Pegida et l’immigration

Environ 18.000 personnes réunies à Dresde ce lundi 5 janvier, à la suite du mouvement Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident)… Mouvement qu’il est difficile d’étiquetter exactement puisqu’il compte en son sein des gens aux opinions diverses (chrétiens, laïcs, extrémistes de droite, hooligans, familles, simples citoyens parfaitement respectables, identitaires). Allons donc plus loin.

Que certains aient peurs pour diverses raisons (à juste titre ou non) ne doit pas occulter les causes et les projets d’autres personnes! Rappelons donc la réalité factuelle : mondialisme et idéologie capitaliste à outrance afin de faire du marché l’unique règle… Ceci signifie déliter, inverser voire détruire de saines valeurs traditionnelles (religieuses, culturelles et autres) et tout autant travailler sur la subversion et la corruption des « décideurs » politiques afin qu’ils intègrent totalement les plans de cette anarchie globale qui ne mène qu’au chaos. Ce dernier n’étant cependant pas exempt de règles : sauf que celles-ci ne profitent, évidemment, qu’à de rares personnes…

En cas d’impossibilité à pervertir les décisions politiques afin de les rendre favorables à cette globalisation (que l’on pense, entre autres, au général De Gaule, à Kadhafi ou à Poutine), on use alors d’autres techniques, plus diffuses ou masquées, voire carrément fallacieuses (les multiples « printemps » ou les réelles guerres de destruction – que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur du pays)…Dans cet ordre d’idée, l’aspect immigration fonctionne à plein depuis des lustres ! Et d’autant plus, ces dernières années, que la plupart des migrants proviennent de pays secoués, déchirés, et simplement soucieux de retrouver une certaine dignité existentielle !

Si on peut aisément comprendre le désir européen de reconstruction (après la seconde guerre mondiale), tout en précisant que cela faisait également le jeu des grandes sociétés qui pouvaient, grâce à cela, faire jouer les salaires à la baisse, nous ne sommes pourtant plus actuellement dans cet aspect des choses. Désormais les flux migratoires, pour les raisons précitées et parce que cela fait le jeu de ceux qui veulent bâtir autre chose à partir du chaos, ne sont simplement plus contrôlés mais, bien plus, malgré les différents problèmes qui surgissent (à tous niveaux) sont même cautionnés par l’Europe (nous savons par ailleurs à qui elle obéit) et tous ceux qui se font les chantres des bienfaits supposés de la multiculturalité : ceux-ci étant par ailleurs, pour la plupart, de véritables nomades…

Il ne faut donc pas se tromper de cible ! Le meilleur moyen d’empêcher ce déferlement (déferlement de souffrance avant tout, rappelons-le) est de faire pression ( à chacun de convenir de la forme) sur tous les acteurs et institutions qui insistent, au grand dam des peuples pris en otage, sur l’impérieuse et soi-disant humaniste nécessité d’accueillir tous et toutes, et cela en faisant fi des multiples impossibilités (emploi, habitation, etc) et sans prévoir les multiples effets négatifs ou les répercussions au sein de la société, du pays et de la culture accueillante !

Quand on analyse parfaitement les faits, on s’aperçoit d’ailleurs très facilement que les plus grands donneurs de leçon (USA, Europe, Israël) sont ceux qui s’échinent à détruire, sans pitié aucune, tous ceux qui combattent leurs idées et valeurs  ! Ajoutons à cela les multinationales (qui se retrouvent facilement sur l’idée d’une mondialisation) et les idéologues intelligents et très cartésiens qui, eux, savent parfaitement bien quels événements dramatiques peuvent résulter de la confrontation entre diverses cultures lorsque le creuset de la République est brisé ou inadapté : et nous avons là, en effet, les germes d’une anarchie conséquente dont on ne peut que mesurer l’impact déjà négatif pour la masse certes endoctrinée mais placée aussi, il convient de le comprendre, non seulement devant le fait accompli mais également face à tous les migrants qui arrivent… Car nul ne devrait s’y tromper : ce sont des ouvriers et accessoirement des personnes de la classe moyenne qui touchent les côtes européennes, rarement des nantis ! Ils ne peuvent donc, vu la crise, qu’ajouter leur cohorte à celle de tous ceux qui, dans nos pays, sont les plus fragiles. Avec toutes les tensions que cela suppose…

L’immigration de masse est donc non seulement une aberration et une réelle injustice quant à son « pourquoi » (ou ses « pourquoi ») en amont mais, en outre, elle ne peut être recherchée et désirée que par tous ceux qui n’en souffrent pas (de diverses manières) ainsi que par ceux qui ont intérêt à un conflit civilisationnel (certains pays et système de pensée basé sur la hiérarchie – de culture, de race) !

Etre humaniste ce n’est certes pas être fermé aux autres, mais cela implique également de détailler les objectifs malhonnêtes et mensongers d’une oligarchie décideuse qui, loin des préoccupations de la base sociétale, n’aspire qu’a consolider son pouvoir, voire à l’intensifier !

Ce n’est donc pas en s’attaquant aux immigrés que se régleront les choses, au contraire : cela ne donnera que des excuses pour neutraliser, grâce à des lois d’exception, tous ceux qui militent pour davantage de justice PARTOUT DANS LE MONDE ! Il faut plutôt se donner les moyens (désobéissance civile et civique, ou véritable révolution) de pouvoir nuire à tous ceux qui, sous le couvert des droits de l’homme ou la notion d’égalité à tout va (sauf quand ça les dérange), ne prônent, ni plus ni moins, que la paupérisation de chacun, l’anarchie, le chaos, le communautarisme : le projet, et chaque homme objectif en attestera, étant en définitive la guerre de tous contre tous…

La raison de tout ceci est simple : le système capitaliste, ayant désormais privilégié la spéculation à la production réelle, est à bout de souffle ! Parallèlement, la fausse monnaie étasunienne s’effrite et sombre. La faillite du dollar, que je sache, n’a pourtant pas pour cause les musulmans (notoirement plus important parmi les immigrés vu la destruction exponentielle de leurs divers pays) ! Peu de musulmans en effet à Wall Street… Mais cette dite faillite (dont les banquiers espèrent rebondir, comme en 40′), associée à une idéologie financière, élitiste et suprématiste, milite éminemment et absolument pour que de multiples conflits (culturels, confessionnels, sociaux) explosent dans nos sociétés occidentales : accentuant ainsi la pérennité de leurs prérogatives sur tous les segments de la société humaine.

Révolution : dans les pensées, les actes et…réconciliation ! Déterminer qui est le VERITABLE ennemi, le cerner, diminuer au possible son influence sur les consciences… Arriver à cela, chacun dans sa sphère d’influence, serait déjà très bien. Une guerre civile ne profitera qu’à ceux qui la désirent et qui font le maximum pour qu’elle survienne : le noyautage et l’orientation de mouvements dits patriotiques comme Pegida n’étant d’ailleurs pas le fruit du hasard. Pour qui sait voir et comprendre…
Thot

Ce contenu a été publié dans Politique, social, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *