ronds d'un brillants peu ordinaire; peu après ils se réunirent pour n'en former qu'un seul... Ce dernier fait nous le retrouverons plus loin dans le temps : lors de cette phénoménale vague belge de fin 89'! Mais il s'agit bien sûr d'une coïncidence...

Loin de cette sottise les éléments inaugurent une réalité différente : ces objets ont notablement infesté les airs, sur les ailes du temps. Les romains les appelaient "Clipei ardentes", c'est-à-dire boucliers de feu, pour les hindous c'est Vimanas ou Puspakas signifiant chars célestes, pour les chinois c'est dragons volants, en Amérique du Sud serpent ailé, comme au moyen-orient.

Si la raison domine, une unique conclusion s'impose : un fait majeur et conséquent observé un nombre illimité de fois, et ce pendant des millénaires, ne peut être assimilé à une invention, une hallucination ou à tout autre explication super rassurante. Il faut d'ailleurs savoir, et c'est un exemple frappant, que les récits sanscrits étaient catalogués selon deux catégories : les mythes proprement dits, appelés "Daiva",et les faits réels qui ont pour nom "Manusa"! C'est dans cette dernière face que l'on trouve, étrangement, des formulations très détaillées sur tout ce qui concerne les Vimanas. Le Samara Sutradhara, par exemple, aborde le sujet des randonnées aériennes sous plusieurs angles : construction d'engins volants (si!), décollages, vols effectués sur des milliers de km, atterrisages normaux ou forcés... Un autre parallèle peut être noté avec les OVNI qui ne se ménagent pas plus dans l'époque qui est la nôtre, car la même source mentionne des armes qui rendent infirmes et d'autres, surtout, qui produisent une paralysie aussi totale que passagère... Parenthèse importante! De nombreuses traditions font état de la faculté antique, reçue des initiateurs, de construire des engins volants... Voilà un bien grand défi à la raison qui, sous la conduite des historiens, nie formellement ce fait. Au stade actuel je ne tiens pas à polémiquer, je pose simplement deux questions : Quel objectif, de la part des hommes antiques, aurait déterminé la mise en place de tout un ensemble de faits tronqués cernant de prétendus véhicules non soumis à l'attraction terrestre?

J'aimerais que l'on s'attache à une seconde chose. La tradition hermétique (avec d'autres) attribue à une ou plusieurs races ANTEDILUVIENNES et toujours évidemment sous l'auspice des porteurs de lumière, des connaissances techniques souvent analogues, sinon supérieures, à celles que nous maîtrisons aujourd'hui. Le Savoir fut donc distillé de deux manières : directement par les antiques Initiateurs et ensuite, parallèlement, par ces races proprement dites : essaimant partout sur le globe (avant et après la disparition presque totale de leurs peuples)... Mais en conclusion actuelle,il faut savoir que le Ramayana parle très distinctement d'une science injectée dans le monde par les initiateurs. Elle s'appelait "Vimana Vidya", ce qui signifie en sanscrit : "La science de construire des vaisseaux aériens"... Il est primordial aussi de noter que le Tanjua et le Kantijua, deux livres sacrés du Tibet, relatent l'existence, voire la prolifération, d'engins antédiluviens similaires aux ovni. Ces "Perles dans le ciel", pilotées tantôt par des humains tantôt par des êtres "étrangers à la terre", en avaient toutes les caractéristiques...

L'influence des initiateurs durant l'antiquité était énorme et, pour certaines raisons qu'il ne convient pas de développer ici, nettement plus concrète qu'à notre époque : la visibilité n'étant pas fugace... De là des suggestions, des conseils plus nets et précis concernant certains sujets, ainsi que des orientations (toujours décelables de nos jours) de nature plus physiques. Nous pouvons en effet remarquer bien d'autres traces de l'impact antérieur des "dieux". En nous attachant, par exemple, à certains monuments anciens qui, manifestement, ont nécessité l'apport et l'application de techniques au minimum équivalentes à celles utilisées de nos jours. La Grande Pyramide l'illustre parfaitement : de nombreux points militant pour la thèse d'un Savoir supérieur au nôtre...

C'est véritablement lors de la campagne d'Egypte de Napoléon que la Grande Pyramide a révélé ses secrets. Les études démontrèrent qu'elle est alignée de manière parfaite par rapport aux quatre points cardinaux et, chose aussi prodigieuse, le prolongement des diagonales de sa base coupe en deux parties égales le delta du Nil. Mieux encore : En divisant le périmètre de la pyramide par le double de sa hauteur, on arrive à pi : 3,14159265! La possibilité nous est aussi fournie de connaître le nombre de jours de l'année solaire (en déplaçant la virgule des décimales du nombre de coudées de la base). Et, chose fantastique, si on projette une ligne de la base Sud de la pyramide par l'intersection des diagonales, elle passerait à plus ou moins six kilomètres des pôles; une déviation qui s'explique par la légère déviation déterminant le pôle magnétique depuis cette époque.

Et que dire des ruines mégalithiques du Pérou et de Bolivie, qui se dressent toujours et sont si vieilles que les historiens de l'empire inca sont incapables de nous dire quels en furent les constructeurs! Les péruviens affirmèrent aux envahisseurs espagnols que ces monuments furent construits par les dieux qui firent voler les énormes roches, pesant chacune plusieurs tonnes, par-dessus les chaînes montagneuses, les vallées profondes et les rivières. On est libre d'en douter, mais il n'en reste pas moins que la technique de ces constructeurs est des plus remarquables! Une pierre cyclopéenne de Sacsahuaman présente trente-deux angles différents lui permettant de s'agencer avec d'autres pierres sans laisser d'espace libre entre elles : et ceci non seulement vers l'extérieur mais aussi vers l'intérieur... La technique et l'habileté nécessaires à de telles constructions sont parfaitement anachroniques ! Il nous serait totalement impossible de réaliser une telle prouesse de nos jours, en dépit de notre expertise et de nos énormes moyens. Que des bâtisseurs antiques aient réalisé de tels prodiges il y a plusieurs milliers d'années paraîtrait insensé si ces constructions andines ne se dressaient toujours à l'heure actuelle : preuves hautement visibles (et assez incompréhensibles pour la science orthodoxe) de la maîtrise de leurs constructeurs...



Sur le plateau de Nazca, au Pérou, de gigantesques figures sont tracées sur le sol. Tout le monde les a déjà vu. Pour le grand public elles, n'ont officiellement été découvertes qu'en 1947 par Kosok et Maria Reiche. Ce n'est pas étonnant : les formes sont immenses, et cependant ne peuvent être parfaitement perçue qu'à une certaine hauteur! C'est assez merveilleux, car dès lors il est impossible que ces dessins d'araignées, de spires géantes (analogues semble-t-il aux nébuleuses spiralées), de formes non-humaines ("divinités"), ou de lignes droites qui se perdent, à priori, n'importe où, aient pu être produits en travaillant au sol! D'autant plus que toutes ces figures sont parfaitement proportionnées. Il serait donc logique que l'oeuvre ait été dirigée d'en haut. Oui, mais voilà : à l'époque où fut réalisé cet ouvrage nul ne possédait, nous dit l'histoire, d'engins capables de voler ou même, dans le contexte qui nous occupe, de s'immobiliser à une hauteur conséquente... Mais si l'homme n'avait pas ces moyens adéquats, qui donc les possédaient ??? Et quand bien même ce fut possible, quels instruments permirent de conserver des ouvrages que le temps lui-même n'altère pas???


Il est assez étonnant que les figures de divinités tracées sur le terrain, et que les nascas (le peuple habitant cette région) ne pouvaient remarquer du sol, aient néanmoins influencé leur art !! Nombre de poteries en attestent. Ce fait prouve par ailleurs, élément encore plus troublant, une incidence profonde, implacable et (toujours) intemporelle de la part des constructeurs (Initiateurs et/ou initiés). Car c'est entre 300 et 400 après notre ère que s'épanouissait la culture Nasca. Ces gens n'ont pourtant pas à leur actif d'ouvrages cyclopéens. Aucun ! II est donc tout à fait improbable qu'ils soient à l'origine de ces dessins et lignes diverses. Elles existaient déjà... D'un autre côté néanmoins, répétons-le, nombre de preuves sont là pour nous indiquer qu'ils eurent des contacts avec les constructeurs ou ceux qui bénéficièrent de leur savoir.

Mais il y a plus important, et c'est une autre étrangeté : comment se fait-il que ces figures et toutes ces traces sont toujours aussi nettes après des siècles d'intempéries ? Par quel mystère et procédé n'ont-elles pas disparu? S'il est vrai que les pluies ne sont pas fréquentes sur le plateau de Nazca, les vents et les tempêtes son autrement plus violents! Un procédé de "fixation" semble donc aussi avoir été employé. Chacun conviendra que l'homme actuel aurait bien de la peine à réaliser un tel exploit...
Mais que dire du dessein suivant que l'on trouve aussi dans ce lieu?

Chacun se fera sa propre opinion


Ailleurs dans le monde, d'autres sites sont semblables à celui de Nazca. En Angleterre, prés de Cambridge, on ne peut voir que d'avion des desseins immenses... Et dans l'Eastbourne on trouve le " Grand Homme de Wilmington "… Il mesure 80m de haut! Cette silhouette est formée par un fossé. Encore une fois cette structure n'apparaît convenablement que lorsqu'on se place à hauteur suffisante : en l'occurrence à bord d'un hélicoptère ou d'un avion...



Quiconque a l'esprit ouvert ne peut que se poser de multiples questions quant à la connaissance, la technique et la virtuosité qui furent nécessaires à l'élévation de tels monuments... Et bien d'autres existent de par le vaste monde!! Si nous-mêmes ne pourrions que très difficilement reproduire de telles oeuvres, que dire des hommes du passé qui, selon la logique historique, étaient très loin d'égaler les capacités matérielles de notre époque ? De toute évidence, selon la raison et les faits qui en attestent, un autre Savoir, aux moyens nettement plus conséquents, s'est joint aux possibilités humaines! Difficile de le réfuter.

Il y a une magistrale profondeur dans le phénomène OVNI : sa régularité méthodique! Les années passent, les siècles défilent, et la manifestation, à aucun moment, n'a suspendu son action. Aucune inertie. Symbiose absolue et croissante avec la curiosité humaine. Objectif totalement linéaire. Implacable.

Bien sûr, l'assimilation dans les consciences varia selon les époques. Dans l'antiquité, nous le vîmes, les occupants furent déifiés; à notre époque on les considère comme d'intrépides sondeurs des espaces sidéraux. N'oublions pas le Moyen-Age où leurs actions eurent pour effet de leur faire porter l'étiquette de magiciens. Et ne laissons pas davantage à l'écart le 19ème siècle, l'ère des sciences dites exactes, où la comparaison qui paraissait la plus adéquate faisait d'eux de sublimes inventeurs...

Chaque période a déterminé la mise en avant d'un facteur bien distinct. Les années se succédant, le phénomène s'est transformé, métamorphosé. Egal à lui-même, tout en étant différent par les conclusions qu'en firent les humains selon les époques. Il faut donc signaler la très grande perspicacité dont fait preuve l'intelligence manipulant les OVNI : l'attestation majeure quant à la condition de ces objets s'intègre on ne peut mieux aux moments de l'histoire, aux tendances humaines! Cette subtile lucidité est pour le moins incroyable. Car ce sont véritablement les conceptions intimes de l'homme qui sont touchées. Rien n'est plus efficace pour ORIENTER sa curiosité et sa conception des choses...

Le fond du plan n'a pas varié d'un iota depuis sa prime application, seule la forme s'est modifiée, au diapason des élans de l'humanité. Il y a une association absolue entre ce que ces êtres nous montrent et ce que, selon nos élans profonds, nous désirons voir!! Ils nous servent à manger selon nos goûts prédominants! Ils nous donnent ce que nous désirons découvrir...

S'il est vrai que nous sommes mis progressivement devant le fait, c'est-à-dire dans l'obligation d'étudier la manifestation, de plus en plus omniprésente, il est cependant clair (pour qui s'intéresse en profondeur au phénomène) que c'est la naïveté ignorante du grand nombre qui est prise pour cible. Car ces "extra-terrestres" nous prennent pour des imbéciles! Combien de fois n'a-t-on pas vu d'ufonautes attendre qu'on les regarde pour arracher quelques betteraves, voler un sac d'engrais ou effrayer une vache isolée... Combien de fois ne les a-t-on aperçu "réparer" consciencieusement une panne survenue , comme par hasard, à l'entrée d'un bourg. Combien de fois n'a-t-on vu ces pseudos voyageurs stellaire s'amuser à faire peur aux gens (en s'agrippant par exemple aux grillages d'une ferme) ? Combien de fois ne les a-t-on pas aperçu dans un comportement stupide et vêtus d'un accoutrement "spatial" d'un goût assez douteux...

Les réparations, qui symbolisent parfaitement toute la stupidité de ce genre d'événements, sont relativement fréquentes dans les observations. Ces dernières, souvent "inopportunes", mettent rapidement les artistes en fuite, mais sans jamais rien oublier malgré leur précipitation. Les outils en nickel pur doivent coûter cher...

La sottise du phénomène se profile derrière tous les éléments qui le composent, même au sein de la tentative (hélas pratiquement réussie) de manipulation des tendances humaines. Bien évidemment certains clameront qu'il n'y a ici rien que de très logique si on s'attache à l'optique d'une civilisation extérieure à la terre. Souvent, néanmoins, il y a une logique par trop appuyée. Ces êtres évoluent au sein d'un cadre certes complexe, mais bien trop similaire à l'idée que nous nous faisons d'eux!

Je me souviens avoir lu un ouvrage où l'auteur se "bornait" à établir sur plus de 500 pages les parallèles existant entre la science-fiction et les situations en rapport avec les OVNI. En dehors de toute conclusion finale ce livre, haletant et sans prétention autre que celle de susciter un certain nombre de questions, par le biais d'une étude complexe et difficile, apporte une preuve magistrale à ce que j'explique actuellement : à savoir que nous avons affaire à une caricature, à un mimétisme axé sur les penchants innés, profonds, de l'homme, quelle que soit leur extériorisation, en l'occurrence ici leurs descriptions au travers de livres de science-fiction!

Sait-on qu'il existe des similitudes notables entre les merveilles attribuées aux OVNI et les écrits, ANTERIEURS AUX FAITS, issus en droite ligne du cerveau de maints auteurs ? Sait-on que la réalité physique et concrète de ces situations est, en de nombreuses occasions, absolument calquée sur l'imagination fertile de nombreux créateurs ? En examinant en détail certaines données (et c'est à la portée de tous), c'est là une recherche déterminante, et elle accentue considérablement cette réalité qui atteste que le phénomène cherche à nous manipuler et à nous orienter dans une certaine direction...

La méthode choisie est d'ailleurs assez intelligente, car c'est par le canal de nos plus intimes impulsions que la manoeuvre séductrice opère. Une telle action altère la réalité et fait passer celle-ci dans un univers peuplé d'archétypes, où se mêlent fantasmes, peurs et espoirs. En fait, il y a interférence : une liaison s'établit entre notre monde matériel, concret, logique, soumis à des lois spécifiques, et un plan où les projections mentales, c'est-à-dire les désirs de chacun, peuvent aisément se développer : l'appui, le lien, le médiateur, c'est le phénomène lui-même.

Manifestement (et vous le comprendrez en poursuivant la lecture) il y a une main mise sur les dispositions naturelles et changeantes de l'homme, que l'on s'efforce d'intégrer de l'intérieur! Cela confère une maîtrise quasi absolue, car la connaissance des besoins fondamentaux, primordiaux, généraux, de l'humanité ayant été acquise, il n'y a plus dès lors qu'à l'alimenter, aux moments appropriés, selon ses désirs...

Voilà pourquoi la manifestation mue tel un serpent : tout se passe, en fait, selon l'itinéraire de l'être humain, c'est une action mimétique... Mais en outre, progressivement, et selon une technique psychologique affûtée, il y a manipulation! Il n'existe en effet aucun autre mot pour décrire une opération qui consiste à masquer ses objectifs réels, à entretenir un flou évident sur la finalité que l'on cherche à atteindre, à orienter les investigations où elles ne peuvent qu'être vaines, sans solutions réellement acceptables autrement que sur la forme.

Mais l'homme semble généralement aveugle, son état mental ne l'oblige pas à analyser la profondeur des choses... Et on l'attire dans des directions bien précises comme la carotte attire l'âne. Et il suit, naïf et affamé... Lui fournir un morceau de sa pitance, à intervalles irréguliers et dans des voies aussi différentes qu'inutiles, donne aux manipulateurs un ascendant véritable sur sa personne : eux délimitent les règles, au fur et à mesure des circonstances , des dispositions, des orientations! Savoir ce que veut l'homme, lui prodiguer les éléments de ses désirs et, progressivement, l'amener vers diverses conclusions TOUTES FAITES, qui sont logiques en elles-mêmes mais faussées à la base dans une optique délibérée : voilà l'opération à laquelle il est confronté. Mais pour le comprendre il faut considérablement dépasser le stade des apparences!

Les psychologues B.F. Skinner et Charles Ferster ont détaillé dans leur livre "Patterns of Reinforcernent" (Les modèles de renforcement) la somme des travaux financés par le Bureau des recherches navales. Et cette étude montre dans quelles conditions un organisme réagissant à un phénomène externe apprend un nouveau comportement, et quelles règles ou techniques il faut employer pour que cet apprentissage soit IRREVERSIBLE... Chose "étrange" ces règles ou conditions sont justement similaires au schéma que le phénomène OVNI suit depuis toujours : une intense activité en tels coins du globe suivie de périodes d'acalmies donnant l'impression qu'il a complètement disparu. A chaque nouvelle vague d'observations, l'impact social devient plus important. De plus en plus de gens sont fascinés par l'espace, par les nouvelles frontières de la conscience. De plus en plus de livres et d'articles paraissent, orientant notre culture vers une nouvelle image de l'homme, et sa place au sein de l'univers. A priori, jusque là, rien de négatif certes, mais ce n'est qu'un aspect du phénomène : et lorsqu'on le relie à ceux que vous découvrirez plus loin, et la certitude d'un chemin positif, vous le verrez, s'estompera graduellement...

De cette recherche au niveau comportemental, il ressort en définitive que certains renforcements sont plus efficaces que d'autres… Si l'entraînement est trop égal et monotone, le sujet s'arrête dans son développement ou même retombe dans un stade inférieur. Et donc, le meilleur programme de renforcement COMBINE LA PERIODICITE ET L'IMPREVISIBILITE!! Dans ces conditions, l'apprentissage est lent mais continu. Il conduit au plus haut niveau d'adaptation et de soumission... Il est irréversible !

Voilà qui est on ne peut plus limpide.

Au delà de la phénoménale lucidité de l'intelligence qui s'active, nous ne pouvons à nouveau que déboucher sur cette question : en vertu de quelle importance majeure sommes-nous gratifiés d'une telle manoeuvre ?

Quelle nécessité rend légitime une telle opération ? Vers quoi peut bien déboucher un tel itinéraire ? Que peut générer une telle progression ? Pourquoi cet immense conditionnement progressif? Que cherche-t-on à dévier, à contrôler ? C'est assez simple en fait, la cible de ce contrôle est le mode de pensée (et donc le mode d'agir, puisque le second dépend du premier!!) de la masse humaine : on conditionne cette dernière! On la prépare...

Doit-on en conclure, et pour nous mettre au diapason des peuples antiques, que le temps de la déification est revenu ?? Celui qui a parcouru mes pages jusqu'ici (surtout le chapitre précédent) n'aura aucune difficulté pour répondre affirmativement... L'effraction "douce" (nous le détaillerons encore davantage) de nos principes spirituels le laisse à penser... En tout état de cause, vu la magistralité de la manœuvre, l'Objectif ne peut que l'être aussi… Et ce travail poursuivi laborieusement depuis des millénaires, portant déjà de nombreux fruits, reflète non seulement une profonde et imperturbable persévérance mais, en outre, vu les innombrables moyens et efforts déployés, suggère également une intensification (déjà apparente) jusqu'à l'achèvement...

Au fil du temps, au fil des âges, les méthodes employées par le phénomène pour aimanter l'esprit des hommes n'ont jamais variées... Si on prend l'exemple de la vague belge de l'année 1989, elle-même suivie d'une vague russe (début de l'année 1990) et française (novembre 1990), on se rend compte que, progressivement, de par l'impact médiatique conséquent, il y a clairement obligation d'étudier ce phénomène qui, dans ces cas bien spécifiques, a monopolisé une attention croissante, énorme, durant des mois. Néanmoins, et fondamentalement, IL N'Y A RIEN DE NEUF SOUS LE SOLEIL!! Pardon, je m'exprime mal, une chose a évoluée : le nombre de gens qui croient au phénomène et, par équivalence presque absolue et immédiate, à sa provenance extra-terrestre. Il n'y a pas de dimension nouvelle qui s'est ajoutée à la recherche, juste une focalisation plus accentuée et un accroissement manifeste et logique des "croyants".

L'objectif des OVNI, qui n'est rien d'autre, identique en tous points à ce qu'il fut depuis la prime manifestation dans l'époque moderne (et bien avant); cet objectif donc est bien atteint : on prépare les consciences! Fort bien, mais à quoi exactement ? C'est ce que vous discernerez plus loin dans ces pages... Mais on peut déjà écrire que pour cela la manifestation se doit de passer par certaines phases, la plus importante étant de se faire remarquer au possible : suffisamment pour attiser la curiosité, insuffisamment, si on s'en tient comme trop de chercheurs aux apparences, pour qu'une éventuelle enquête sur les intentions ne débouche sur une voie de compréhension conséquente. La méthode est toujours similaire! Elle n'a jamais variée.

Difficile de ne pas paraphraser un auteur (Gérard Lemaire, ancien membre de la SOBEPS: l'organe belge collectant les données) qui analysa assez précisément les objectifs ultimes, et qui déclarait que les ovni veulent faire de plus en plus parler d'eux, mais sans se manifester trop ouvertement, car il y a le danger qu'ils soient confondus dans leur plan de tromperie; danger d'être désapprouvés parfois dans les doctrines qu'ils propagent; danger qu'on s'intéresse de trop près à eux et qu'on découvre leur véritable origine...

Ces intelligences ne se manifestent donc que très prudemment, et surtout par l'intermédiaire de contactés qui ne devineront à aucun moment une mise en scène destinée à tromper à longue échéance... Ce comportement ambigu, hypocrite et malsain de la part de soi-disant extra-terrestres évolués, permet difficilement de leur conférer des intentions très pures malgré les grands mots de fraternité universelle dont ils inondent le "marché" de l'ufologie!

On nous attire, on nous bluffe, on nous oriente et on nous ment ! Voilà comment on peut résumer de la manière la plus brève l'action des intelligences qui utilisent les OVNI comme modèles de leur pouvoir... Répétons-le, il n'est ni trop tard ni trop tôt pour changer cette réalité qui a sa base dans le mensonge : c'est simplement impossible! Nul ne peut enrayer cette action, personne n'a même les capacités pour l'atténuer globalement. Des convictions, des certitudes, hélas parfaitement erronées à la base, ont investi les consciences. Et ces opinions sont mêmes quelquefois érigées en dogmes!

Telle est la force du phénomène qu'après quelques dizaines d'années il est parvenu à amener la généralité là où il voulait qu'elle aille. Des conditions psychologiques particulières et affûtées semblent avoir neutralisé les facultés de discernement ou, du moins, et ça me semble plus exact, les ont déviés vers de multiples leurres, aux antipodes d'une certaine vérité qu'il est impératif de dissimuler au possible!

Dans les pages suivantes, je vous montrerai que les OVNI ont un rapport et des liens très concrets avec l'humanité : ils ont une relation solide avec nos interrogations philosophiques les plus controversées! Ce phénomène a sa base au parallèle de la génèse humaine. L' objectif des écrits qui suivent sera de démontrer qu'il sera TOUJOURS actif dans l'histoire de l'humanité. Il le fut à tous moments, il le sera jusqu'au bout...

SIGNES - TROISIEME PARTIE

Tous droits réservés
Reproduction et diffusion strictement interdite sauf autorisation - Droits d'usage strictement personnel