Réflexions sur le temps du Choix (Partie 2)

Certains s’interrogent sur le rôle de Poutine : est-il une face du N.O.M. ou un réel opposant à la toute puissance de l’Empire ? En réalité, cela n’a que peu d’importance à partir du moment où on comprend que la marche du monde est orientée par de nombreuses forces divergentes qui, chacune selon leurs intérêts, dirigent les esprits (et donc les actes) de la masse humaine…

Que le dirigeant russe s’active pour faire émerger une multipolarité tout en défendant les intérêts de son pays, ou qu’il joue le rôle d’un résistant apparent à l’hégémonie élitiste, le fait est qu’il est désormais incontournable au niveau des décisions mondiales, et ce sur bien des sujets… Que l’Empire cherche à saper son autorité, à le discréditer avec acharnement (par l’extérieur et l’intérieur) qu’il soit à ce point diabolisé alors que le « tsar » ne plaide que pour la stricte application des lois internationales, tout cela milite davantage, me semble-t-il, pour une contestation sincère et véritable face à la barbarie du Nouvel Ordre Mondial…

Notons d’ailleurs encore quelque points extensifs :

Ce désir de changement prôné par l’administration Poutine se discerne également vis-à-vis des deux forces citées précédemment, forces qui avancent en parallèle : à savoir la Finance internationale et la puissance militaire (l’OTAN) !

Envers la première, comme il fut écrit plus haut, la Russie (avec l’appui des BRICK) fait le maximum pour atténuer la dépendance au dollar : crime de lèse-majesté majeur qui octroie, inévitablement, le titre d’ennemi (à l’instar de Kadhafi, Chavez, l’Iran, et bien d’autres). Souhaiter une alternative aux monopoles tels que Visa et Mastercard étiquette par ailleurs encore plus sévèrement le maître du Kremlin…

Si on élargit l’analyse, on s’aperçoit que Poutine a une vision très pointue des choses : c’est un renard qui a parfaitement analysé les méthodes impériales, et qui a donc également saisi que toute rébellion était durement réprimée par le bras armé de l’aristocratie dirigeante. Il se place donc, de ce fait, en opposant de taille face à la puissance militaire, défendant bec et ongles l’honneur et les intérêts russes (en plus de certaines valeurs, j’y reviens ci-dessous).

Pour ne prendre que l’exemple de la Syrie, en ce mois de juillet 2015 Poutine a clairement spécifié qu’il ne lâcherait en aucune manière Bachar el- Assad et, mieux encore, qu’il l’aiderait militairement si nécessaire ! Notons d’ailleurs que c’est depuis les attentats à l’arme chimique prétendument attribués à l’armée syrienne (cela fait néanmoins des années qu’on en attend les preuves…) que tout s’est emballé par rapport à la Russie qui, très vite, a compris la duplicité de certains! D’autant plus vite d’ailleurs que le gouvernement russe venait de subir une humiliation cuisante en Libye où l’OTAN et les occidentaux (et on ne s’en étonne même plus) outrepassèrent le mandat qui leur fut dévolu par l’ONU…

C’est donc pour toutes ces raisons (et bien d’autres, telle la lutte ouverte pour l’attribution de voies pétrolières et gazéifères) que Poutine subit des attaques médiatiques, politiques et des sanctions financières qui ne sont pas sans rappeler celles qui concernaient l’Allemagne nazie ! La violence, la virulence (tout comme le mensonge) atteignent actuellement un niveau rarement vu depuis des décennies… Il semblerait même que l’Empire, aux abois vu les oppositions multiples à sa fausse monnaie, fasse le maximum pour créer une tension qui pourrait déboucher sur une guerre véritable! Comment comprendre autrement la déstabilisation de l’Ukraine, le travail de sape des « ONG » américaines en Russie, les manoeuvres de l’OTAN aux frontières mêmes de la Russie, l’envoi d’armes lourdes aux fascistes ukrainiens (et d’armes nucléaires, donc de premières frappes, à l’armée de ce pays), l’encerclement progressif mais véritable de la Fédération ???

A nouveau un certain parallèle avec Kadhafi apparaît clairement : celui-ci en effet fut reçu, peu avant les déstabilisations de son pays, dans toutes les chancelleries européennes et, quelques semaines après, sous les injonctions de qui on sait, décrit dans tous les médias aux ordres comme un dictateur de la pire espèce… Il est vrai, et c’était certainement son erreur, que l’ancien dirigeant libyen faisait sans ambage l’apologie de son Dinar-Or : ce dernier étant appelé à remplacer progressivement le dollar comme moyen de payement pour les transactions internationales (surtout celles liées à l’énergie)… Faute majeure et extrême !! Tout l’Empire repose en effet sur cette monnaie-référence qui, si elle devait imploser, effondrerait du même coup l’hyperpuissance américaine et ce qui la maintient spéculativement : Wall Street et la City.

Il est un dernier point, et non des moindres, qui oblige l’oligarchie à détruire Poutine : son sens des valeurs traditionnelles…

En relevant son pays, le dirigeant russe a également exalté et rendu la fierté à ce peuple qui, trop longtemps, fut la proie de certains vautours et dont les anciens parlementaires furent, pour le moins, dociles face aux injonctions de multiples puissances ou institutions financières et, plus explicitement, soumis à l’idéologie capitaliste la plus débridée : ce qui, inévitablement, laissait perdurer des situations sociales explosives.

Ce nationalisme russe, certes, est très hétérodoxes et protéiforme, et il génère, il est vrai, certaines erreurs. De nombreux groupes extrémistes n’hésitent pas à s’afficher et leurs actions sont déplorables : tout le monde peut le regretter, mais qu’en serait-il sans un homme à poigne aux commandes ? Bien éloigné est le temps où, de toute la planète, les étudiants arpentaient Moscou : invités et tolérés par le pouvoir socialiste… De nos jours il vaut parfois mieux ne pas être « bronzé » ou « géorgien », mais c’est aussi là, quoi qu’on en dise, un symptôme propre à une liberté retrouvé. Nul doute qu’il se diluera lorsque le concept démocrate sera compris par tous. N’oublions pas que nous sommes ici en présence d’une très jeune démocratie, un pays miné par des décennies de dictature et, ensuite, par une  trahison des dirigeants : il est besoin de temps pour assainir certaines choses et changer les mentalités. Maintenant, que ceux qui veulent donner des leçons examinent leur propre histoire, ils verront alors combien est long le chemin vers une harmonie sociale et sociétale qui relègue les préjugés (de tous ordres) aux oubliettes…

Pour en revenir au sujet, chacun peut aisément s’apercevoir que la Russie s’appuie désormais sur des valeurs traditionnelles très fortes et, à l’inverse de la plupart des pays occidentaux domestiqués et suivant le diktat des décisionnaires outre-atlantique, elle lutte également, autant que faire ce peut, contre des éléments subversifs qui risquent (il suffit de voir l’UE) de bouleverser des repères sociétaux essentiels! L’importance est donc placée, par exemple, sur l’opposition envers tout ce qui peut nuire à l’enfance (ou la pervertir), sur la traditionnalité (voire la primauté) de l’Eglise orthodoxe, sur le rejet des oGM (pas de ça en Russie !), etc… Bref on peut dire en quelques phrases que la Tradition s’oppose à la prétendue nouveauté (alors que cette dernière est en réalité une réelle décadence voire une inversion des valeurs) !

On assiste donc, pour qui sait voir et, répétons-le, avec des dérives déplorables (mais logiques) à une patente virilisation de la société russe qui manifeste autant un attachement à son histoire, sa culture et ses traditions, qu’elle démontre son rejet face à la société que d’aucuns souhaitent voir s’imposer au niveau mondial : société basée sur le mercantile, l’individualisme à outrance, l’usure bancaire, l’absence de souveraineté nationale, la dissolution des peuples dans un creuset impersonnel et donc incontrôlable…

Bref, le modèle sociétal imposé en Occident rencontre également de très forte résistance en Russie et, là aussi, c’est une raison de la diabolisation de Poutine : car l’oligarchie dominatrice, pour imposer ses plans et ses vues, est obligée de briser certains moules, tels la famille, le sacré, le social harmonieux ! La raison en est simple : lorsque le hommes doivent se battre pour simplement survivre, ils n’ont plus leur attention portée sur les véritables responsables de leur malheur… Dans cet ordre d’idée, on saisit d’autant mieux pourquoi le chaos en tous domaine est préférable à l’ordre naturel !

