Réflexions sur le temps du Choix- partie 1

L’époque actuelle est aussi troublante que fascinante! A l’exception de l’atlantéenne, jamais peut-être dans l’Histoire une ère ne fut davantage technologique (tout en étant très superficiellement communicative)  et, en parallèle, tellement déstructurante (à bien des niveaux) pour une grande majorité de l’Humanité…

Le passé éclaire néanmoins magistralement notre présent. Et d’identiques miasmes, situations et logique apparaissent visiblement : pour peu que l’on s’exonère du mirage mental que certaines élites (je vais y revenir) s’ingénient, hélas avec succès, à placer à l’avant-plan.

On peut se questionner sur les méandres mentaux de certains décideurs (véritables) pour qui la domination, la souffrance d’autrui, le pouvoir et les jouissances éphémères et répétitives de cette sphère sont les seuls principes conducteurs! On peut en faire autant à propos de la difficulté qu’ont d’autres personnes (la masse des hommes ignorants, dociles et hautement manipulables) pour allier vie concrète dans la matière (avec les efforts, les doutes, les douleurs de plus en plus prégnantes qu’elle engendre), et un objectif qui ne se limite pas à la seule densité… Tout cela nécessite en effet de briser un voile conséquent, de sortir d’une torpeur sans cesse actualisée ou, plus délicat encore, d’oser s’interroger sur le sens exact de certains événements et situations extrêmes (personnels ou mondiaux), sur la finalité de la Vie-Une tout en ne l’assimilant pas à ce friable et transitoire corps biologique…

S’extirper de cette matrice est loin d’être aisé! Et encore moins en ces moments réellement historiques et en cette période où le consumérisme effréné, l’idéologie capitaliste et, par extension, la loi mortifère du Marché enveniment les saines (et saintes) aspirations des peuples et des hommes…

Pour un fidéiste, tous ces antagonismes sociétaux (et internes) qui se traduisent par de multiples inquiétudes et malaises, sont autant de signes de ce qu’il nomme « la fin des temps » et/ou (si on est chrétien) d’une Parousie.

Pour les hermétistes, théosophes, néophytes et autres initiés, ces indications militent pour un réajustement de la Conscience humaine voire universelle (car s’y associent des êtres éminemment supérieurs à l’homme et qui agissent tout en poursuivant leur évolution sur d’autres Plans). Au niveau terrestre, les raisons majeures sont à chercher du côté de la Justice et de la Miséricorde, mais également dans l’arrêt de l’involution générale de l’Humanité : cette dernière se doit de (re)prendre conscience de sa place dans le mouvement évolutif universel, elle doit s’associer concrètement à la Finalité supérieure tout en la manifestant au possible !

Enfin, pour les athées et autres agnostiques, leurs convictions les portent à croire que la marche du monde est au mieux articulée à partir de multiples forces (liées évidemment à la seule densité) et, au pire, le fruit de circonstances absurdes, incohérentes, stupides, hasardeuses, visibilisées par le manque de raison de la majorité humaine…

Chacun se détermine (et se déterminera) selon ses opinions, ses expériences, son vécu, ses espérances mais, puisque nous cheminons tous dans la matière, il me semble primordial d’analyser les faits à partir de celle-ci : quitte (et je le ferai) à voir plus loin et plus haut ensuite…

Je ne vais pas ici répéter ce que j’écrivais en d’autres articles, à savoir que certaines élites (oligarchiques, familiales, royales, financières, idéologiques) s’activent avec intensité afin de garder privilèges, pouvoirs, domination sur la masse humaine (considérée comme inférieure). Ces puissances diversifiées mais qui agissent souvent de concert (car les intérêts se croisent) briment, dénaturent ou, lorsqu’il le faut, brisent sans état d’âme tous les principes élévateurs (humanistes, familiaux, sociaux, politiques, religieux, initiatiques, sociétaux, patriotiques) qui sont autant d’oppositions manifestes à leurs prérogatives et objectifs. Le projet ultime étant l’instauration d’un régime mondialisé à même d’offrir, avec des résistances réduites, de multiples bénéfices (à tous niveaux et de tous ordres) à ces diverses puissances oppressantes qui placent notre monde, et depuis des lustres, en coupe réglée…

Ce « Nouvel » Ordre Mondial n’a donc évidemment pas pour vocation de placer l’homme au centre, de le faire évoluer (en tous domaines) ou d’aider chacun à cheminer vers une quelconque valorisation. Si cela était nul n’y trouverait rien à redire, mais les différentes autorités impliquées attestent depuis longtemps que le chaos est un synonyme d’imposition nettement plus prolifique et porteur ! Il me semble dès lors intéressant d’insister sur les diverses entités (visibles et visiblement actives) qui composent l’Empire : nous reviendrons par là-même à ce que vous lisiez en début d’article, à savoir la jonction entre le passé et le présent. La chose jettera en outre un éclairage des plus décisifs sur notre futur…

A l’heure où vous lisez ces lignes, la Grèce est peut-être en passe de sortir de la zone Euro! Comble d’hérésie pour les technocrates européens, le premier ministre grec a décidé de consulter son peuple par référendum… Inacceptable pour ceux qui osent néanmoins se prétendre et se dire garants de l’ordre moral, démocratique et des valeurs liées à la liberté d’expression. « Je suis Charlie » ne semble apparemment pas acceptable lorsqu’on ose critiquer, même sans aucune violence, le système… Cela ne fonctionne pas, semble-t-il, pour tout le monde.

Ces dernières lignes pour préciser, et chacun peut aisément le voir, que beaucoup (politiques, commentateurs divers, journalistes, etc) mettent toujours l’accent sur certaines conséquences, mais jamais sur les véritables décideurs ni, ce qui est pire, sur la cause réelle des multiples cures d’austérité que subissent encore et encore la majorité des pays! Et cette cause, quelle est-elle si ce n’est la Dette souveraine ?

Ce postulat posé, on imagine également sans peine à qui profite cette dite Dette (ses intérêts surtout) : à la Banque, au système financier et donc, en dernière instance, à Wall Street…

Tel est le présent, avec tous ses corollaires dévastateurs au niveau social (crises à répétitions, chômage de masse en constante hausse, paupérisation, la faim, la privation, les manques essentiels, la nervosité existentielle, la colère redirigée par certains vers des boucs émissaires (mais jamais les bons), les faillites en cascades…).

Tel fut également le passé qui, à partir d’effets similaires, engendra deux atroces guerres mondiales… Lorsque la production s’érode et que la spéculation explose (ce qui se passa dès les années 1920), l’impact sur le peuple est incommensurable et ne peut déboucher que sur une guerre : ceci pour camoufler les erreurs produites par la Finance et, par extension, une fois la paix revenue (en ayant évidemment généré du profit au passage de la conflagration), pour pouvoir rebondir et continuer la quête de bénéfices substantiels… Tout ceci au prix des souffrances du peuple (jamais de ceux qui déclenchent les hostilités!) qui, lui, soumis qu’il est aux multiples moyens de propagande, voit sa colère déviée vers un leurre des plus conséquent : en ’40 c’était Hitler, aujourd’hui ce sont d’autres ennemis ! Quand on sait qui a financé la machine de guerre nazie, on se demande s’il faut applaudir la duplicité ou frémir devant l’ignorance des masses… Mais je reviendrai à ceci plus loin !

Une des puissances qui pousse à l’instauration complète et totale du N.O.M. est donc clairement désignée : il s’agit de la Finance spéculatrice et destructrice dont les sièges sont Wall Street et la City…

Cette stratégie actuelle de leurre, dont je viens d’écrire, crédibilisée par des barbares ignorants aisément manipulables (et sacrifiables, mais ils ne le savent pas encore), fut mise en place par les néo-conservateurs américains qui, très vite après la fin de la guerre froide, ont compris que l’absence d’ennemis identifiables desservait leurs objectifs de contrôle des ressources mondiales et de main-mise sur le monde.

Les divers printemps arabes, avec leurs lots d’espoirs déçus, sont donc en réalité autant de déstabilisations intérieures accomplies sous le couvert fallacieux et hautement ingérant des « droits de l’homme » !

S’il est certes exact que les peuples « libérés » souhaitaient souvent de très profonds changements, il ne l’est pas moins que ces saines aspirations furent d’abord encouragées, ensuite utilisées, enfin encadrées et déviées de leur sens initial… Bien plus, tout en aidant à la déstabilisation des gouvernements, la plupart des puissances occidentales détruisaient (parfois en aidant militairement) toute force et personnes qui maintenaient une certaine cohésion étatique (la Libye de Kadhafi en est un exemple parfait) :  ce qui entraîna encore davantage de chaos et un exode quasi permanent ainsi qu’un flux ininterrompu de migrants vers l’Europe. Ce dernier fait est une bombe à retardement car associé à la crise sociale vécue par les peuples européens (dont la masse est hautement manipulée), il y a un risque majeur de troubles ethniques, religieux, sociaux.

Bref, cette seconde entité agissante du N.O.M. peut être considéré comme le bras militaire de l’Empire (soit l’OTAN et tous ses séides), et ses visées sont géostratégiques : il s’agit de mettre la main sur les dernières réserves de pétrole, de rester à portée des autres ressources naturelles, et de désigner pour ce faire un ennemi, les islamistes (afin d’agir plus facilement et avec un pseudo mandat moral), TOUT EN LES ARMANTEN LES ENTRAINANT ET EN LES SOUTENANT… Cette réalité permet en outre de déclencher une vague d’exode sans précédent vers l’Europe et de diviser les peuples entre eux au niveau politique, tout en accentuant les pressions et tensions entre ethnies et cultures différentes : l’objectif est à nouveau de forcer les esprits à réfléchir aux conséquences et JAMAIS aux causes! Eviter, autant que possible, que soient désignés les véritables responsables…

Ici donc la puissance militaire rejoint l’idéologie du profit à outrance : l’Amérique a besoin que le dollar reste la monnaie de référence, et les milieux financiers ont besoin de l’OTAN (et donc des USA) pour d’une part régler le compte de tous ceux qui veulent s’exonérer du système financier actuel (Kadhafi, Chavez, Morales, Poutine, la Chine, etc), tout en permettant à ce système de perdurer le plus longtemps possible (fut-ce au prix d’une guerre mondiale) après une profonde restructuration géostratégique (chaos dans les pays en guerre) et sociale (chaos dans les pays occidentaux)…

Chacun peut donc s’en apercevoir, la finalité est une anarchie généralisée, à tous niveaux, afin de pouvoir régner à partir d’elle tout en se faisant passer pour un preux chevalier! Comme manipulation et duplicité on fait difficilement mieux (ou pire)… On rejoint là, en tous point, la fameuse théorie ACTION-REACTION-SOLUTION…

Ces deux entités (j’en viendrai à la troisième dans la suite de l’article), à savoir l’oligarchie financière et le complexe militaro-industriel influencé par les néo-conservateurs américains, ont cependant désormais un opposant de taille sur leur route : Poutine… Il est vrai qu’il menace tout autant l’hégémonie du dollar que l’expansion militaire de l’Empire. Il est donc de bon ton de le considérer comme un ennemi, d’en faire un dictateur de la pire espèce au sein de tous les médias aux ordres et, last but not least, de déstabiliser la Russie via l’extérieur (l’ukraine) et l’intérieur (ce mois de juillet 2015 a vu l’allégeance à l’EI de groupes terroristes issus des territoires russes : ce qui promet quelques épisodes sanglants)…

(A SUIVRE)

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Politique, social, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *