Tolérance et divinité humaine

Depuis des dizaines d’années, et de manière exponentielle depuis l’explosion médiatique que connaît le monde, de multiples facteurs d’opposition sont habilement distillés dans la société : action qui ne sert qu’une élite despotique soucieuse de garder voire d’accroitre ses privilèges et sa main mise sur les existences au bas de l’échelle sociale. On divise donc, pour mieux régner! On crée des tensions, des manipulations : on fait le maximum pour éviter toute saine réflexion (pouvant mener à une contestation)… On empêche les belles valeurs de s’exprimer : terreau fondamental (et les fossoyeurs de l’humanité le savent fort bien) pour un changement sociétal plus soucieux de l’humain.

De fait, il n’est aucune personne objective qui ne puisse comprendre que ce qu’il manque à l’Humanité, au sens général du terme, c’est l’Harmonie, un partage sincère, désintéressé et concret: de l’amour au sens altruiste du terme. Et donc également de la tolérance…

Ces écrits ne sont qu’un hymne à la liberté de l’homme! Mais non pas celle qui se coupe trop souvent (par peur, paresse ou intoxication mentale) de ce qui nécessite un effort conséquent pour se hisser vers le haut et, par conséquence inverse, l’entraîne bien trop souvent vers le bas… Il est ici question d’une liberté qui se lie avec le Vrai en nous : que cela soit discerné (selon nos convictions personnelles) par la Grâce, l’Ange intérieur, le Feu Divin ou simplement notre conscience d’amour ou notre intellect. Bref, c’est l’affirmation que tout un chacun peut comprendre, s’il s’en donne la peine et réalise que la confrontation avec autrui n’a AUCUN sens positif, que l’harmonie véritable est affaire de respect, d’empathie absolue, de compréhension (même, et surtout, si elle n’est pas mutuelle) ! Et tout ceci n’a rien à voir avec le fait de croire ou non, de suivre ou pas une voie spirituelle : cela s’assimile simplement avec le fait de vouloir aimer chacun, de s’harmoniser avec la nature (quel que soit son genre) et donc, par extension, de poser (même sans le savoir) des jalons favorables à l’Humanité toute entière… En acceptant la diversité, la tolérance ne permet pas la division et dissipe automatiquement toute tension : elle ne voit que ce qui fait la beauté d’autrui, non ce qui le rend différent… A l’instar de Qui vous savez.

La Tolérance n’est nullement une affaire de foi : elle est plutôt et très exactement question d’intelligence et d’humanité! Preuve s’il en est que cela peut toucher chacun. Pour autant qu’on le permette et le comprenne… Hélas c’est justement là que blesse le bât! L’Initié (et toute personne qui fait l’effort d’analyser la chose) ne peut que constater, hélas, que quelle que soit la cellule où se pose le regard de l’esprit (familiale, politique, sociale, culturelle, sacrée), tout n’est que vaines confrontations, recherche de dissemblances, de différences… Souvent, en plus, pour mieux affirmer une valorisation personnelle supposée. Tout un chacun s’échine à écraser « l’autre », celui qui ne pense pas comme lui, celui qui n’est pas lui. Combien de millénaires encore avant de comprendre que cela ne sert à RIEN!! Quelle valeur positives que de nuire à quiconque ne nous correspond pas ? Quel laps de temps faudra-t-il encore avant de saisir que cela ne nous apporte aucune évolution et que, pire encore, cela sert exclusivement d’autres personnes (politiques, religieuses ou « autres ») qui, elles, ont parfaitement compris le grand avantage qu’il y avait à diviser pour régner… ?

Ceci étant, si j’insiste sur la tolérance via ces quelques lignes, c’est qu’il y a un danger qu’elle soit mal comprise! Effectivement, le fait de dire et penser que l’opinion d’autrui vaut bien la mienne est insuffisant et dangereux (ça c’est un tolérance faussée car elle ne va pas jusqu’au bout)! Appuyer ceci serait bien plutôt faire preuve  de relativisme, d’indifférentisme à l’égard de comportements et d’opinions auxquels sont donnés une égale valeur. Il n’y a pas de vrai, de faux ou de degrés qui puisse les distinguer, pas de morale universelle pour les hiérarchiser et permettre de tenir ceux-ci pour bons et ceux-là pour non évolutifs…

Il reste que toutes les convictions ne se valent pas! On voit difficilement comment mettre sur le même pied les idéologies niant l’homme,des races ou d’autres aspects, et ce qui cherche à l’élever malgré les différences entre chaque groupe humain. L’idéal d’une tolérance absolue semble impliquer qu’il n’y a rien d’intolérable en droit, mais seulement des distinctions à accepter comme telles… En réalité, la tolérance n’est pas d’accepter un jugement ou un acte négatif d’autrui, mais de cheminer entre la compréhension qu’il puisse le faire (et que chacun de nous le peut aussi), et le fait qu’il puisse aussi ne pas le faire… La tolérance réelle sait distinguer l’évolutif de ce qui ne l’est pas et mesure tout jugement sur le fond.

La tolérance, c’est de pouvoir désapprouver clairement les mauvais actes de quiconque sans pour autant rejeter la personne! Sachant ce que nous pouvons être nous-mêmes, nous devrions nous rejeter également…De fait, la tolérance n’est positive que si elle permet, par réflexion, un jugement non sur l’autre mais sur nous-mêmes, sur nos propres failles!! Et, en modifiant celles-ci jusqu’à leur contraire, en posant des actes de plus en plus significatives au niveau compassion et charité (et donc évolutifs par nature et selon la Loi universelle qui mène inévitablement vers l’Harmonie) nous serons donc en mesure, sans imposition mais simplement par des actes, de faire réagir tous ceux qui poseront les yeux sur ceux-ci et qui, peut-être, sauront les comprendre à leur juste mesure…

Il n’y a rien ici d’élitiste ou de supérieur, mais chacun peut aisément comprendre, comme je l’explique ailleurs, que nous n’avons pas tous la même cadence évolutive (différents facteurs en sont la cause) et que certains, par leur exemple surtout, sont susceptibles d’entraîner tous ceux qui feront l’effort de noter les valeurs élévatrices proposées et concrétisées au travers de diverses initiatives. Ceci permettant alors, peut-être, un changement des plus bienfaisants. Tout vient toujours du coeur, autrement dit de la réflexion intime.

En outre, pour éviter toute suggestion intérieure négative, peut-être serait-il bon de rappeler ici une phrase qui atteste de l’humilité nécessaire permettant d’éviter que l’orgueil vienne se mêler à notre démarche…

 » …considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes… » (Saint paul, Philippiens 2.3)

Et on pourrait aussi se souvenir de la phrase de l’Oint spécifiant que les plus petits d’entre nous seront les plus grands…. Qu’est-ce à comprendre sinon, à nouveau, que le jugement personnel ne doit avoir qu’une orientation toute aussi personnelle : intérieure, sur soi ? Afin d’accentuer davantage encore ce qui nous rend de plus en plus humain. Cet aspect de notre nature pouvant ensuite être remarqué par ceux qui sont destinés à le voir…

Tolérance… L’homme n’a pas à juger l’homme, mais à l’aimer!! Que chacun, à la lueur de son évolution et de sa conscience, se juge personnellement : ce serait déjà bien et cela suffira! Et même si certains accomplissent tels actes négatifs, chacun peut critiquer ceux-ci dans leur contexte précis (avec respect toujours), mais cette protestation, jamais, ne doit avoir pour cible la personne en elle-même… Car qui, sinon Celui qui règne, peut dire qu’il le connaît vraiment, dans toute sa structure, sa complexité, son vécu, ses circonstances atténuantes ? En outre, et je m’adresse plus spécifiquement aux croyants, qui peut se permettre de remettre en cause la Patience Divine (ou la justice du Karma, si on croit plutôt à cette réalité) qui prend en compte la variété infinie des personnes, des consciences et des histoires humaines ? Qui peut être assez stupide pour se substituer à la Providence en prononçant avant l’heure, et sur une personne, une condamnation que Dieu lui-même n’a pas encore prononcée?? Quel orgueilleux osera décerner les palmes de l’élection et de la condamnation pour autrui ?

Combattre l’injustice par la compassion, l’amour et la tolérance, telle est la saine attitude : car c’est là lutter automatiquement contre ceux qui commettent la première! Sans pour autant les juger… C’est placer de l’ordre et de l’harmonie dans un désordre tout en témoignant et attestant visiblement du Chemin.

Celui qui aime vraiment est, de façon automatique, tolérant dans le bons sens du terme. Il ne saurait en être autrement car il démontre par ses actes, sans prosélytisme aucun, que chaque être est alimenté et relié par le grand Souffle, et que Celui-ci s’évertue à mener tous et toutes à l’unitive Cohésion! Ceci se réalisant d’une seule et unique manière : en devenant réellement humain, c’est-à-dire divin… A l’instar du Christ : Homme-Dieu. A force de banaliser et de niveler les choses et les personnes, l’Humanité a perdu un temps précieux et s’est trop souvent égaré là où certains voulaient qu’elle aille : à la confrontation stérile (encore et toujours)…

On peut considérer le Christ comme on le désire (encore et toujours la tolérance) : comme Dieu fait homme, un Sage, un Précurseur, un simple humain, un Initié, ou ce que l’on veut, mais le fait est que Son Message est au-delà du temporel et résonne encore et toujours avec force et conviction! Et nul besoin d’être croyant pour avoir l’intelligence de noter l’énorme impact de Ses attitudes sur les consciences de qui veut évoluer… Même si on remet en cause (souvent à juste titre) les agissements de l’Eglise qui se réclame de Lui, on ne saurait ignorer le Message d’Amour véritable que le Crucifié apporta au monde. On peut certes le réfuter, le nier, le diluer (et si Dieu Lui-même tolère le fait, qui serions-nous pour refuser cette liberté personnelle ?), mais le fait est que la Demande du Christ (répercutée et prouvée par Sa vie terrestre elle-même) est excessivement simple tout en étant relativement compliquée : être concrètement à Son Image et à Sa Ressemblance. Soit être divin car réellement humain…

Etre divin… Cette phrase (cette phase) recèle un danger potentiel : et l’homme, il suffit de regarder l’histoire, en attesta au cours de l’histoire… Soudoyé tout autant par de supposées et fausses vertus intérieures que par les tentations et exhortations des ennemis extérieurs l’Humanité, progressivement, oublia que cette Voie ne peut être coupée de la Grâce (quelque forme qu’Elle revêt), ni être exempte de simplicité, d’humilité, de tolérance et surtout d’amour vrai (c’est-à-dire désintéressé)!

Et trop souvent, trop longtemps, les diverses philosophies et religions mirent l’accent sur la morale, la foi brut, une ascèse inappropriée dans sa forme, alors que la véritable Source et Finalité (l’Alpha et l’Omega) ne sont qu’Une et ouvrent toutes les portes : cette Assise est, fut et restera toujours l’Amour-Harmonie !

Il est nécessaire d’insister sur cette vérité : l’importance, l’absolue nécessité, et je pense que chacun peut s’y retrouver, est simplement de pouvoir admettre qu’au-delà de toutes les différences qui se manifestent en ce monde, seul l’Amour est susceptible de réunir tous et toutes! Car dans cet ordre que j’appelle universel, tout mène à l’Harmonie, à la Relation Vraie, et tout ceci, aucun être n’est en mesure de le démentir, ne saurait se réaliser sans Amour… Aucune négativité, quels que soient son degré et sa puissance, ne peut mener à ce But!!

Sur cette sphère, et trop souvent dans l’histoire humaine, apparût ce concept nous disant qu’il faut d’abord croire (en Dieu, au Grand Architecte, en l’Energie Première, ou en nos propres forces) pour être en mesure de nous harmoniser avec nos semblables, la Nature, l’Univers… Mais cela est totalement faux!! En réalité, et depuis toujours, il ne fut demandé qu’une seule chose à l’homme : aimer!! Ce qui sous-entend changer son coeur, oser l’ouvrir pour mieux offrir ses effluves A TOUS… Non pas croire avant tout en quoi ou en qui que ce soit, mais de comprendre que cette harmonie que tout le monde recherche (sous une forme ou une autre) n’est véritablement possible qu’au travers d’actes de tolérance, de compassion, de charité, d’altruisme sincères, constants, féconds, désintéressés et donc vivifiants POUR L’ENSEMBLE

Ce n’est qu’ensuite, une fois comprise cette vérité (« cherchez d’abord le Royaume des Cieux« ) que certains pourront poursuivre la démarche et essayer de saisir (s’il est besoin) pourquoi l’Harmonie est la Loi, et pourquoi le désordre, les confrontations et le chaos n’apportent pas de moments qui remplissent l’être d’émotions stables, positives, durables et hautes.

Quiconque parcourt cet article discernera donc qu’il n’est pas spécifiquement destiné aux croyants ou aux personnes ouvertes à quelques réalité spirituelle, pas plus qu’il n’a fonction d’insister sur une foi précise! Le contexte est en réalité celui du seul et unique Message d’importance : l’Amour est la Loi ‘Evolution!! La Cause Universelle Se manifeste certes par des Normes pointues et absolues mais, au sein de celles-ci, toujours se discerne ce qui EST la cause Elle-même et que chacun d’entre nous (qui que nous soyons) peut reproduire, à son niveau personnel, pour Lui ressembler… Ce faisant alors, en effet, nous serons des dieux : c’est-à-dire des hommes véritables car aimants : assez intelligents et humbles pour ne pas avoir agit HORS de la Grâce, qui savent ce qu’est leur place dans l’ordre des choses, qui comprennent ce qu’est leur nature véritable et le destin que souhaite pour eux (et pour chacun) la Providence…

La ressemblance divine de l’homme n’est donc pas plus subordonnée à une foi spécifique qu’elle n’est fictive (quoi qu’on puisse en penser en percevant uniquement la noirceur de ce monde) : elle est simplement voilée au niveau général. Mais à chaque fois qu’un homme aime passionnément il s’approche de cette ressemblance, car il partage et participe (à son petit niveau) à ce que produit la Cause Primordiale et à ce qu’Elle EST totalement…

La Relation Vraie, la véritable spiritualité (celle qui aime tous et toutes) ne s’alimente donc pas d’abord à une foi ou à des dogmes précis, mais à l’Amour : car chacun d’entre nous (même s’il n’y paraît pas) porte ce Germe en lui.

Quiconque aime ne peut se tromper :qu’il soit athée, agnostique, fidéiste, spiritualiste, hermétiste!! Il n’est plus simplement dans l’esprit de la Loi : il EST la Loi d’Evolution qui, par l’harmonie, la compassion, l’entraide, les sentiments altruistes, l’intelligente et juste tolérance, mène l’Humanité vers le Centre. Le tout dans le Tout ! Ceux qui aiment durablement et profondément sauront un jour Qui est ce Tout et à quel point Il est réellement proche…
Thot
Plus d’infos sur : http://www.theurgie.com

Ce contenu a été publié dans Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *