WWW.THEURGIE.COM


Signes dans le ciel


Il nous faut maintenant aborder un sujet sensible qui, même s'il n'y paraît pas à priori, s'intègre inévitablement et nécessairement au sein de ce livre et aidera a comprendre, au plus haut point, quelle intensité et magnitude certains faits merveilleux peuvent avoir sur les consciences humaines. Et, surtout, quel rôle joueront bientôt ces éléments dans les affaires de notre monde mené vers le chaos...

Le phénomène OVNI est une irritation pour l'esprit : que ce dernier soit cartésien ou non. Car ce type de manifestation s'associe parfois difficilement avec nos convictions : surtout les spirituelles. La plupart des personnes ne savent quelle place lui accorder. Ceci tient surtout au fait que nous sommes sous la coupe de conclusions médiatiques, d'expertises pseudo-scientifiques : et toutes ces informations étant elles-mêmes, ensuite, filtrées par nos convictions diverses, notre expériences, notre capacité à ouvrir nos esprits... Ce phénomène fait cependant la liaison entre technicité et surnaturel ce qui, si vous avez bien lu le chapitre précédent, permettra à quelques puissances d'être adorées...

En fonction de tout ceci, il est malaisé de dépasser le stade premier, celui des rapports INCOMPLETS dont nous abreuvent les médias et la science officielle : et il est donc délicat d'aller au-delà de la forme pour intégrer le fond, le centre, là où, comme il fut écrit ailleurs, les choses se comprennent plus exactement.

Autant l'analyse se doit d'être claire autant, me semble-t-il, elle se doit d'être simple. C'est pourquoi j'ai délibérément écarté une certaine systématique de la technique, inhérente en règle générale aux ouvrages traitant de ce sujet. La marge de manoeuvre n'en sera que plus conséquente. D'autant plus que ce livre, par ses directions variées et diverses, acquiert déjà un poids certain. Si pour la compréhension de tous il ne convient pas de l'alléger, il ne faudrait pas davantage que l'on y décèle une omniprésence technique et spécialisée, une lecture accablante en résulterait.

De toute manière cette investigation se place sur un plan différent de l'étude scientifique : l'objectif avoué, vous vous en doutez, est différent. L'horizon de l'enquête a été élargit. Si la science, et c'est la finalité d'une logique propre que je respecte, demeure fidèle à sa démarche qui consiste tout d'abord à déterminer le "comment", je n'ai pour ma part aucune obligation déontologique ou autre incitant à la duplication. De fait, j'ai voulu dépasser le stade de cette interrogation technique pour porter le débat vers d'autres domaines très mal explorés jusqu'ici. Mais c'est hautement compréhensible, nous le verrons.

L'élaboration de cette méthode de travail et de recherche n'a rien de péjoratif face à la communauté scientifique (une partie de celle-ci!) dont je ne voudrais surtout pas minimiser les efforts croissants déployés à l'élucidation d'un phénomène dont la constance est un défi permanent pour notre logique. Cependant, peut-être serait-il avantageux de transposer l'étude hors du contexte trop rigide de la science qui, conséquemment à sa ligne de conduite restreinte, est totalement incapable d'analyser TOUS les aspects d'une manifestation non seulement mystérieuse mais qui, en plus (vous le verrez) se nie elle-même : qui est absurde! Et le scientifique n'analysera jamais l'absurde. Il ne le peut : une certaine optique de travail le caractérise, et le point d'encrage principal c'est la surface, les apparences, la possibilité de relayer l'expérience en laboratoire, les faits concrets et leur liaison avec une raisonnable objectivité...

Autant dire que le fait d'une manipulation des OVNI par une intelligence, et sa capacité d'empêcher une étude approfondie (de par les attitudes et les éléments stupides dispensés) rend les vraisemblances, même étudiées à 200%, presque futiles. Si l'ensemble est manipulé pour que la recherche soit orientée dans une certaine voie (et c'est d'ailleurs bien le cas!) il est manifeste que les apparences, première face projetée à l'avant, le sont aussi et rejoignent cette même direction.

La conséquence est que l'on peut certes disposer d'un certain nombre de preuves semi-objectives, mais extraites d'une FRACTION d'éléments, et ces derniers étant eux-mêmes tronqués... Il n'est par conséquent difficile pour personne de comprendre qu'il en résultera une fausse orientation, des conclusions erronées, voire un blocage évident...

Tout en approfondissant la connaissance des aspects primordiaux du phénomène, il est donc essentiel et préférable, pour une approche aussi sereine que littérale, de dépasser le stade du "comment", il ne nous apprendra rien de plus au niveau de l'étude fondamentale! Il s'agit d'atteindre un autre degré :celui du "pourquoi"! Ce sera la ligne directrice de ce que vous lirez.

L'orientation, l'itinéraire que vous allez suivre ne sont cependant pas simples à baliser. Et il faudra faire preuve de patience et de constance pour relier les éléments à venir avec tout ce que vous avez lu dans les pages antérieures... Mais il n'en reste pas moins, chacun s'en apercevra en définitive, que des facteurs totalement aux antipodes (en apparence encore une fois) finiront par se réunir, et nul ne pourra nier l'absolue nécessité de ce long chapitre.




Les OVNI sont une irritante contrariété pour la conscience humaine... Et il y a fondamentalement deux manières de l'atténuer : soit tourner le dos dédaigneusement et, à grands renfort d'arguments aussi péremptoires qu'irraisonnables, étayer une logique de contestation; ou bien appréhender le phénomène avec l'esprit ouvert, sans nier à priori, et avec le ferme désir d'analyser les données existantes. Mais...un maximum de données : de tout ordre! Pour ce faire la littérature et les éléments médiatiques ne manquent pas. De plus des organismes privés très compétents sont à même de parfaire les connaissances et permettent des contacts avec des gens d'opinion parfois totalement différente. Ce genre d'échange est bien sûr très enrichissant.

L'être humain est assez singulier. Surtout lorsqu'il est placé en face d'un facteur aussi insolite que celui-ci. La majorité des objecteurs, en effet, n'ayant souvent en leur possession que d'infimes éléments - eux mêmes fragmentaires et parfois encore dénaturés - se cramponnent néanmoins à leur attitude de négation de façon énergique. Que ce soit un non-sens ne change rien : c'est la réalité! Mais comment peut-on juger telle chose alors que sa surface est à peine décelée ? A partir de quels critères peut-on conclure ? Agir ainsi c'est assassiner la raison! Elle a besoin de preuves objectives, de cohérence, de logique ou de convergences.

Dans l'optique extrémiste de leur système de pensée, les négateurs prétendent donc, et le plus naturellement du monde, que les témoins sont des malades, des frustrés voire des fous. Les inepties de ce genre foisonnent... S'il est avéré, et l'histoire du phénomène le prouve, que des charlatans de toutes sortes, pour diverses raisons, profitèrent ou profitent de la crédulité de certains chercheurs ou personnes, il conviendrait tout de même de ne pas généraliser! Si le fait reste inévitable (l'entité humaine ayant des besoins psychologiques, entre autres la reconnaissance) et s'il est dès lors dans la logique des choses que d'aucuns veuillent attirer les regards sur eux, cela n'oblige cependant personne, pour appuyer des conclusions fausses, à faire preuve de malhonnêteté intellectuelle et à mettre tous les témoins dans le même sac!

Il faut vraiment avoir un petit esprit (ou de la duplicité) pour opérer un amalgame. Ce n'est pas parce que tel scientifique professerait une erreur, qu'il me viendrait automatiquement à l'idée de rejeter la science en son entier... De plus on occulte ici, et certains consciemment croyez-le bien, un point capital : comment est-il possible de se focaliser sur l'équilibre mental des observateurs alors que très souvent des faits matériels et physiques prouvent leurs dires ?

Ils sont anormaux, dit-on en parlant toujours de ceux qui osent faire part de leur témoignage, victimes d'hallucinations, confondent la lune avec des cigares volants (...), ont des poussières ou des taches sur les yeux (?) Et quand ce n'est pas suffisant on fait appel à d'autres argumentations, plus magistrales les unes que les autres : les OVNI seraient des toiles d'araignées délicatement tissées sur des rubans de brouillard, ou un halo formé dans la brume par deux phares de voiture ou deux projecteurs. Ce pourrait être aussi la planète Vénus, ou ceci, ou cela, Mais pas des véhicules présentés généralement comme étant de nature extra-terrestre. Surtout pas!

Ces quelques négations sont loin d'être exhaustives. Certaines sont attribuables à "monsieur tout le monde", d'autres aux tenants de la science dite orthodoxe et sont représentatives de ce qu'est un réel refus d'appréhender ou d'étudier le phénomène. Mais dans cette logique c'est normal : il n'y a pas de manifestation insolite, donc il n'y a rien à étudier.

En mars 1966, 40 personnes, dont 12 policiers, virent un groupe d'OVNI se poser dans des marécages près d'Ann Arbor, dans le Michigan. Le professeur Hynek (voir ci-dessous) ne put trouver aucune explication, cependant les officiers du projet Blue Book (une des premières commission d'étude et d'investigation, en liaison avec le Pentagone et des consultants scientifiques civils) lui ordonnèrent d'expliquer à la presse que les témoins avaient vu une émission de gaz des marais... Tout est dit.

Le caractère stupide de quelques formulations ayant été démontré, il faut néanmoins opérer une objective extension. De tels faits, et d'autres encore plus farfelus, purent se produire. C'est certain. Cependant, et comme le déclarait déjà en 1952 le général Samford de l'U.S.A.F, plus de 20% des témoignages échappent totalement à ce genre d'interprétation et n'admettent aucune logique. Ce pourcentage est énorme! Lorsqu'on prend conscience du nombre substantiel de manifestations à travers le monde, on ne peut qu'être effaré. Peut-on ramener un phénomène qui infeste véritablement notre atmosphère, et qui a une incidence croissante sur notre conception des choses, à un horizon aussi simpliste que celui cité au-dessus ? Les probabilités affirmatives sont maigres...

Quelques esprits fermés font également valoir une faculté de mimétisme psychologique entre les témoins dont la base serait encore et toujours la reconnaissance. Possible dans certains cas, mais les choses ne sont pas aussi simples... Au-delà de quelques illuminés assez aisément repérables, la généralité des observateurs peut être gratifiée d'une bonne foi évidente et ils sont apparemment sincères ... De fait, l'attraction qu'ils suscitent déplaît énormément à la majorité d'entre eux, et il est clair qu'ils voudraient qu'elle soit moindre et la moins intense possible.

En fait cette fausse opinion, qui a la vie dure, reflète une règle qui est de mise chez les contestataires : la méconnaissance du problème! Il est primordial pourtant de constater que la plupart des témoins répugne vraiment à communiquer la somme de ses observations. Elément logique s'il en est. Peu désirent endurer les critiques, les sarcasmes, les tracasseries, les problèmes divers relatifs à cette expérience.

Ceci étant expliqué il est tout aussi impératif de saisir que si d'autres, à l'opposé, se jettent à corps perdu dans la mêlée, en sachant au plus haut point ce qu'ils vont devoir subir (et en dehors des farfelus rapidement démasqués) c'est pour une seule, unique et élémentaire raison : ils ont VRAIMENT aperçu quelque chose. De concert avec la bonne foi apparente des témoins, leur franchise, leur certitude clairement affichée et leur attitude générale dans la vie sont des critères déterminants dans une enquête : et une fois rassemblés correctement ils laissent peu de place a une éventuelle affabulation.

Autre point. Même s'il s'était avéré que le phénomène ne s'était manifesté qu'à partir de 1947 dans l'époque moderne (ce qui n'est pas tout à fait exacte) l'argumentation négative aurait déjà bien du mal à tenir, mais elle aura d'autant plus de difficulté que le mystère ne s'apparente pas uniquement à notre époque : on peut trouver sa trace à tous moments de l'histoire, même les plus reculés... Bien sur, au niveau scientifique on préfère occulter ce fait par trop inquiétant pour les certitudes qu'on affiche! Cependant les présomptions sont à ce point importantes et convergentes, les preuves foisonnant de par le globe (nous le verrons), qu'il serait non seulement frustrant mais stupide de laisser à l'écart un domaine qui n'est éloigné que par le nombre des années. Le phénomène à ces moments anciens est totalement identique à celui qui nous environne actuellement. Son étude ne doit donc pas rester en suspend, elle peut nous apprendre des choses intéressantes...

Une autre rumeur est également persistante : celle qui consiste à déclarer que seuls des "quidams" sans instruction ou intelligence (et donc, implicitement, friables au niveau mental) virent ce type d'objets... Rumeur des plus infondées! Un tas de scientifiques, de pilotes, d'hommes influents (et, selon les critères des gens, très instruits) ont vu évoluer des engins aux formes bizarres et aux trajectoires déroutantes. Tout comme Carter, ex président des U.S.A. d'ailleurs... Et si des gens de tous horizons sociaux, politiques, culturels, attestent l'existence d'un fait dont la répétition constante est indéniable depuis (je reste moderne) 60 ans, affirmer l'inexistence de cette réalité envers et contre toutes les preuves adverses, c'est faire état, pour le moins, d'entêtement!

" Ce qui est assez surprenant c'est le niveau intellectuel des gens qui disent avoir vu un OVNI. Il est très certainement au-dessus de la moyenne et dans certains cas très au-dessus. Le témoin type est honnête et sérieux. De plus, il est absolument faux de dire que les OVNI n'ont jamais été vu par des personnes scientifiquement formées. Certains des meilleurs et des plus cohérents rapports proviennent de ces témoins...
Quelques cas ont également été rapportés par des pilotes militaires, et je savais qu'ils avaient été bien entraînés...
"
(Joseph-Allen Hyneck, ancien conseiller scientifique de l'U.S.A.F pendant vingt et un ans,
et pionnier aux Etats-Unis de l'étude des OVNI, surtout au travers du Projet Blue Book)


Il est vrai que même si les situations sont flagrantes et incitent à la crédibilité des observations, les négateurs sont quelquefois aidés par certains gouvernants ou pouvoirs (nous venons de le voir) qui pipent les dés... Pourtant les M.O.C. (Mystérieux Objets Célestes) font le maximum pour attirer l'attention…

Une des plus belles observations de ce siècle eut lieu en 1910 (le 21 septembre). Pendant près de trois heures des objets ronds et brillants se relaient à une vitesse incroyable pour survoler New-York. Un million de personnes (au bas mot) furent témoins de la chose. Des embouteillages monstrueux se produisirent et les gens quittèrent même leurs diverses occupations pour descendre dans la rue et mieux observer l'étrange ballet.

Même si les médias n'étaient pas aussi exceptionnellement développés qu'à l'heure actuelle, et donc dans la quasi impossibilité de DENATURER totalement le fait, ils firent néanmoins le maximum, et certainement à cause d'une sourde pression gouvernementale, pour étouffer au possible l'affaire. Le temps consolidera la chose. L'homme, en effet, oublie assez vite...

Corrompre les informations relève bien évidemment d'une incapacité à saisir la manifestation. En réalité c'est le prolongement d'une décision qui consiste à ne pas l'étudier sous tous les angles. Cette négligence ouvre les portes au ridicule! La mort de Thomas Mantell est là pour l'attester...

Le sept janvier 1948, en début d'après-midi et au-dessus de Madisonville, Kentucky, plusieurs milliers de personnes aperçoivent un énorme objet rond, lumineux, et à la trajectoire zigzagante. On donne l'alerte très rapidement car c'est tout près de Madisonville que se trouve Fort Knox, la réserve d'or des Etats-Unis. Une escadrille de F-51, en manoeuvre à cet instant, est détournée vers l'objet. Le capitaine Thomas Mantell en est le leader. C'est un décoré de la dernière guerre, un as. C'est à 14h45 que Mantell a un contact visuel avec l'objet qui monte alors à plus de 6.000M. Le capitaine ne peut l'imiter sans masque à oxygène. Son dernier appel est une déception : "Impossible de le rejoindre. J'abandonne immédiatement la poursuite". Ensuite c'est le silence. On retrouvera le corps du pilote quelques heures plus tard parmi les débris de son avion disloqué. Une mort qui laisse plusieurs questions en suspend et qui souleva dans la population une forte émotion. On pouvait espérer, de par ce légitime sentiment, que l'U.S.A.F. dévoilerait les véritables raisons de l'accident (à condition d'en avoir connaissance). Loin s'en faut! On reste fidèle à ses principes et on sombre dans le ridicule... La conclusion officielle se résume à deux solutions : Mantell s'est tué en poursuivant un ballon-sonde ou la planète Vénus...

On reste hagard devant la subtilité des supers spécialistes et la vision déficiente d'un héros de la chasse américaine incapable de différencier les accélérations sans pareilles d'un objet zigzaguant et la fixe luminosité d'un astre...

Mais il faut le dire : tous les scientifiques n'adhèrent pas à ce camouflage qui a perduré durant des dizaines d'années. A l'écart du pouvoir "bien pensant", avec des fonds propres ou au sein d'associations, ils étudient, se questionnent, cherchent en profondeur et tirent même parfois certaines conclusions. Néanmoins, il y a plus de 60 ans que les membres de cette recherche semi-parallèle tournent en rond, il n'y a aucune solution en vue. Pourquoi ? Encore une fois parce que la science est "inadéquate" pour une analyse complète du phénomène : de par sa méthode de travail qui se résume à une approche par l'extérieur (en restant donc à la périphérie). Se focaliser uniquement sur l'empirisme ne peut déboucher que sur une vérité tronquée et divisée : une représentation absolument partielle !

Que l'on comprenne bien le sens de ceci! Il n'y a pas lieu de remettre en question cette façon de travailler, elle est vraiment telle qu'elle doit être : scientifique. Je veux néanmoins et simplement faire comprendre qu'une révélation majeure ne peut découler de cette recherche, uniquement des bribes de savoir qu'il est certes merveilleux de connaître, mais qui non seulement ne nous font pas approcher de l'essentiel mais auraient même pour effet, si on se contente de les tenir pour la vérité ultime, de nous en éloigner...

Répertorier les atterrissages à travers le monde, analyser les traces laissés par les engins, reproduire parfois en laboratoire certaines choses, c'est fantastique et il faut le faire! Mais, excepté pour les preuves objectives (et comme base pour une étude orientée autrement) en quoi cela nous avance-t-il de noter ces éléments ? Est-il plus important d'avoir une connaissance précise du mode de propulsion des OVNI ou ce que veut l'intelligence (puisqu'il s'en trouve une) qui contrôle le phénomène ?

Bien sûr chaque chose en son temps, il faut procéder par étapes, mais c'est très vite qu'on a pu noter toute une série de facteurs physiques inhérents aux OVNI. Depuis lors on peut parler de stagnation : la priorité se doit d'aller dans d'autres directions. Elargir l'horizon s'avère indispensable et logique. Le fait de discuter sur l'existence des ovni est largement dépassé, les preuves foisonnent dans les rapports : effets électromagnétiques, traces concrètes et visibles, brûlure, effets de dessication, etc... Ce postulat étant posé, la question suivante tombe sous le sens : ces vaisseaux ayant une existence réelle et mesurable, d'où viennent-ils?

C'est une question essentielle. Et elle est apparentée à une autre : trouve-t-on une intelligence qui contrôle le phénomène ? Tous ceux qui étudient sérieusement sont formels : le phénomène est contrôlé! La différence notable s'effectue logiquement sur le genre d'intelligence qui est à l'oeuvre.

Depuis nombre d'années des centaines d'hommes ont cherché son origine. Certains se sont forgés une opinion, d'autres n'ont pu véritablement conclure. Mais comme ce sont, à la base, les faits physiques, concrets, tangibles dans la matérialité, qui poussent à cette conviction, comment peut-on confirmer cette certitude en dehors et au-delà de ceux-çi, s'approchant par là même occasion des BUTS de l'intelligence ? Car le hasard n'existe pas ici, un objectif est planifié! Mais quelles sources sont capables de nous fournir les données déterminantes ?

Il n'y a qu'un seul appui qui permette un saut par delà les obstacles. Il est presque impossible de poursuivre dans l'étude technique des OVNI, d'autant plus qu'une avance technologique absolue se dessine concrètement : le blocage se fera donc à un moment ou un autre. C'est d'ailleurs pratiquement déjà l'inertie. Si l'étude doit se poursuivre, l'obligation est de tenir compte d'autres aspects du phénomène. Ne pas le faire reviendrait à schématiser les solutions obtenues, l'équivalent d'une vérité divisée! Mais nous avons affaire à un ensemble, même s'il est composé d'éléments distincts voire extrêmes. Utiliser tel ou tel fragment comme s'ils représentaient à eux seuls l'entierté , et ceci pour étayer avantageusement ses convictions, serait une erreur grandiose, les ultimes "preuves" (convergences) ne se trouveront qu'en axant la recherche sur toutes les faces de la manifestation. Et c'est bien pourquoi il est nécessaire d'explorer en profondeur une autre facette : les cas de contacts. Et un genre plus précisément…

Il y a trois sortes de Rencontres Rapprochées :

-Celles du Premier Type se disent d'une observation exempte d'interaction discernable entre l'objet et l'observateur ou l'environnement.
-Les Rencontres du Deuxième Type se disent d'un OVNI observé et qui est en interaction avec l'environnement (traces sur le sol, effets et destructions divers) quand ce n'est pas avec la personne (nausées, brûlures, paralysie temporaire, syncope, etc…)
-Bien évidemment, ce sont les rencontres du Troisième Type qui, même si elles sont parfois déconcertantes, fascinent la plupart des gens. D'un point de vue personnel je dois dire que je n'ai pas été séduit, ce type de contact a fait mieux... Pas tous, mais la plupart de ceux qui sont orientés, et j'y reviendrais, dans une voie qui n'a, THEORIQUEMENT, aucun rapport avec le phénomène...

Les observations du Troisième Type ne concernent plus uniquement l'ovni, mais bien aussi ses occupants... Depuis plus de 60 ans des centaines de contacts ont été recensés dans le monde. Et les deux caractéristiques principales de ce genre de Rencontres Rapprochées, pour paraphraser Hyneck, qu'elles émanent d'un seul témoin ou de plusieurs, sont leur extrême étrangeté et l'ébahissement absolu des observateurs. On note chez ceux-çi une forte réticence à signaler leur observation et, lorsqu'ils s'y décident néanmoins, un très vif désir de rester dans l'ombre se dessine. Comme ces observations durent couramment plusieurs minutes, permettant ainsi aux témoins de retenir des détails caractéristiques, il semble difficile de leur imputer des hallucinations (la nature de celles-çi étant d'être brèves et sa victime généralement incapable d'en décrire de façon détaillée la teneur).

Si la plupart de ceux qui étudient le phénomène sont obligés, par les faits, d'accepter la réalité des Rencontres Rapprochées du Troisième Type, un point spécifique, déchaîne par contre les passions et divise les enquêteurs : celui des contactés! J'entend par là les personnes qui prétendent avoir dialogués avec des entités sortant d'ovni et avoir même reçu, quelquefois, un enseignement à partager. Dans ces pages le terme n'aura pas d'ailleurs d'autre sens.

Ce mot, contacté, a le pouvoir, et je trouve cela fantastique, d'hérisser le poil des investigateurs scientifiques. Pour la quasi majorité d'entre eux ces témoins sont tous à mettre dans le même sac! Je vous laisse deviner lequel… C'est, me semble-t-il, aller un peu vite. De plus, ce genre d'attitude ne fait pas avancer d'un millimètre une étude qui, au niveau de la science, en a bien besoin…

C'est assez symptomatique d'un certain état d'esprit qui, en dehors de ses prérogatives, ne veut pas s'engager. Si les raisons sont diverses et compréhensibles, elles sont tout autant inexcusables. Car c'est s'aventurer dans une impasse que de croire qu'en cernant un facteur très limité du phénomène on cerne sa globalité. D'un point de vue empirique on peut être satisfait mais, malheureusement, on ne peut analyser le phénomène OVNI sous le seul angle de l'empirisme. La route est bloquée, il faut s'orienter différemment.

Les contactés sont-ils sincères ? Comme dans tout groupe humain il est possible qu'il y ait parmi eux des mystificateurs, des mythomanes, mais ceux-ci sont rapidement reconnus, car ils se démasquent à un moment ou un autre. De plus, sans données adéquates, il est n'est pas raisonnable de faire un quelconque amalgame.

Des opinions larvaires mais tenaces sont propagées dans la foule. Ainsi l'idée selon laquelle les contactés seraient avides de dévoiler leur histoire : soit par tendance mystique soit par appétit de lucre, ou besoin de reconnaissance...

Ces thèses simplistes sont-t-elles réellement applicables ici ? Je ne m'étendrai pas sur le "mysticisme" qui englobe la plupart des contactés. Pas encore! Je le ferai plus conséquemment dans quelques pages. Mais analysons ce prétendu désir matérialiste.

Est-il concevable, raisonnable, d'annoncer (dans la cellule familiale, amicale, ou au grand jour) une rencontre avec une forme de vie différente ? Et ceci avec le risque de bousculer toute sa vie ? Car elles sont assez nombreuses les femmes qui ont abandonné leur contacté de mari, les parents qui ont fermé les portes au devant de leur fils ou fille trop exubérants, leur semblaient-ils, dans l'imagination. De plus, une fois la stupeur de l'entourage passée, leurs conséquences établies, ce sont d'autres problèmes qui surgissent et peut-être seront-ils permanents, intensifs, implacables, durant une certaine période de la vie. Encore une fois il faut que la certitude personnelle soit réellement ferme pour pouvoir filtrer tout le négatif ambiant jusqu'à un point supportable!

N'y a-t-il pas de moyens plus rapides, moins ardus, plus logiques et davantage terre-à-terre, pour gagner de l'argent ? S'il est vrai que des contactés, et nous y viendrons plus loin dans le livre, sont à la tête de petites, moyennes ou grosses entreprises vantant les messages reçus, ce n'est pas, vous le verrez, une volonté délibérée (à la base) de faire absolument du profit, mais une conséquence qui découle de facteurs divers. Un de ceux-çi, essentiel, c'est simplement, et malheureusement, le fait que maintes personnes, friables ou à l'affût peut-être de certaines choses sortant de l'ordinaire, entrent en contact avec le témoin ou ceux qui le représentent. Cette liaison se poursuivant quelquefois sous forme de dons plus ou moins élevés...

Dans cet ordre d'idée on peut d'ailleurs ajouter qu'un dynamisme assez impétueux est couramment développé : un prosélytisme! C'est une attitude fécondée par une foi. Car c'est bien d'une foi dont on traite ici. Brut mais efficace. Une croyance gérée par des principes pseudo-scientifiques à relents "philosophico-religieux". C'est d'ailleurs la cause fondamentale du rejet par la science orthodoxe, car ici il n'est plus question d'analyse telle qu'elle l'entend : on est véritablement dans un autre domaine. Il reste qu'il fait partie intégrante de l'ensemble, c'en est même un des piliers! C'est simplement un extrême, parmi d'autres, du phénomène.

S'il est donc bien exact que la grande majorité des témoins sont sincères et que le contact s'est bien établi, un problème apparaît toutefois, une intrigue. L'amplification des rencontres de ce type sur toute la surface du globe est pour le moins étrange... Si un fait bizarre doit interpeller c'est bien celui-ci, car c'est de lui que peuvent jaillir les questions primordiales et, par extension, les éventuelles réponses.

Je m'attacherai à démontrer au fil des lignes suivantes, que cette attitude véritablement EXPONENTIELLE, malgré le voile dont on cherche à la couvrir, laisse apparaitre un plan méthodique, un itinéraire, très singulier... Un facteur nébuleux mais cependant discernable, lorsqu'on prend la peine d'étudier en profondeur d'autres sources et données, semble être projeté à l'avant : l'émergence d'une croyance bien précise, structurée tel un gigantesque mouvement syncrétique qui ferait passer les multiples et diverses croyances de ce monde (exotériques et ésotériques) pour d'agréables fables sans intérêt...

Tout se passe comme si la confession que le phénomène s'évertue à propager incite à s'orienter vers d'autres objets de dévotion et de vénération : à savoir eux-mêmes ou la puissance dont ils se font les représentants... Ceux qui eurent la patience de lire ce livre jusqu'au présent chapitre ne devraient pas en être trop surpris!

A force de patience, de persévérance, de manipulation des événements et des esprits, l'Objectif des intelligences contrôlant le phénomène OVNI commence à prendre forme, et cette dernière est loin d'être négligeable. Comment ne pas penser à l'image du semeur qui enfouit des graines dans son champ, en grand nombre. Il ne sait combien vont germer, mais il sait qu'il en a semé suffisamment et que le résultat sera conséquent...

Et ainsi, alors que les immixtions se poursuivent par intermittence en différents points du globe (contrôle et focalisation des consciences) les multiples contactés manoeuvrent également, certains atteignant une grande notoriété. Et il semble que l'objectif ultime qui détermina leur envoi de par le monde, très subtil car ne pouvant que réussir à porter du fruit, soit réellement et intimement (chacun le verra) relié au devenir même de l'Humanité! Il est très probable aussi que, tout en étant sincères, ces personnes (et cela ne nous étonne même plus) ne soient que des pions, néanmoins nécessaires, de ce plan " supérieur " : les probabilités étayant la thèse du bluff et de la tromperie sont énormes! Au fil des pages l'objectif sera d'attester cette opinion et, au-delà, surtout de chercher à connaître le pourquoi de la chose.

SIGNES - SECONDE PARTIE

Tous droits réservés
Reproduction et diffusion strictement interdite sauf autorisation - Droits d'usage strictement personnel