La Chute et le mal


La Chute... Cette mortifère tendance générée par notre ignorance et qui nous pousse à la périphérie...

Pour qui l'aura saisi à la lecture des pages antérieures, l'Energie qui fut déployée depuis la Source, depuis l'Origine, et qui englobe la Vie et la Conscience, cette Force nous atteint tous et nous pousse à une réponse ! Que l'on s'attarde sur les Constellations ou les Galaxies (toutes Entités conscientes), sur notre système solaire (manifesté par notre Logos Solaire), sur notre système terrestre (manifesté par notre Logos Planétaire) on ne saurait réfuter les interactions entre tous ni, surtout, les identiques désirs d'Evolution...

Tous ces champs d'expérimentation, aux degrés vibratoires différents (ceux-ci correspondant aux nuances et stades de la Conscience) sont néanmoins gangrenés par des puissances qui refusent de suivre la trame originelle positive, et qui ne souhaitent rien moins que détourner, à leur seul profit, les Forces constructives voire l'ensemble des consciences vivant (comme nous) sur les plans très denses. Il faut ici s'intéresser quelque peu à ce sujet, car l'implication future des adversaires ne sera pas infime...

La Vibration Cosmique altérée par la liberté de certains, et qui aboutit à la déviation du Principe d'Intelligence, atteint (en partie) notre Système Solaire et notre Terre par l'intermédiaire d'un Etre féroce et tortueux dont l'un des sièges est une Etoile de la Grande Ourse, et un autre une Etoile des Pléiades... Il est certes entendu que cette nuisance est maîtrisée par la Mère, Aset (Sirius) qui protège Son Fils (notre Logos Solaire) mais, en vertu du bond évolutif que doit accomplir Celui-ci (et donc également tous ceux qui, comme nous, font partie de Son Domaine), ces pouvoirs méphitiques pourront, aux temps qui viennent, amplifier la latitude de leur nocivité... Obligeant chacun au grand Choix!

Les religions révélées, bien que gangrenées par l'Erreur, gardent une trace de cette réalité indiquant une rébellion métaphysique : insistant sur la création des anges puis sur la chute d'une partie de ceux-ci. Il n'y a pas lieu de détailler plus avant d'inévitables distorsions entre les opinions fidéistes et hermétistes, la vérité seule est importante : et elle nous stipule que des autorités dont la charge était de "superviser" l'Evolution spirituelle de certaines formes pensantes usurpèrent cette fonction et, fait aggravant, entraînèrent à leur suite non seulement quantité de congénères mais, en outre, cherchent depuis lors à faire perdurer leurs prérogatives usurpées sur l'esprit, l'existence, la conscience de tous ceux (tels les hommes) qui trouvent dans les excès de la Négation de quoi satisfaire les multiples et funestes appétits liés aux plaisirs des sens primaires...

La première Chute est donc totalement métaphysique et concerne des Etres, des Consciences, dont les corps visibles (pour certains d'entre eux) sont des Etoiles : tous refusèrent de suivre la trame évolutive générée par l'Un !

D'autres déchéances et déviations se produisirent dans le Plan initial : liées à notre Système...

Il y a des temps immémoriaux, lorsque notre Planète commençait à abriter ce qui n'était pas encore des hommes, certains globes planétaires proches de nous terminaient, eux, leur Evolution. Mars, pour ne prendre que cet exemple instructif, accomplissait donc cette Ronde (c'est-à-dire le cheminement, à travers les Plans, vers une Conscience recentrée et essentiellement spirituelle). Bien évidemment, les conditions d'existence sur la Planète Rouge n'étaient en rien similaires aux nôtres, reste que la Loi cosmique intègre, à différents degrés, un état inférieur et un supérieur : ce dernier devant en conséquence prévaloir sur le premier...

Certains martiens toutefois, prisonniers de leur petit ego décentré, ne purent emprunter la Voie de la Lumière... En opposition libre et résolue contre la Montée vers l'Esprit (et suivant les pernicieuses exhortations de l'Etre négatif issu de la Grande Ourse...), ces entités, ne pouvant s'accommoder du cours harmonieux qu'est le flux Divin ascendant, s'exilèrent ainsi d'elles-mêmes de l'Objectif élévateur prévu pour leur Planète (et ses habitants) et se destinèrent inévitablement à la "seconde mort" : celle dont nul ne revient et qui n'est rien moins que la dissolution lente mais implacable de leur être en désagrégation (car la perte de l'âme ne permet plus de recevoir le Souffle de Vie)... C'est de telle manière que l'Univers recycle ses déchets !

Cependant, étant donné que cette décomposition fut extrêmement longue, sur notre globe les choses se modifiaient rapidement et l'homme terrestre en vint à recevoir l'éveil du mental, autrement dit la faculté de percevoir et d'appréhender son environnement selon d'autres normes : celles-ci étant désormais liées à la Dualité...

A l’origine en effet, les "Dieux" marchaient parmi les hommes.

Qui étaient-ils ? Simplement des êtres issus d’autres mondes stellaires ayant atteint une condition naturelle telle que, pour l’Humanité naissante, le terme de dieux est réellement très approprié… Cependant, et plus concrètement, il s’agissait de personnes qui, sur leur monde, avaient terminé la Ronde, c’est-à-dire toutes les étapes nécessaires afin de quitter la matérialité. Le rôle de ceux qui atteignent un tel niveau étant d’aider d’autres formes pensantes à franchir les différents degrés de la spiritualité (comme ce sera le cas de notre propre espèce, à terme), leurs venues n’est donc pas le fruit du hasard : ils sont les antiques Bienfaiteurs, les Guides et les Educateurs du Monde.

L'Enseignement dispensé était multiple, mais son sens profond ne sera réellement flamboyant qu'aux seins de la dualité. Ce que ne comprirent pas les hommes : ceux-ci vivant dans une réalité proche du rêve... Aux temps originels, effectivement, l'engeance humaine n’avait pas encore reçu le feu du mental (c’est-à-dire la capacité de raisonnement, de jugement, de choix).

Tout changea avec la nécessaire gratification et acquisition du mental, et donc aussi avec l’émergence automatique de la dualité... L'Ecriture révélée parle d'ailleurs de ce feu (lié à la Chute d’Adam et Eve), en des termes très symptomatiques : "leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus"... Autrement dit, la conscience intellectuelle de soi engendre la réflexion et le sentiment : personnel et sur les autres. Nous sommes en pleine séparativité.

La perception duale engendrant de nécessaires oppositions (afin qu’apparaisse, si on le comprend et si on y travaille, l’Harmonie), dès l’instant où le mental humain fut en action, de sombres instincts et de désastreuses passions germèrent dans le coeur de certains et, au fil des millénaires qui se succédèrent, prirent finalement le pas sur le travail intérieur orienté vers l’Evolution de tous… Qu’est-ce en effet que le mal sinon le détournement de l’intelligence vers et pour soi uniquement : au détriment de l’Evolution réelle de l'ensemble ?

Certes, au départ la démarche individuelle fallacieuse et vaine est stimulée par l’ignorance et la découverte d’autres plaisirs et réalités (comme ceux du corps physique), de même qu’il convient de ne pas oublier les stimulations (j’en ai parlé ci-dessus) d’entités négatrices et immondes (elles-mêmes déchues) dont l’objectif vampirique est autant de laisser l’Humanité dans une ignorance décisive en ce qui concerne les Préceptes cosmiques, que de se nourrir de certaines énergies véhiculées par les conséquences de cette dite ignorance : mais il n’en reste pas moins que la responsabilité de la majorité des hommes se détournant petit à petit du Sentier lumineux, malgré encore la présence plus ou moins visible des Dieux, cette responsabilité donc est factuelle, limpide et terrible !

L’inéluctable survint ! Les confrontations multiples (idéologiques, magiques, technologiques) entre ceux qui suivaient le chemin de la densité et les hommes soucieux de la Voie de l’Esprit, tout cela engendra une déflagration et un karma néfastes que notre époque finit, à peine, de purger…

Certains peuvent s'interroger sur le pourquoi de ce fait. En effet, bien qu'étant toujours au plus près des hommes et les sachant balbutiants, les "dieux qui marchaient parmi eux" ignoraient-ils le danger potentiel que pouvaient être pour le terrien les miasmes martiens ?

En réalité, la question n'est pas pertinente : étant donné que nul n'évolue sans maîtriser les aspects sombres de la Nature, d'où qu'ils viennent ! Or, les influences néfastes issues de certaines Etoiles précitées, fussent-elles amoindries, ne pouvaient être annihilées et suggestionneraient inévitablement le genre humain. En conséquence, et bien que les Initiateurs firent le maximum pour endiguer l'esclavage naissant de l'Humanité, progressivement, insidieusement, sournoisement, les Principes de Vie (surtout les opératifs) furent détournés à un point d'abomination tel que la chose révulserait même tout homme proche de l'animalité la plus absolue... Il ne faut pas chercher ailleurs la mise au pas progressive de l'être humain et la profonde difficulté qu'a celui-ci pour adhérer à la Sainte Loi ! Il ne convient pas davantage de s'appuyer sur quelque mythe que ce soit concernant les puissances dites infernales : les déchus martiens sont bel et bien les Princes de notre Monde, les grands Déviateurs, les Manipulateurs et les Inverseurs de toute Harmonie... E si ce n'était le grand intérêt de la masse pour les éphémères et sempiternelles jouissances de la Densité, au mépris de la Sage Connaissance, il y a bien longtemps que ces forces n'existeraient plus ! Mais nous n'en sommes hélas pas encore là...

De fait, la seconde Chute (la martienne) est l'instigatrice de la nôtre ! Et l'implosion finale de l'Atlantide, là où se commirent les plus abjectes monstruosités, est un élément important de notre futur qui s'en vient rapidement : tous les acteurs du drame antique effectivement (bons comme mauvais) sont désormais réincarnés et prendront part aux événements en passe d'advenir. Chacun décidant avec certitude de son propre destin individuel ! Certains, à l'instar des entités martiennes, c'est une évidence, perdureront dans l'erreur et ressembleront à ceux-là même qu'ils suivirent, s'excluant du Plan de la Soi-Conscience; mais d'autres, dans un contraire éblouissant, sauront trouver en eux les ressources nécessaires (tout en les manifestant) afin de dépasser leur condition et de la transmuter en s'unissant à l'Esprit...

La troisième Chute (celle de l'être humain) est donc intimement liée à la Dualité ! A l'instant précis où l'individu terrestre dut s'extraire de son "doux rêve" en appliquant dans un contexte, nouveau et inconnu, les Principes des "dieux" qui marchaient à ses côtés depuis longtemps, l'Ombre s'avança...

Adultes au niveau Connaissance mais nouveaux-nés quant à l'application du Savoir dans un champ d'expériences duales, énormément d'hommes se laissèrent abuser par leurs sens nouveaux autant que par la duplicité des Ténébreux ce qui, à la fin de l'antique guerre des "Fils de l'Un contre les fils de Bélial" (aboutissement de l'ère atlantéenne), engendra la perte irrémédiable d'un grand nombre d'âmes !

Car s'il est assurément exact que de très obscurs pouvoirs (reçus généralement par Pacte ou "simplement" employés en inversant le cycle positif des Energies) furent utilisés durant ce conflit sans nul pareil, il ne l'est pas moins que ceux qui en usèrent avec frénésie, inhumanité et bestialité (le mot est d'ailleurs très approprié...) commirent tellement d'infamies qu'il ne pouvait plus être question de restaurer un semblant d'équilibre terrestre sans que des fléaux destructeurs (Déluge et tremblements de terre) ne vinrent disloquer (en de multiples secousses étirées dans le temps) l'ancestral continent atlantéen...

Ce fut une guerre technologique mais surtout magique ! Opter et s'investir pour le camp de la Négation ne pouvait donc qu'engendrer des conséquences absolument néfastes et au plus haut point mortifères pour tous ceux qui, à terme et en raison de leur comportement répété sur de nombreuses incarnations, perdirent leur âme et devinrent de véritables sorciers : ajoutant désormais leur nature, leur "savoir", leur énergie, à la cohorte de toutes les puissances déchues...

Sectateurs des sombres autorités rebelles et soumis aux dérèglements de leur ego, ces frères de la Noirceur sont désormais dépossédés du Souffle Divin et incapables d'un retour vers la Lumière ! A l'instar des miasmes venu de Mars, ces sorciers ne sont plus que d'ombreuses énergies errantes (quoique toujours très conscientes et actives) n'ayant plus rien à perdre sinon leur existence subtile... En conséquence, leur seule alternative réside dans le fait d'une vampirisation énergétique de l'Energie Divine : celle-ci se trouvant (en grande partie) dans le bouillonnement vibratoire du sang, du sperme et de la cyprine...

La chose étant comprise par chacun, on saisira avec acuité pourquoi le cycle de dépravation, de violence et de déchéance perdure toujours à ce point sur notre Globe : attiser les basses passions humaines et leur donner satisfaction, empêcher l'émergence d'une Conscience élévatrice globale, voilà les moyens éminemment adéquats pour faire perdurer une situation qui convient parfaitement aux forces méphitiques (d'où qu'elles viennent) et qui autorise en outre l'enchaînement de plus en plus prononcé de l'Humanité !

S'il est vrai que la dégénérescence et l'involution atteignirent à l'époque atlante un niveau jamais égalé, l’ancestrale conflagration, bien que larvée et occulte, est toujours d'actualité et, en fonction des orientations majeures de l'homme, atteindra un nouveau paroxysme dans quelques années...

A qui sait le discerner, l'Evolution spirituelle du genre humain fut donc perturbée au plus tôt et se trouve encore sous le joug de diverses influences malfaisantes : stellaires, extra planétaires, "humaines"...

En raison de la Chute originelle, qui correspond en fait à l'attitude d'un être voulant disposer de soi d'une manière autonome et absolue, l'homme tombe sous le coup d'un état de perdition qu'il est incapable de surmonter à l'aide de ses seules forces naturelles et humaines...

Cette situation place la liberté de l'homme en porte-à-faux : comme le déclarait l'apôtre : " Je fais le mal que je ne veux pas, et je suis incapable de faire le Bien que je veux! "

La liberté, qui n'est pas détruite, est néanmoins blessée, comme entravée par des puissances internes et externes. Et pour accéder au Bien Absolu, elle doit être aidée...

Nous aurons toujours à lutter (jusqu'à ce que nous soyons au Centre et que nous soyons LE Centre...) contre cette tendance consistant à vouloir quitter le giron du Père (l'Economie de la Divine Force Primordiale poussant à la Réintégration), à nous affranchir trop tôt , à vouloir régner sans Dieu, à désirer les plaisirs rapides aux plaisirs éternels ! Qui d'entre nous, en effet, n'a jamais cru qu'il savait ce qu'il fallait faire pour évoluer ? Mais le souvenir de la parabole de l'enfant prodigue doit ouvrir les yeux des aveugles que nous sommes ! Car que nous montre-t-elle ? Que le fils désire certes sa liberté, mais POUR LUI-MÊME ! "Père, donne-moi ma part d'héritage" : sous-entendu "pour que j'en profite et l'utilise loin de toi"...

Nous sommes donc tous souvent des enfants prodigues ! Avant que nous ne soyons construits, et donc avant que notre héritage ne soit complet , nous voulons en profiter : la conséquence en est un gaspillage et un capital dissous qu'il faudra renouveler ...

Tout le problème est effectivement là: le fils prodigue demande une chose assez terrible "donne-moi la part d'héritage qui me revient"... Le drame réside dans ces mots: " la part " . Alors que l'Un veut TOUT donner... Et non pas dans un découpage pour l'un ou pour l'autre, mais dans la Communion AVEC TOUS ! Dans le sens du partage, celui où l'on goûte ENSEMBLE à tout...

Cette impatience jouxte même quelque fois la jalousie : attestation éminente qu'une structure imprfaite ne saurait réellement tenir sur le long terme... Pour preuve, cette phrase dite au fils "fidèle" (qui se plaint de la réaction du Père à l'égard du fils prodigue) : "Mon enfant, tout ce qui est à moi est à toi"...

Mais le pire n'est pas là ! Cette erreur, en elle-même, peut être rattrapée, mais le problème, et Jésus l'explique fort bien, par rapport à la Chute originelle, c'est qu'après avoir tout gaspillé, l'enfant prodigue tomba sous la coupe d'un maître méchant (les forces nocives symbolisées par Satan) et qu'il en vint même à manger la nourriture des cochons : une façon très explicite de dire que la prime dignité d'héritier est totalement dégradée ... Voilà d'ailleurs le sens de la parole du Christ : «  Qui n'est pas avec moi est contre moi  » ... Ce n'est pas Dieu qui est contre celui qui s'égare ou veut trouver sa voie par lui-même, mais c'est simplement que, par ce fait, l'homme est nettement plus faible, friable et malléable et se place donc inévitablement, même sans le savoir, sous le joug d'un maître nettement moins miséricordieux et nettement plus destructeur...

A l'origine donc, et pour toujours, c'est définitivement l'homme qui est son propre bourreau, qui sème les germes de sa propre perte (karma), sans le vouloir certes, mais en vérité néanmoins. Lui seul crée son futur paradis ou enfer.

C'est donc désormais au travers des errements de l'homme, à travers sa liberté dégradée, oscillante entre le bien et le mal, à travers les doutes, les erreurs, la souffrance et le sang, les échecs et les retours, que l'Energie Transcendante va devoir conduire l'être humain...

Le mal, en définitive, et cela fut écrit dans un autre chapitre, c'est s'arroger le droit d'être son propre dieu mais en dehors d'un cadre réellement évolutif ! C'est se placer à la périphérie pour espérer régner... Il reste que la Vérité n'est qu'au centre. Et il n'y a qu'un Centre Véritable (dont une parcelle, qui est totalité, est en nous)...

Le mal est donc la possibilité de retourner, contre le Bienfaiteur, les Dons reçus par Celui-ci ! C'est utiliser à notre profit égoïste, sans soucis de communion, les cadeaux reçus. C'est résister à Son Amour... Souvent parce qu'on ne Le connaît pas, par ignorance donc. Mais quelle que soit la cause, le résultat est catastrophique : en se coupant de la source, en quittant l'étable, la brebis est à la merci des loups...Fort heureusement, le Berger est un bon berger : laissant là ses 99 autres brebis pour chercher et appeler celle qui s'en est allé...

Ce refus de l'Amour, pourquoi est-il une Malédiction alors que nous sommes libres de choisir et que cette liberté est le Don divin par excellence ? Justement parce que c'est un Don Divin et que Dieu ne revient jamais sur ceux-ci... La Divinité est la Vie : c'est-à-dire qu'aucun néant n'existe en Elle, pas plus que dans la Vie qu'Elle donne à Ses créatures. La mort n'existant donc pas davantage que le néant, l'effet majeur de la Vie c'est qu'elle est éternelle !! En conséquence, si des êtres, de quelque Règnes qu'ils soient, refusent de participer à cette vie autrement que de façon mécanique, biologique ou périphérique, il est inévitable que surviendra un moment où leur souffrance, de mineure, deviendra majeure...

Karma est inéluctable... Les frères de l'Ombre le comprirent hélas trop tard : qu'il n'en soit pas de même pour nous !

CHAPITRE SUIVANT

Tous droits réservés
Reproduction et diffusion strictement interdite sauf autorisation - Droits d'usage strictement personnel