Ce dit chaos, et en parallèle de la Finance et du militaire, se manifeste également par l’entremise d’une troisième force : plus intellectualisée et axée sur un sentimentalisme exacerbé ou (ré)orienté…

L’émotionnel est également une partie du programme appliqué par les élites pour canaliser ou diriger la colère du peuple ! C’est une technique psychologique très ancienne, et néanmoins toujours d’actualité. Sachant cela, on comprend mieux pourquoi les notions logiques et raisonnables sont une infime partie du cursus scolaire…

Pour celui qui sait encore réfléchir, il est cependant manifeste que l’émotion doit TOUJOURS se joindre à la réflexion et à l’analyse globale ! Il ne suffit donc pas de s’émouvoir, par exemple, de l’arrivée massive de migrants sur les côtes européennes, il convient aussi de s’interroger sur le pourquoi de ces exodes ! Ceci fait, on s’apercevra sans grande difficulté que ce drame a une source très concrète : l’imposition de la soi-disant démocratie… Imposition qui, depuis 2001, a tout de même fait, nous dit l’ONU, plusieurs millions de morts et des dizaines de pays exsangues ! Donc, en réalité, beaucoup moins que les dictateurs ou les supposés terroristes que l’Empire prétend combattre… Comme la plupart des personnes intelligentes le soupçonnaient, il est donc évident que la fumeuse conception des droits de l’homme cache un tout autre projet. J’y reviendrai.

Les médias traditionnels (aux ordres, rappelons-le) nous formatent donc à l’émotionnel pur, exempt de raison autant que possible : insistant sur les conséquences mais très rarement sur les causes! Leur rôle n’est pas d’inciter à une réflexion globale mais à des réflexesprogrammés! Pour qui est sensible à ce qu’il convient bien de nommer « propagande« , autrement dit la grande majorité de la masse, à moins d’oser voir plus loin, est automatiquement en retard : c’est le coup de retard que connaissent bien les joueurs d’échec… Et lorsque la conséquence est à ses portes, la plupart des gens ne sont donc plus que troubles et réflexes : il s’agit d’un conditionnement qui génère une mécanique instinctive dirigée…

Il y a pire : lorsque les faits sont trop visibles et l’émotion trop forte, l’élite inverse alors le mode accusatoire, transformant les victimes en bourreaux et inversement ! Cette réalité apparaît avec force au sein du « conflit » israélo-palestinien…

Le troisième aspect (issu de l’émotionnel) qui s’impose en effet avec le Nouvel Ordre Mondial est fortement idéologique et élitiste : il s’agit d’un suprémacisme dont les bases sont messianiques…

Beaucoup se sont interrogés sur les liens quasiment indéfectibles entre Israël et les USA, néanmoins une analyse conséquente les révèlent assez aisément… Ces deux pays se rejoignent au sein des trois forces exposés en ces lignes : le financier, le militaire (expansionnisme et accaparement des ressources), l’idéologique.

Pour certains américains, il va de soi que leur pays est à l’avant-garde en bien des domaines et, de ce fait, il leur apparaît clairement qu’il a un rôle moteur à jouer dans la marche du monde : à tous niveaux. Ils sont les élus, les choisis, ceux qui doivent guider autrui. C’est un devoir moral…

Pour ce qui est du peuple juif, je ne vais pas ici répéter ce que j’écrivais ailleurs (voirhttp://www.http://theurgie.com/conflagration2.html ), à savoir que l’élite de ce peuple a dénaturé un enseignement spirituel pour en faire un instrument de conquête (grâce à l’argent et les prêts usuraires) au sein de toutes les nations qui les accueillaient ! C’est là une vérité et du factuel. Pour s’en assurer il n’est besoin que de connaître (et c’est à la portée de tous) les dirigeants des grandes banques et des institutions financières comme, par exemple, la Réserve Fédérale… On peut également suivre historiquement la trame de la chose et saisir les liens avec le Protestantisme…

Bref, l’usure est un moyen des plus adéquats (et appliqué depuis des lustres) pour appuyer ou accentuer le pouvoir d’une certaine élite (nommons-la talmudique) : élite qui n’a d’ailleurs cure du petit peuple juif (aisément sacrifiable), et qui ne sert que ses propres intérêts dominateurs ! Les financiers de Wall Street qui ont alimenté la machine de guerre nazie n’étaient pas allemands…

Le financier et l’idéologique vont donc de pair en ceux qui se pensent désignés par la Providence pour guider les autres peuples, et en ceux qui se disent élus par le sang (racisme pur !). Tous s’estiment liés par une prédestination supérieure qui nécessite, pensent-ils, de régner par dessus la masse des hommes : par la ruse (dénigrement ou inversion des valeurs) et/ou la contrainte (financière et militaire)…

Comme l’OTAN, l’état d’Israël impose ses plans à son environnement (proche et lointain). Il n’est pas en effet pays dans le monde (à dimension géographique similaire) qui soit aussi lourdement armé, possédant plus de 300 têtes nucléaires et, pire encore, qui les brandit insidieusement (mais concrètement) comme une menace (que chacun s’intéresse à « l’option Samson« )…

On remarquera par ailleurs deux autres points : constitutionnellement les frontières de l’Israël moderne ne sont pas fixés ! Cela non plus n’est pas chose courante. La raison en est pourtant simple (et il suffit de relire les déclarations des premiers présidents ou hommes politique pour avoir claire vision de la chose) : c’est d’abord là le signe d’un état expansionniste et, surtout, comme le prouve son drapeau, parce que son existence est idéologiquement liée au Grand Israël : c’est-à-dire allant du Nil à l’Euphrate (symbolisé par les deux bandes bleues du drapeau)…

grand israel2

C’est bien pourquoi la  guerre est nécessaire pour ce pays : son expansion (et sa survie) dépend de ses annexions ! Toutes les guerres passées permirent la main-mise sur des territoires qui, malgré les pressions diverses, ne furent jamais restitués en totalité. Nous avons affaire ici à un état dont l’élite (et celle-ci ne se trouve pas réellement à Jérusalem) à un projet de colonisation qui ira croissant jusqu’à son terme…

Tout ceci bien compris, chacun saisira également pourquoi le seul pays de la région non déstabilisé par l’EI est Israël… Pourquoi les combattants du groupe terroristes sont assistés, soignés, aidés par Israël et les pays occidentaux… Chacun peut également voir clairement pourquoi les conquêtes du faussement nommé Etat Islamique correspondent clairement et parfaitement aux frontières du Grand Israël… L’expansion se poursuit donc : mais par intermédiaires. C’est moins visible, tout aussi efficace et, surtout, les pays environnants ne sauraient s’opposer ensuite à la puissance de feu israélienne!

Pour terminer sur ce sujet, il faut également (quoique brièvement) parler de l’intense travail médiatique entrepris par Israël pour valoriser son image dans l’opinion publique internationale. Bien que cette dite image soit de plus en plus écornée, il reste que de multiples sayanims sont actifs de par le monde… Sans oublier les différents organismes ou groupes ouvertement sionistes qui, dans de nombreux pays, s’activent également à blanchir l’état hébreux de toutes ses imperfections : que l’on pense au CRIF, à l’AIPAC, à l’Anti-Defamation League (et bien d’autres), tous effectuent une démarche idéologique (bien loin d’ailleurs de tout humanisme) pour défendre coûte que coûte Israël ! Cette démarche n’est cependant efficace qu’aux sein de cerveaux trépanés, et un certain nombre d’hommes se réveillent…

Je ne vais pas ici surcharger le sujet, notons simplement ceci : les valeurs de l’élite oligarchique pour imposer le Nouvel Ordre Mondial se résument donc en trois contenances, le financier, le militaire, l’idéologie. Elles se manifestent concrètement à partir de la sphère occidentale et d’Israël, détruisent (ou réorientent) les notions traditionnelles (la famille, la patrie, la religion, le social structurant, l’éducation) afin d’appauvrir la réflexion de la masse et d’en faire un troupeau à réflexe et hautement émotionnel car plus aisément manipulable…

Ces forces insistent également sur l’individualisme, le culte de la marchandise, et sur une société de loisirs : un cerveau individuel est moins fort qu’un cerveau collectif soudé par de saines valeurs, tandis que la marchandisation de toutes choses accentue la dépendance, et que la société de loisirs et de plaisirs divers ôte encore plus de temps à une potentielle réflexion intelligente…

Voilà ce qu’est le Nouvel Ordre Mondial : un terreau où toutes les libertés, donc aussi les plus effroyables, seront libérés et autorisées. Sans contrôle aucun, car l’anarchie qui en résultera permettra l’application de Lois d’exception. Un monde où l’avoir et la sensation doivent l’emporter sur l’être et l’harmonie; où le chaos sera manipulé pour le plus grand profit de quelques-uns…

J’ai écris un chapitre (http://theurgie.com/touscontretous.html ) qui démontre parfaitement que la plupart des acteurs de ce drame sont connus, et que la mise en oeuvre de ce projet a déjà débutée. Néanmoins, contrairement à d’autres, j’ai également démontré que ce plan élitiste et destructeur sera lui-même dépassé par des puissances différentes et autrement plus nuisibles ! Le N.O.M. sert de marche-pied pour des êtres dont la science matérialiste, la « modernité », le laïcisme ont voulu taire l’existence mais qui, cependant, surgiront sur les ruines de l’affliction à venir : ainsi que le proclamèrent, très justement, les religions révélées et l’Hermétisme bien compris…

Thot

(A SUIVRE)

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Politique, social, Religions, spiritualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *