WWW.THEURGIE.COM



CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE DU LIVRE


Spiritualistes ou simples curieux avides de sensations psychiques se rejoignent souvent sur un plan donné, à savoir qu’il existe un Etre, une Force, une Energie incommensurable que l’on peut placer au-dessus de tout et de tous : et que l’on nomme Dieu.

Un point de divergence majeure apparaît néanmoins en exerçant une pression intellectuelle : ce Dieu est-il uniquement le témoin de Lois strictes et immuables ou est-Il assez proche des entités en devenir que sont les êtres de Son système pour S’en occuper ?

Au-delà du précepte supérieur fourni par le Christ, il est un autre mot que l’Humanité ne semble plus percevoir à son juste niveau : le mot PERE... Pourtant, à y réfléchir en profondeur, il milite on ne peut mieux sur la proximité Divine et le soucis qu’a le Logos de tous ceux qui vivent en Son Domaine !

S’il est donc exact de militer pour la réalité de Règles universelles établies en fonction d’une Harmonie Totale souhaitée, il ne l’est pas moins de prétendre qu’en vertu de ce Principe, Dieu Se Soit personnellement engagé !

Pour possible que soient nos différences (quant à la forme) avec la doctrine chrétienne de la Rédemption, il reste que nous attestons pareillement de la Grandeur et de la Miséricorde de Celui qui nous maintient dans son Souffle ! Nous soutenons qu’Il vient en personne pour fouler ce monde et lui indiquer une Voie sans pareille, car offerte à la conscience et à l’intelligence de chacun ! Mourut-il sur la Croix ? C’est liberté personnelle de le croire ou non. Mais ce qui importe vraiment est qu’Il descendit jusqu’ici, qu’Il enseigna et souffrit pour nous permettre un recentrage conséquent. C’est preuve d’Amour et d’Amitié, de Sollicitude et de Compassion. Preuve également qu’Il est bien Père et qu’Il n’eut donc aucune retenue quant au fait de frayer avec Ses fils imparfaits...

Par le Christ, Dieu S’est personnellement donné. Il ne peut faire plus ! C’est sous-estimer l’Amour Divin que d’affirmer le contraire : c’est Lui imposer des limites. Mais le sage sait qu’il n’en a aucune, ou, plus exactement, qu’il n’y en ait qu’une qu’il ne peut dépasser sans être contradictoire : celle de la liberté des vivants. Il reste que chacun devrait se remémorer ceci : l’Amour couvre TOUTES les fautes ... Cela ne signifie nullement qu’il ne faudra pas « payer » ses erreurs, mais que rien, JAMAIS, à l’exception de le vouloir véritablement et personnellement, n’empêchera l’Harmonie de s’installer en nous. Pas même ce qu’on qualifie de « mort »... En réalité, la mort n’existe pas, le « passage » est juste l’atteinte d’un autre état de conscience... Car la Vie est un état perpétuel ! De même qu’en Dieu n’existent aucune obscurité ou stagnation, de même n’y a-t-il aucune fin de Vie, aucune mort. Le propre de Sa Nature est de donner la Vie, pas la mort ! Car étant Eternel, Il est Vie... Et lorsque Celui qui est la Vie la fournit aux engeances inférieures, c’est pour l’Eternité. C’est pourquoi Son Nom se dit « Dieu des Vivants » ; c’est-à-dire « Dieu de ceux qui ne meurent jamais »... La Vie est un Mouvement, un Souffle et une Expansion Eternels.

Certains mourrons vraiment néanmoins, tous ceux qui brisèrent ce Lien électromagnétique les reliant à leur corps égoique : à eux est promis la seconde mort. Il reste que ce fait est subordonné à un choix propre, il ne résulte aucunement d’une sorte de fatalité ou de malédiction (Je ne suis pas venu pour juger ou pour condamner, disait le Christ. ..) : c’est une décision personnelle répétée encore et encore au fil des âges ; navrante certes, mais qui milite, elle aussi, pour ce respect total des libertés d’autrui qui n’est propre qu’à Celui qui est Père de tous...



L’initié nous dit que le temps de l’Initiation généralisée est revenu... Mais comment faut-il accueillir cette nouvelle ? Les "douleurs de l’enfantement" de ce monde attestent qu’une lutte fait rage, et, à qui sait objectivement le reconnaître (nous n’eurent de cesse de le proclamer), ceci apporte un déni des plus flagrants à l’hypothèse selon laquelle n’existerait qu’un seul règne d’existence majeure ! Sans plus... En vérité, au-delà des sens physiques, au-delà de cette vie, ailleurs, et même si le Temps n’est plus un repère, existent d’autres réalités, d’autres règles, d’autres vies, d’autres êtres.

Pas plus donc que ne cesse la Vie après cette courte vie, il apparaît avec une aveuglante clarté que notre chemin croise, dès ici-bas et ailleurs, d’autres modèles d’intelligence. Ceux-ci, selon leurs fonctions, nous guidant ou nous trompant, mais, TOUJOURS, nous forçant à une remise en question ... Qu’arrive donc, par extension, ce fameux Guide universel ou qu’il ne vienne pas, qu’il soit angélique ou négatif, chacun doit sans cesse se souvenir que le Chemin est essentiellement emprunté dans la « solitude » de son âme personnelle. Car la parcelle divine qui nous soutient, et qu’il nous faut redécouvrir dans son immense splendeur, nous conduit d’abord à nous-mêmes avant de nous mener vers les autres. Si donc un Phare éclaire un jour, à nouveau, l’humanité ; ou s’il ne l’éclaire pas visiblement, pour celui qui se sait sincère dans sa recherche, cela ne change fondamentalement RIEN ! Si ce n’est l’immense plaisir qu’il aurait à intégrer cette large démarche initiatique (à supposer qu’elle soit positive...) afin de partager ses expériences... Pour le reste, à son niveau personnel, les résultats de son évolution dépendraient toujours de l’intensité réelle qu’il mettrait à purifier en lui ce qui doit l’être !

Tous ceux qui savent avec quelle ardeur peut brûler la Flamme Divine sise en tout être n’ont nul besoin effréné de vision des sens physiques ! Ayant d’abord cherché, ils voient, ils comprennent, il gouttent, ils ont conscience...

L’important n’est pas la fin des Temps ou d’un Temps, l’essentiel est le moment présent ! Savoir qui on est, où on se situe dans le Plan, ce qui nous pousse à agir, ce que nous faisons pour les autres et pour notre propre évolution (ce qui revient à glorifier l’Unique) : tout cela est aussi primordial et fécond que l’éventuelle et visible arrivée d’un Meneur universel...

C’est pour nous aussi, et surtout, que peut distinctement se manifester la Gloire Divine. L’incarner, c’est La visibiliser...

Ces phrases se devaient d’être écrites, car trop nombreux sont ceux qui, impatiemment ou «servilement», attendent ce Maître (alors qu’Il ne viendra peut-être pas...) ! Pourtant, si d’aucuns veulent vraiment changer, les Messages élévateurs ne manquent pas : il s’en faudrait de beaucoup qu’il n’y en ait aucun qui corresponde à ce qu’on recherche... Dès lors, pourquoi attendre ? Chacun sait ce qu’il y a à faire : se purifier, connaître, s’harmoniser, et surtout, aimer ! Certains le comprennent, d’autres pas encore. Et il est vrai, hautement vrai, que la densité « oppressante » de ce monde voile bien des vérités...

Il est délicat, en effet, de souscrire à certaines opinions relatives aux autres dimensions, à l’existence de vies invisibles mais omniprésentes, à l’interaction de flux magnétiques supérieurs avec les nôtres (etc.) tant qu’un fait concret, tangible, voire visible, ne soit pas d’actualité ! Oui, mais ce n’est pas pour rien que le Maître nous dit « heureux ceux qui croient sans avoir vu », car me fait est synonyme de foi pure, alors qu’une réalité perceptible par les sens peut aisément être détournée (par notre propre esprit imparfait ou par d’autres) vers une voie qui n’aurait plus rien d’évolutive... La conviction véritable est affaire d’ouverture de cœur, elle ne résulte pas de l’écoute des sens intégrés au sein de cette illusoire densité !

« Vous êtes des dieux » disent l’Ecriture et le Christ. Certes, mais l’émergence concrète de cet état divin est affaire de temps, d’efforts, de sacrifices et de conquêtes. Beaucoup d’appelés, peu d’élus... Jamais néanmoins de défaite totale ! Sauf à réellement le vouloir...

Il y a belle lurette que l’homme a perdu son innocence, mais cela le rend-t-il horrible pour autant ? Sa faiblesse est patente et pourtant, malgré de funestes déviations, il cherche, inversement, à devenir de plus en plus humain dans sa généralité ! Il ne cesse de lutter, souvent maladroitement, parfois inconsidérément, devant le flot d’obstacles qui se dresse devant lui.

Et de cette Humanité qui se recentre progressivement s’élance, peu à peu, un groupe d’espérants soucieux d’acquérir et de partager Connaissance et Amour... Leur nombre ne croit certes pas au rythme de ceux qui ignorent les Principes existentiels (la majorité de la masse), mais la profondeur de ce qu’ils dégagent fluidifie parfaitement ce "corps du péché", comme écrivait l’apôtre des Gentils, que les peuples de ce monde, de siècles en siècles, d’espaces en espaces, édifièrent ici-bas !

S’il est donc exact que les Forces Evolutives et Supérieures sont directement détournées, polluées, viciées, dès leur contact avec la Terre (ce que les diverses Traditions traduisent par La Chute), il n’en resta pas moins que diverses individualités, traversant les Ombres de cette sphère corrompue, ne cessent de se battre afin d’offrir cette Lumière qu’ils connaissent désormais et qu’ils savent luire en tous cœurs...

Cette tache est des plus ardues, car que voit l’ensemble des hommes en scrutant les méandres de l’histoire ? Du négatif surtout ! Guerres, violences, haine, erreurs, dégout, désespoir, anarchie. Embarrassante liste non exhaustive résultant de l’humaine faiblesse... Serait-ce donc que ce monde soit irrémédiablement perdu, voué à l’autodestruction ? Serait-ce que le mal gagne et n’est plus en mesure de perdre ? En vérité, Celui qui nous a gratifié de Son Souffle joue un « jeu » qu’il est parfois délicat de détailler, même schématiquement : il joue à « qui perd gagne »... Et s’il semble à beaucoup que l’histoire s’enlise trop dans l’affliction et les souffrances de tous ordres, il nous faut sans cesse rappeler que, en définitive, le seul et unique responsable est la race humaine ! Ce monde est tel qu’il est surtout parce que nous l’avons voulu... Ce monde est ce que nous en faisons. Qu’il soit fou ou non, c’est nous qui le rendons tel. L’accepter permettrait déjà d’amorcer une démarche plus évolutive. Si tout un chacun, là où il se trouve, quoi qu’il vive, se recentrait en lui, là où brille le Brasier de l’Harmonie, et très vite, malgré l’intensité des Forces régressives, une puissance jusqu’ici inconnue pour le grand nombre irriguerait la sphère terrestre !

Imaginez d’ailleurs maintenant un monde sans cet épineux problème du mal... Cela vous semble difficile ? C’est compréhensible. Car c’est de l’esprit humain (ou autre) qu’il jaillit, cet événement lamentable... Pour rayer cette erreur, il faut donc, par nécessité, que se transmute l’esprit, qu’il se transfigure, se recentre, et soit fécondé par des effluves supérieures et positives ! Il y a donc, par extension, obligation de luttes et de méthodes purificatrices. Il y a nécessité d’une saine Connaissance fondée sur l’application progressive des Lois Universelles !

Si le mal, qui n’est pas Conscience , ne peut que se manifester dans et par les consciences , ces dernières ont l’exigence de s’abreuver à une Source délivrant l’Harmonie au sein de toute la structure humaine : c’est-à-dire au niveau mental, psychique et physique.

Plusieurs voies existent, mais il faut bien convenir que seule la Théurgie, qui est Connaissance, Pratique et Evolution, opère avec tant de force et surtout avec tant d’équilibre ! Elle est le Grand Œuvre (celui de la Transmutation), le Yoga des yogas, la Méditation Supreme, la Prière Totale, elle permet d’intégrer cette Lumière qui absorbe les Ténèbres, que beaucoup méconnaissent ou réfutent : la Conscience véritable...

En scrutant le monde et ses laideurs, ses difficultés, ses impossibilités, et même en face du courage, de la compassion ou de la solidarité, il nous faut avouer une certitude qui sublime toutes les autres ; certitude fondée sur la Connaissance pratique et théorique véhiculée par nombre d’individualités connues ou méconnues : l’Harmonie Quadripolaire est la grande Nécessité... Car c’est à ce stade que l’esprit se fond dans l’Esprit, l’ego intégrant l’Ego, la périphérie s’acheminant vers le Centre. Et c’est là, dans ce Centre rayonnant, loin des brumes de tout ordre, que se révèle parfaitement la phrase du Christ : « Soyez des Lumières ! ». C’est de là que ne cessent de partir les encouragements, les aides, les actes, de ceux qui nous devancent évolutivement et qui nous font comprendre cette autre parole du Maître : « Moi, Je SUIS... »

Tous ces Guides, invisibles pour ceux qui ne sont pas encore prêts mais tellement distincts pour les autres, il me faut ici les remercier ! Qu’il s’agisse d’êtres humains divinisés ou d’êtres différents, qu’ils sachent que je les sais proches et attentifs, et que s’enracine définitivement ma gratitude envers leur immense aura de compassion...

Il nous importe à tous de comprendre encore ceci :

Le véritable Savoir est réservé à des fins élevées, car l’homme est appelé à l'Union avec l’Esprit Unique ! Le sacrifice, l’apprentissage et la constance doivent s’allier à la pureté de cœur en tous ceux qui voudraient avancer sur l’exaltante voie théurgique. Mais tous, inlassablement, avons aussi à nous rappeler que la victoire est au bout du chemin, non sur celui-ci... Pour être gagnée, la lutte doit être poursuivie jusqu’au terme : nul repos possible, à peine quelques haltes. Mais si la Volonté, la Connaissance, le Courage et la Certitude imprègnent l’être, rien ne pourra durablement endiguer la vague poussant vers le haut ; rien si ce n’est... nous-mêmes.