Sentier de Vie

Petit avant-goût de mon prochain livre (dont la sortie est « proche ») : »Sceau du Coeur et Sentier magique : par la Beauté vers l’Essence ».
Petit conseil, faites un clic droit sur la première note de bas de page pour l’ouvrir dans un nouvel onglet : elles apparaîtront toutes et la lecture en sera plus aisée…
———————————————————————————————————-
« Nous respirons tous l’Immortalité mais ne le croyons pas… Nous cheminons tous dans la Lumière éternelle et ne le voyons pas…”(Georg Lomer)

La nécessaire réadaptation de notre rythme à l’universel implique, obligatoirement, une modification de l’état d’esprit collectif et personnel…

La chose, toutefois, est loin d’être aisée : nous le vîmes antérieurement. Les obstacles implantés sur le chemin indisposent fortement quiconque commence à réfléchir et souhaite s’orienter différemment. D’autant plus qu’un maximum de forces opèrent afin que l’homme se désespère face aux nuisances, de tout ordre, auquel il lui faut se confronter ici-bas… Tout est en effet conflit mais, et il me semble nécessaire d’appuyer sur une extension, c’est très spécifiquement le cas au niveau horizontal ! Pour certains (les décideurs) il n’est en effet que la masse qu’il faille contraindre, dévier, décourager.

Les multiples pièges, tensions, événements destinés à intensifier le doute au sein de l’Humanité s’installent donc progressivement et accentuent la dissension à travers toutes les franges sociétales. En conséquence, à cause d’une réponse globalement maladroite,[1] diverses et funestes conséquences renforcent plus encore l’aura pervertie serpentant dans notre Monde…

Il n’y a guère que le recours au Savoir[2] qui puisse autoriser un basculement positif des consciences et, par extension,  l’utilisation de capacités que la société à par trop réduites ou complètement dévalorisées…

C’en est au point que d’aucuns comprennent avec une surprenante vélocité ce qui jouxte précisément l’épanouissement matériel (et donc inévitablement temporaire) mais, facteur troublant,[3] font toutefois peu de cas de l’ennoblissement d’eux-mêmes ! L’extérieur, pour le grand nombre, a une importance croissante voire démesurée…

On peut le concéder, l’admettre ou l’accepter, pourtant, si l’objectif est réellement de maîtriser au possible certaines circonstances du dehors, combien saisissent que cela se réalise principalement grâce à un changement de paradigme, par le Savoir, en vertu d’une intime discipline ? Une rigueur, du reste, qu’il importe de manifester avec force sur le long terme !

Ce que chacun étiquette comme la réalité,[4] peu le savent, est le reflet de toute notre maturité existentielle ! Mais tenir ce constat physique, tangible, concrètement sensible comme vérité absolument ultime et finale, estimant qu’il a valeur d’authenticité totale revient alors, indiscutablement, à empêcher un développement naturel conférant, à terme, la suprématie véritable sur nous-mêmes, sur notre mental et nos pensées, sur le milieu matériel…[5]

La plupart des hommes, hélas, emploie très mal un des organes les plus important de notre constitution : le cerveau…[6] Beaucoup partent de l’extérieur pour ressentir à l’intérieur. Ressentir et éprouver, mais rarement réfléchir ! Qu’est ce que cela fait réellement de nous ? Quelle différence par rapport aux animaux ? S’il est exact que chez ces derniers le mental est atrophié,[7] il n’en est pas de même pour notre engeance : celle-ci manifestant l’appartenance à un Règne supérieur ! A ce titre, n’est-il pas insensé d’en rester à l’échelon inférieur ?

Nous reçûmes[8] un don incroyable propice à élever notre situation embryonnaire, néanmoins combien s’en servent adéquatement ? Si la Flamme Divine ne nous offrait, sans cesse, une progressive compréhension des choses : comment l’homme aurait-il la possibilité de s’extraire de l’impressionnante pesanteur matérielle ?

Comment, sans Connaissance appropriée, contrôler et diriger notre subconscient ? Quelle méthode habilite de créer non plus seulement à partir du physique mais depuis d’autres Plans : davantage subtils ?

A cela il fut répondu dans les lignes antérieures, mais il s’avère essentiel d’insister sur un point : si la Divine Compassion n’oeuvrait au fil des âges, fut-ce à travers Karma, ce Monde que d’aucuns trouvent déplorable serait autrement plus ténébreux…

Car nul ne doit en effet se leurrer : si la Loi de Réalisation, à travers le temps et l’espace (par le biais de certains êtres), n’irriguait incessamment la Sphère planétaire ainsi que de multiples consciences,[9] la tâche consistant à s’améliorer, à se spiritualiser, à s’humaniser, à se diviniser, serait encore plus laborieuse !

A ce titre, il est donc fondamental que jaillisse dans l’entendement humain, et au plus tôt, une primordiale évidence : à savoir que la Clé de l’Édification[10] se trouve au-delà de nos véhicules inférieurs, ceux-ci requérant nécessairement une sublimation, une transformation, un embellissement. Voilà pourquoi, afin que notre ordinateur biologique (le cerveau) fournisse les saines réponses, il s’avère capital de lui octroyer les bonnes données…

L’expérimentation personnelle (en dehors de toute notion de vitesse) s’avère dès lors nécessaire pour déchiffrer la nuance ténue entre réalité objective et subjective…

Une étape majeure se profile donc d’emblée : il est hautement vital d’assimiler que l’énergie SUIT la pensée[11] et que ce que l’on songe, ce qu’on représente mentalement (avec force persuasion, densité, régularité et sensation) advient (à terme) aussi sûrement que la nuit succède au jour !

En conséquence, pour prendre un exemple, la visualisation produite avec certaines qualités[12] matérialise sans nul doute ce que produit notre esprit : lequel, il convient de s’en souvenir, est à l’Image de l’Esprit Divin…

Il ne s’agit donc pas uniquement d’imagination : il y a réelle production et, au fil du temps, matérialisation objective ![13] Si cela n’était pas, comment densifier à ce point les Éléments qu’ils finissent par obtenir des effets concrets jusqu’au physique ?  Et comment (plus tard) pouvoir donner FORME ET VIE à un élémentaire ?

La vérité est donc telle : ce que peut générer notre mental,[14] ET POUR AUTANT QU’ON LE CROIE et qu’on agisse avec de pertinentes techniques ayant fait leur preuves, visibilise concrètement ce que l’on pense jusqu’au Plan matériel ! L’intensité et la vitesse de cette instauration n’étant différenciées que par la Maturité spirituelle de chacun… Quoi qu’il en soit, le simple fait que notre cerveau ne fait aucune différence entre ce qui est imaginé et ce qui est réellement perçu par les sens usuels[15] suffit à démontrer tout ceci…

J’ajoute, à l’attention de certains, qu’il serait fortement improbable (voire impossible) d’utiliser les fluides électriques et magnétiques en ne s’axant que sur une subjectivité supposée…

Non, selon l’Art magique, lequel se fonde sur des Lois très strictes, ce qui est créé dans l’esprit avec foi et constance se réalise et se manifeste dans notre matérialité : et il ne s’agit pas de fantaisie, d’irréalisme ou d’onirisme, mais d’une objectivité absolue reliée à des puissances énergétiques auxquelles chacun peut avoir accès pour autant qu’il y consente avec suffisamment de conviction intérieure. Et d’entrainement…

Le sentier proposé par le CDLVIM l’impose d’ailleurs très exactement.[16] Et je doute que l’Initié ne s’appuie pas sur du concret, du tangible, du « palpable » au travers de tous les exercices qu’il nous propose : même si, pour certains d’entre eux, l’imagination doit d’abord être mise en avant… Cela ne signifie toutefois pas, très loin de là, qu’il faille en rester à cet originel niveau ! Car, pour résumer ces quelques lignes, le Feu du mental est créateur… Ne le fut-il pas dès l’Émanation et la Manifestation Première ? Et n’est-il pas dit que « ce qui est En-Haut est identique à ce qui est en-bas » ?

Notre mental est donc effectivement à l’Image du Mental Divin : mais c’est toutefois son adéquate utilisation, c’est-à-dire en l’orientant dans la direction d’une réelle et profonde Évolution,[17] qui nous mène à la Ressemblance !

On s’en aperçoit dès lors sans peine : la Réalisation individuelle se génère en partageant vers autrui tout le Bien, le Beau, le Vrai que recèle notre structure progressivement magnifiée…

Il y a mieux cependant : en vertu d’une telle action désintéressée c’est l’ensemble de l’environnement mondain[18] qui sera profondément affecté par ce Présent : la Providence réagissant en retour à ce legs altruiste en insufflant dans l’âme des donateurs encore plus de noblesse, de majesté, de dignité, de zèle… Nous sommes là au sein d’un cercle profondément bénéfique : pour l’Humanité dans son ensemble ! Et tout ceci émane, comme il fut écrit antérieurement, d’un usage (basé sur l’altruisme) des forces créatrices du mental, d’une ouverture du coeur ainsi que d’une maîtrise, par la raison emplie de Connaissance, des émotions primaires.

Vouloir, Savoir, Oser, Se taire !

Dans une analyse davantage profonde, on remarquera que l’action de chacun peut être double : c’est-à-dire totale ou partielle.

L’impulsion complète est liée à notre liberté individuelle : cette dernière, dans son sens éminent, nous permet d’intégrer et d’attester le Sens de la Vie-une, sens qui est d’utiliser librement et avec consentement notre nature afin de nous unir, graduellement, à l’Etre unique dont une Parcelle (qui est totalité) réside en nous. Ce premier point est l’action que l’on peut qualifier d’intérieure. Le second aspect sublime plus encore le choix initial puisqu’il nous incite à partager[19] ce que l’union intérieure nous apporte. Tout ceci effectué, le mouvement est alors complet et total et ses conséquences positives hautement exponentielles…

L’action peut aussi néanmoins être partielle : positivement ou « négativement »… A ce dernier niveau, on s’illusionne en poursuivant une quête séparatiste et en estimant que ce que l’on reçoit doit uniquement nous servir à titre personnel, sans aucun partage (si ce n’est dans une optique égoïste) vers d’autres. Il va de soi qu’une telle attitude ne mène pas haut et n’est même d’aucune utilité sur le long terme, car la Divinité S’associe essentiellement avec ceux qui ont compris le sens exact de Ses cadeaux…

L’action partielle mais positive, elle, est surtout mise en oeuvre par les athées, les agnostiques ou les méconnaissants qui souhaitent néanmoins apporter un peu de justice en ce monde. Ils ne connaissent donc aucun Principe métaphysique en tant que tel, mais s’efforcent pourtant de travailler dans un sens humaniste (selon leurs capacités).

Au niveau absolu, et même si ce n’est pas un labeur orienté consciemment vers un Évolution ascendante et transcendante, nul ne s’offusquera cependant d’un tel travail : car les malheurs du monde sont autant de périls pouvant nous rendre très sensibles à la tentation. Toute activité amoindrissant les problèmes existentiels et le vécu problématique immédiat, fut-ce hors de toute connotation spirituelle, doit donc être saluée: même si ce n’est là qu’une fraction de la tâche qu’il nous incombe réellement d’accomplir…

Reste qu’ils sont peu nombreux les hommes souhaitant s’extraire de l’atmosphère étouffante et déviante ! Dans le cas contraire, notre Sphère et ses habitants ne suffoqueraient pas à ce point… Il est par conséquent essentiel de répéter sans cesse à quel point notre condition bassement matérielle doit générer des efforts constants, soutenus, permanents, pour contrer les ondes mortifères nous entourant. De ce point de vue, découvrir et adhérer à la notion du Tout en tout[20] n’est pas sans intérêt…

Pour illustrer le sujet, prenons une image…

Fera-t-on valoir qu’après avoir créé une poutrelle de fer l’essence de cet objet ne soit plus du fer ou ait disparu ? Ce serait difficile… Qu’il soit même refondu ensuite pour constituer autre chose, sa nature fondamentale sera encore et toujours le fer ! Non seulement la forme n’est que transitoire, mais quelle que soit celle-ci son fondement intrinsèque ne change pas…

Il en est de même à notre niveau… S’il est bien exact que l’Émanation universelle représente la cristallisation de la Pensée Divine, celle-ci est donc inhérente à toutes choses et êtres… L’ensemble de l’Univers est la substance de l’Essence ![21] Nous sommes une partie apparemment distincte du Tout,[22] mais qui Le contient cependant… L’Etre Unique (Dieu) représente l’Esprit (la Conscience), et Sa Création est la substance : c’est-à-dire l’objet de Sa Conscience.

Comme l’exprimait Mme Blavatsky :[23]

 » Cet Etre est l’Absolu dans sa manifestation primaire. Etant absolu, il n’y a rien en dehors de lui. Il est TOUT-ETRE. Il est indivisible, sans quoi il ne serait pas absolu. Si une partie pouvait en être séparée, ce qui resterait ne pourrait être absolu, parce que surgirait aussitôt la question de COMPARAISON entre lui et la partie séparée. La comparaison est incompatible avec l’idée de l’absolu. Il est donc clair que cette Existence-Une fondamentale, ou Etre Absolu, doit être la RÉALITÉ en toute forme qui est.

 L’Atome, l’Homme, le Dieu, sont chacun séparément, aussi bien que tous collectivement, l’Etre Absolu dans leur dernière analyse, qui est leur INDIVIDUALITÉ RÉELLE. C’est cette idée qu’il faut constamment garder à l’arrière-plan du mental pour en former la base de toute conception qui surgit de l’étude. Dès qu’on l’oublie (et rien n’est plus aisé lorsqu’on est aux prises avec un des nombreux aspects compliqués de la Philosophie Ésotérique), l’idée de SÉPARATION survient et l’étude perd sa valeur. »

En d’autres termes, ceci signifie que rien de ce qui existe n’est EN-DEHORS de la Racine Sans Racine et, puisque cette Dernière est l’Essence, Elle réside pareillement en tout ![24] De l’atome le plus infime à la Nova la plus étincelante, l’ensemble est habité par l’Énergie Primordiale. Et puisque cette Force Première génère la Vie[25] la notion de mort n’a elle-même aucun sens véritable ! En effet, si la Vie emplit l’intégralité des choses, des formes pensantes, des dimensions, la mort ne saurait exister nulle part. Les choses se modifient, mais elles subsistent… SAUF si, au niveau des intelligences, on se place en adversaire hostile et déclaré à l’Ordre ascendant et qu’en conséquence on s’exile soi-même[26] de la Lumière et du Souffle…

Car à la différence des objets, les êtres devant évoluer[27] ont en effet une particularité et un devoir très spécifiques : lesquels obligent à un développement qui surplombe leur nature initiale ! La liberté personnelle autorise la négation de cette responsabilité mais, ce faisant, se négligent, s’oublient, se réfutent d’autant les impulsions Divines en soi et, en finalité, se rompt le « Fil de Vie« :[28] le lien électromagnétique reliant la conscience à l’âme…[29]

Pour en revenir où nous étions, la logique de certaines personnes est donc profondément singulière… Certes, elles conviendront avec force argumentation qu’une voiture, qu’une table, qu’une maison, que tout engin ou ustensile, ne sauraient se créer sans que l’homme n’y ait mis de l’implication, à commencer par sa pensée (ce qui implique dans tous les cas un élément antérieur, une source), cependant, pour ce qui est de l’univers, là les choses bloquent… D’aucuns estiment que la Matière originelle est subsistante depuis toujours : et ce malgré le fait qu’au sein de l’univers matériel la loi de la contingence[30] est partout présente ! On en vient même à la réfutation, au-delà de la rationalité, des précisions scientifiques attestant l’émergence de cette dite Matière APRÈS le Big Bang…

On s’étonne donc en voyant que soit logiquement accepté le fait qu’une poterie ait besoin d’un potier, qu’une horloge ne se crée qu’à mesure qu’un horloger l’autorise, mais pour ce qui est de l’univers là on rejette l’idée d’une Puissance, d’une Nécessité surplombant le sujet et qui ne soit pas de l’ordre du physique… Étonnante attitude !

Reste qu’en acceptant l’idée d’une Cause Éternelle,[31] Créatrice de Lois immuables mais vivifiantes pour tous ceux qui vivent en Son Domaine, se superposent automatiquement les questions suivantes : « pourquoi », et « que faire de cette réalité ?

Les réponses se rejoignent : acquérir la Soi-Conscience[32] et, pour ce faire, dominer les bas instincts nous maintenant, et de quelle manière, sur le seul Plan dense ! Il faut qu’Objet et sujet ne fassent plus qu’un.

L’Émanation n’est donc aucunement la résultante d’un désir de Reconnaissance supposée issu d’une Entité Prodigieuse,[33] mais manifeste le Souhait limpide d’une Cohésion et d’un Développement souhaités pour quiconque foule avec intelligence Son Environnement et Son rayon de Manifestation ![34] Par suite, l’être adhérant à ce Projet et s’insérant dans ce courant ascensionnel,[35] visibilisera non seulement la Divinité Elle-Même mais, en outre, renforcera les conditions extérieures pour que l’Aspiration Première et Ultime se concrétise…

Mais pour cela il est question de combats, de douleurs, de contrôle sur l’animalité, et d’atteindre d’abord le Haut Mental (Manas) :[36] celui qui se distingue du mental inférieur.[37]

Le Sentier vivifiant ne saurait effectivement s’exonérer de luttes[38] afin d’ennoblir ce qui se doit… La chose fut analysée ailleurs, mais comment passer sous silence ce considérable et souvent douloureux aspect des choses ? Les vagues de la Nocivité s’en viennent déferler, avec force, contre tous les chercheurs de Vérité : et quand bien même d’aucuns peuvent sortir d’un cercle négatif, que d’autres apparaissent… Les ténèbres extérieurs et intérieurs[39]  s’opposent avec violence ou séduction à la Montée vers l’Esprit. Par suite, pour amplifier encore les choses, c’est la Providence Elle-même qui oblige à l’élimination de la moindre scorie ! C’est donc jusqu’au bout que souffrent (et souffriront) les guerriers de Lumière…

Chacun a évidemment le droit de refuser l’Élection, mais la Loi Progressiste ne souffre aucune exception et nous sommes tous, invariablement, placés devant nos contradictions : à chaque incarnation… Du reste, pour qui foule la Terre actuellement, ce sujet spécifique sera même très manifeste prochainement puisque nous avançons avec célérité vers le temps du Choix planétaire !

Quoi qu’il en soit, comme il fut maintes fois mentionné, il n’y a pas à vrai dire d’équivoque possible : la Juste Voie[40] s’arpente en plaçant, progressivement mais absolument, les feux inférieurs sous le joug des supérieurs ! Cela ne se peut toutefois sans maîtrise, discipline, ascèse… A ce titre ce qu’on nomme la Concentration mineure[41] apporte de substantiels résultats. J’en fis mention dans mon livre : « La Théurgie : leçons pour votre bien-être intérieur« .

Comme explicité ci-dessus, il est indiscutable qu’au long du parcours diverses tentations et attaques[42] se produiront : comment en serait-il autrement ? Quiconque emprunte la trajectoire de l’Édification injurie ceux qui refusèrent leur Élection… Cependant, et cela fut déjà stipulé, bien qu’on puisse quelquefois supposer le contraire personne n’est jamais tenté au-delà de ses forces ! D’autant plus que de remarquables Protecteurs sont placés aux côtés des hommes et femmes devant apporter quelque bien au sein de l’Humanité :[43] ce soutien perdurant jusqu’à un certain point… Car nous aurions beau bénéficier de multiples sentinelles, Celui qui veille réellement sur la Citadelle n’est rien moins que le Gardien-Créateur de toutes choses ! Et s’Il demeure réellement en nous, quelles Puissances pourraient véritablement nous nuire ? Nous délaissera-t-Il alors que nous cheminons vers Lui ?

Bref, nous sommes ici-bas pour expérimenter et comprendre ! Et la chose nécessite, nous le vîmes d’importantes obligations. Reste qu’il serait faux de croire que celui qui cherche réellement ne trouve point…[44]

« Frappez et on vous ouvrira« , dit un Précepte différent… Et où faut-il frapper si ce n’est à la Porte de l’âme dont la flamboyance est voilée mais ne demande qu’à se révéler ?!

Nous l’avons néanmoins aperçu antérieurement, il est très délicat pour l’homme (surtout contemporain) de saisir que la Vérité n’est pas extérieur à lui ! Notre engeance est tellement centrée sur le dehors qu’elle méconnaît, globalement, que c’est du dedans que peut surgir un adéquat mouvement de transformation positive.  » Le Royaume est le dedans de vous« , dit le Christ dans l’Évangile selon Thomas. (3, 1-8)

Le sens de la Vie est justement de le trouver ! Mais comment obtenir cette satisfaction en ignorant où et de quelle manière le découvrir ? La Connaissance s’avère donc assurément primordiale.

Toutefois, et même si le réflexe du jugement incite de temps en temps à penser le contraire, il serait faux de prétendre que celui qui méconnaît sa Destinée[45] vit une existence futile et vaine… Ce n’est absolument pas le cas :[46] chacun d’entre nous est placé là où il peut porter un maximum de fruits ! Pour lui OU pour ceux qui l’avoisinent… Et même si l’Évolution proprement dite ne semble pas être prégnante chez nombre de nos semblables,[47] il ne faut pas sous-estimer les actions providentielles qui mènent ces « ignorants », fut-ce en toute inconscience de la chose, afin d’accroître la Lumière… Je m’en expliquerai ultérieurement mais a-t-on bien conscience qu’il suffit parfois d’un acte altruiste pour modifier la perception d’autrui ? Dès lors, quand bien même le prochain que l’on juge ne semble pas actif au niveau spirituel ou humaniste, ne négligeons cependant pas qu’il puisse, à un moment donné, concevoir des actes constructifs qui auront une répercussion intérieure conséquente chez qui en bénéficie, chez d’autres…

En conséquence, l’un (le donateur) se discerne peut-être sous un angle irrespectueux, nombriliste ou insensible au premier abord, il n’empêche qu’il puisse, le cas échéant, attester une démarche déclenchant chez son prochain une perception accrue de ce que sont réellement les Qualités Divines ! La Loi solidaire se sert de tous, même si d’aucuns l’ignorent, pour que croisse l’Humanité véritable. Les cas difficiles ne font pas exception…

Par extension du sujet, et pour ceux qui ne sauraient s’en empêcher, le jugement établit automatiquement une comparaison :[48]  on flatte son propre amour-propre.[49] Il est donc préférable de suivre la recommandation du Christ : « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamné ! » (Luc 6, 37)[50]

Faut-il en outre ajouter que le temps passé à statuer sur un semblable se retranche inévitablement de celui où on pourrait travailler à notre amélioration personnelle ? Que cette réalité suffise pour qu’on s’en exempte… Elle est aussi injuste qu’inutile.

Car dans les faits, le Sentier de Vie se résume à identifier la Source de toutes choses, à La percevoir au possible en nous, à s’y attacher et, enfin, à La devenir… La Réalisation se réduit à ces quatre temps ! Pour ce faire, notre intelligence biologique[51] nécessite d’être orientée par-delà la tangibilité, la sensorialité, la matérialité ! Et donc, à nouveau, il faut le vouloir et, pareillement, savoir…

Comme je l’écrivais ailleurs, la méconnaissance est une problématique terrible… Nombreux sont-ils à l’avoir dit au long des millénaires !

 » Les mauvaises actions nous souillent dans ce monde et dans l’autre. Mais il est une souillure pire que toutes les autres, l’ignorance est la pire des souillures. » (Dhammapada, 242-243)[52]

Ce n’est pas sans raison que le puissances rebelles et déchues s’efforcent de maintenir un esclavage mental sur l’Humanité afin que le grand nombre n’ait facilement accès à la Connaissance Primordiale. Et si d’aventure celle-ci se diffuse,[53] s’accomplit alors un travail de sape, de déviation, de déstructuration dans le but soit d’une récupération, soit d’un déroutement significatif…

Hélas, en dépit du fait que notre époque s’avère prolixe en moyens de communication et de diffusion, toute âme souhaitant s’extraire d’une onde vibratoire considérée comme corrompue, est cependant quelquefois  récupérée dans un cercle négatif adjacent… Il faut donc énormément de prescience, de courage, de volonté pour réussir là où bien d’autres succombent ! A ce titre, il convient d’être très clair :  s’il y a beaucoup d’appelés[54] mais peu d’élus, le pourquoi se situe certes au niveau de l’incapacité à connaître les Principes vivifiants (et par conséquence à se situer soi-même dans l’Ordre universel), mais tout autant à la gratification qu’énormément de personnes trouvent au sein de la seule densité. Il est vrai qu’au regard de ce qui fut stipulé et analysé, c’est malheureusement le seul Plan qu’elles connaissent…

Il importe en outre, à notre grande honte, de concéder que nos difficultés majeures sont certes le propre d’une structure incohérente et inharmonieuse dont l’ignorance est le socle, mais également d’un manque flagrant de désir ascendant… Les raisons sont multiples, et assurément reliées à cette dite condition naturelle confuse, reste que sortir du sommeil nécessite d’accepter de se réveiller ou d’être réveillé ! Et là blesse d’autant le bât..

Car il ne faut pas se leurrer : peu importe la justification que chacun peut faire valoir : à la perception de ce qu’il lui faut accomplir pour DEVENIR, le premier responsable de l’indolence, de la paresse ou de la peur saisissant l’homme, c’est lui-même ! On peut toujours inclure les forces noires au sujet, il n’en demeure pas moins qu’en dernier ressort il n’est que nous qui déterminons la direction des existences vécue ici-bas… La Négation ne fait « que » présenter à notre devant NOS désirs conçus intérieurement ![55] Autrement dit, pour souligner l’importance de la question, ce n’est nullement par hasard que l’Oint expliquait que c’est en notre sein que naissent « bonnes et mauvaises pensées« … Par suite, comme nous le vîmes, c’est depuis notre intimité, par un labeur constant, que celles-ci doivent être maîtrisées et (re)dirigées).[56] Il se trouve là, pour chacun, une grande Clé de compréhension…

Plus que jamais, vu la période actuelle, nos choix ont une valeur particulièrement significative ! La guerre de la Conscience fait déjà rage d’une manière radicale. Et il n’est guère d’âmes pour en discerner l’ampleur exacte… Il est pourtant impératif de modifier ce qui se doit.

 » Le monde promet peu de choses et des choses qui passent, et on le sert avec une grande ardeur ; Je promets des biens immenses, éternels, et le cœur des hommes reste froid. Qui me sert et m’obéit en toutes choses avec autant de soin qu’on sert le monde et les maîtres du monde ?

Pour un petit avantage, on entreprend une longue route, et pour la vie éternelle à peine en trouve-t-on qui veuillent faire un pas. On recherche le plus vil gain, on plaide honteusement quelquefois pour une pièce de monnaie ; sur une légère promesse et pour une chose de rien, on ne craint pas de se fatiguer le jour et la nuit.

 Mais ô honte ! pour un bien immuable, pour une récompense infinie, pour un bonheur suprême et une gloire sans fin, on ne saurait se résoudre à la moindre fatigue.« [57]

Quiconque le souhaite a droit et devoir d’arpenter le Sentier vivifiant : celui-ci ne se limitant d’aucune façon (on l’aura compris) à telle ou telle fourche de la philosophie, de la religion ou de l’Ésotérisme ![58] L’affaire implique simplement de témoigner sincèrement de la maxime hermétiste : Vouloir, Savoir, Osez, Se taire.

– Vouloir (Élément Feu) : comme spécifié, l’énergie suit la pensée ! Voilà pourquoi le subconscient (ainsi que le substance mentale) se greffent sur nos pensées dominantes.[59] Dès lors, décider avec force de grandir spirituellement en s’en donnant les moyens[60] démontrera assurément[61] la densité de l’engagement…

– Savoir (Élément Air): La Connaissance progressive des Lois, Normes et Principes universels donnent grande force à la volonté précitée ! Au plus le Savoir s’amplifie,[62] et davantage se développe le zèle, l’enthousiasme, la détermination… Lorsque l’être pénètre de manière croissante les Mystères, les Arcanes, les opérations de l’Énergie-Une, les comprenant progressivement, son élan n’en est que décuplé. Savoir c’est pouvoir !

– Oser (Élément Eau) : La peur est un facteur essentiel à prendre en compte ! Néanmoins, il s’agit d’un état psychologique et, comme tel, totalement soumis à la volonté. Après un laps de temps on ne peut plus personnel… Quoi qu’il en soit, il FAUT s’engager[63] et, par-dessus tout, assumer cette décision et tenir ! Il n’est aucun individu qui ne chute, mais seul celui qui décide avec confiance d’aller là où mène le souhait évolutif, en accomplissant ce qu’il faut, se relèvera… Il est primordial de prendre le risque d’expérimenter ! Quant à la réussite elle dépend, en grande partie, de l’intensité, de la sincérité et de la justesse de notre désir (ainsi que de l’implication) pour que naisse un Monde transfiguré. Les feux de l’ego font ici face au Brasier du Moi dans une intense opposition frontale…

– Se taire (Élément Terre) : l’oeuvre entreprise ne requiert aucune publicité ! Le dialogue est uniquement intérieur avec Celui à Qui on rend Gloire… Seules parlent nos actions (qu’il est quelquefois difficile de cacher): mais sans divulgation sur notre Évolution individuelle.[64] Le silence est une force mais également une protection envers tous ceux qui, du fait de leurs propres difficultés ou rejets, ne sauraient supporter les vibrations de ceux qui veulent, savent, osent…

Ces quatre Piliers sont ici disséqués,[65] mais tout homme intelligent aura compris qu’en réalité ils doivent être liés EN CONSCIENCE en nous : ce qui, par extension, les dynamisera en même temps… De leur équilibre parfait en notre sein, en fonction de ce qu’ils représentent réellement, naît le processus menant progressivement à la Centralité !

Afin de s’impliquer sérieusement, il est possible d’utiliser les Quatre Éléments au niveau de notre matérialité[66] pour acquérir certaines Vertus facilitant l’avancement sur le délicat Chemin de l’Éveil… A ce titre, créez une phrase simple, au mode de l’indicatif présent : mais ne vous focalisez surtout pas sur des termes allant dans le sens de ce dont vous désirez vous prémunir ! Par exemple, ne dites pas « je veux la fin de la colère qui m’habite« : si vous le faites vous insister sur le mot « colère » et ce n’est pas souhaitable… Dites plutôt « je suis calme » ou « je suis pacifique »…

Une fois que vous aurez fait cela, inscrivez votre souhait sur une simple feuille de papier, examinez quelques seconde cette feuille en voyant le souhait réalisé (l’émotion positive joue un rôle non négligeable !), ensuite brûlez cette feuille à une flamme de bougie (blanche ou pourpre) tout en maintenant votre esprit au niveau de votre souhait tant que brûle l’objet. Tout ceci correspond au niveau Feu.

Pour l’Air, voyez votre souhait (en écrit ou en image) se former devant-vous, et voyez-vous l’aspirer tout en ressentant les bienfaits de votre désir exaucé.

Pour l’Eau, remplissez un lavabo d’eau TIÈDE et imprégnez fortement (par la visualisation) cette eau de votre souhait RÉALISÉ : lavez ensuite votre visage avec cette eau et imaginez-là pénétrez et imprégner tout votre corps… Autre technique : remplissez un verre d’eau, imprégnez cette eau (grâce à votre esprit) de la même manière, et buvez cette eau (il ne doit plus rien en rester) : imaginez-la descendre en vous et ressentez les effets positifs relatifs à votre souhait…

Enfin, pour la Terre, faites la même chose que pour le Feu mais, au lieu d’utiliser une flamme, enterrez simplement (dans votre jardin ou un simple pot de terre) la feuille…

Tout ceci est à recommencer autant de fois que besoin (une fois par jour), sauf pour la Terre (la dissolution se faisant plus lentement)… Abstenez-vous de faire ceci avec un autre souhait AVANT que votre problème ou votre demande ne soient réglés ou résolus…

Ceux qui expérimentent ce type d’exercices se rendent très rapidement compte que ces techniques sont autant de possibilités d’une réelle Évolution (et d’une véritable compassion karmique) SI les désirs sont progressivement, voire totalement, orientés vers une dédensification personnelle : ce qui reliera automatiquement vers un partage évolutif pour autrui… Ne fut-ce que dans l’environnement proche.

Pour l’écrire autrement, plus la démarche s’inscrit dans une optique solidaire (et non intégralement personnelle), et plus sa réalisation sera ample, compacte et conséquente…

Que ce dernière phrase soit méditée : car se divulgue ici une Loi des plus importantes ! Et pourtant tellement peu appliquée…

Thot Théurge
http://www.theurgie.com

[1] Car issue d’une structure déséquilibrée par rapport aux cohésives Lois universelles.

[2] Intellectuel et surtout opératif.

[3] Quoique hautement logique.

[4] Et qui n’est autre que le Plan capté par nos sens biologiques et électriques.

[5] Cette suprématie permettant en effet la création consciente de nouvelles causes.

[6] Et son corollaire primordial le mental.

[7] L’accent étant placé sur le corps astral et de spécifiques échanges vibratoires.

[8] Au temps imparti.

[9] Nous retrouverons le sujet dans le prochain chapitre.

[10] Et donc d’un bonheur que, peu ou prou, nous cherchons tous.

[11] Loi essentielle : surtout en Magie…

[12] Étant donné que le mental fait office de lien entre notre densité et des forces éminemment plus subtiles.

[13] Il n’est question, pour s’en convaincre, que de demander aux médecins ce qu’ils pensent des effets de l’imaginaire positif sur les nombreux cas de rémission des maladies…

[14] Qui est une Image « en miniature » du Mental Divin !

[15] Assez d’études scientifiques en attestent et démontrent que d’identiques parties du cerveau sont sollicitées.

[16] « Le Chemin de la véritable Initiation magique« . Franz Bardon.

[17] Pour soi MAIS EN INCLUANT celle des autres…

[18] Direct et indirect.

[19] Au paroxysme de nos forces, mais selon nos « charismes » personnels.

[20] Et en tous…

[21] La poutrelle de fer…

[22] Distincte uniquement en fonction de notre conscience primaire fortement  séparatiste.

[23]La Doctrine Secrète« .

[24] Sous une forme différenciée.

[25] Car elle est Vie perpétuelle.

[26] Énergétiquement parlant

[27] Tels les hommes.

[28] Aussi nommé « Corde Céleste« 

[29] Comme il advint pour les tentateurs métaphysiques résidant autour de notre Monde (mais n’appartenant pourtant pas à celui-ci) qui refusèrent, jusqu’à la perte de leur âme, d’accepter et d’intégrer le Flux Divin.

[30] Spécifiant que tout a une cause…

[31] C’est en cela que l’affaire est intéressante !

[32] Le Moi : lequel se manifeste par l’Union avec la Trinité sise en notre âme.

[33] Caractéristique pitoyablement humaine…

[34] Lesquels sont l’Univers et ses multiples Plans et Dimensions.

[35] Consciemment…

[36] D’abord, car ce n’est là qu’une étape (fut-elle importante), mais la Réalisation au sens strict, la Déification, se réalise par l’Union avec Atma: qui est réellement en nous Dieu manifesté. C’est d’ailleurs la seule “composante” qui ne soit pas liée à notre structure : Elle est Divine et uniquement telle…

[37] Lequel utilise l’intelligence pour se fourvoyer dans la densité avec l’espoir de jouir de ses plaisirs. On parle alors de « mental de désir » (Kama-Manas).

[38] Parfois très intenses, voire passionnées…

[39] Les élans décentrés, avides, déplorables de la personnalité.

[40] Quelque fourche qu’elle emprunte durant notre incarnation.

[41] Etre à ce que l’on fait en toutes circonstances !

[42] Frontales ou non.

[43] Et n’est-ce pas là le Devoir qui incombe à chacun ?

[44] « Si tu me cherches de tout ton cœur, Je me laisserai trouver, dit l’Éternel… » (Jérémie 29,13·1)

[45] Celle-ci se situant à mille lieux de la matérialité !

[46] Je l’expliquerai dans le chapitre suivant.

[47] La liberté étant mal orientée.

[48] Souvent par rapport à soi…

[49] Issu de l’ego, évidemment.

[50] S’y adjoint aussi d’autres paroles : « Qui es-tu pour juger le prochain ? » (Jacques 4, 12), ou encore « Qui es-tu pour juger un serviteur d’autrui ? » (Romains 14, 4)

[51] Laquelle n’est embryonnaire qu’à mesure d’un endiguement, et nullement lorsqu’elle se hisse aux « Cieux »…

[52]  Le Dhammapada fait partie du Khuddaka Nikāya, ou Collection mineure : lequel est la cinquième et dernière partie du Sutta Piṭaka, un texte canonique du bouddhisme où furent mis par écrit les Enseignement oraux du Bouddha.

[53] Comme il est d’actualité depuis toujours mais, exponentiellement, depuis quelques siècles.

[54] Tout le monde l’est !

[55] Lesquelles sont reflétés et captés sur les Plans éthérique, astral et bas-mental.

[56] Il suffit pour s’en convaincre de se référer au but poursuivi par Franz Bardon dans son excellent ouvrage « Le Chemin de la véritable Initiation magique » : lequel fait débuter toute sa série d’exercices par le contrôle du mental et des pensées…

[57]L’Imitation de Jésus-Christ” (Livre III, chap. Ill) : œuvre du moine néerlandais Thomas a Kempis, écrite à l’intention des contemplatifs chrétiens au début du XVe siècle.

[58] Même si, comme il faut l’espérer, la valeur, l’intérêt, l’envergure et l’utilité de la Magie n’auront échappés à personne…

[59] Et absolument sur LA pensée émotionnelle de premier plan.

[60] Prières, méditations, Cérémonies magiques, techniques diverses…

[61] Sur les échelons subtils mais surtout à Qui réside dans notre âme…

[62] Accroissant l’intelligibilité du Motif et du Souhait Divin.

[63] D’autant plus si on a compris certaines choses.

[64] Laquelle ne regarde personne : si ce n’est Celui que l’on sert…

[65] Comme il est besoin par notre mental séparatiste.

[66] Ceux-ci étant, rappelons-le, dirigés par la Divinité et recelant les Quatre lettres de Son Nom – un de ceux-ci – ainsi que Ses Qualités Premières.

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Techniques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *