Mécanisme planétaire au service de la Nuisance

il y a de nombreuses années, un Maître a parfaitement résumé ce qu’est le Matérialisme exacerbé (au-delà de sa composante financière) :[1] lequel se heurte, frontalement, aux conceptions qui dépasse le tangible sensoriel… Il nous dit que, selon les personnes témoignant de la première opinion, le monde extérieur, tel qu’il se projette dans notre conscience, est vrai; que les choses sont ce qu’elles semblent être; que la matière et la force, telles que nous les connaissons, sont la seule réalité, et qu’il est impossible pour l’homme d’aller au-delà de ce qui est tangible. Il doit donc se contenter des faits tels qu’il les connaît, ou tels que la science les lui décrit.

La chose est on ne peut plus exacte et, à vrai dire, même ce Monde, pour peu qu’il soit véritablement perçu comme il se doit[2] est un véritable sas autorisant le développement et l’accroissement de notre structure. Encore faut-il, pour ce faire, ne pas négliger ce qui y est le plus important : nous !

Car le problème majeur de notre Sphère ne se trouve aucunement à l’extérieur de notre condition : il se décèle dans ce qui nous est le plus intime, notre coeur ![3]

Notre Planète aurait beau être un véritable paradis,[4] si l’engeance humaine ne modifie pas son paradigme central, vital, essentiel, rien de déterminant et de positif ne peut émerger consciemment. Certes, les choses se corrigeront sous l’effet de certaines Lois (karmiques surtout), mais ne vaudrait-il pas mieux que cela se réalise grâce à une certaine sagesse ?

A cet égard, serait-il improductif d’insister succinctement sur la notion de partage équitable ? Cela nous éloignerait-il de notre sujet principal sachant que l’Intelligence Divine, intégrant toutes choses, manifeste ces concepts et, très spécifiquement, la solidarité ?

Par quelle aberration 1% des habitants de notre Globe ont-ils autant que les 99% restants ? Qui peut imaginer une seconde que cette réalité est viable sur le long terme et, surtout, positive pour chacun ?

La sécurité, le bonheur et des relations pacifiques sont le désir de tous. Toutefois, avant que les Grandes Puissances, en collaboration avec les petites nations, aient résolu le problème économique et réalisé que les ressources de la terre n’appartiennent pas à une seule nation, mais à l’ensemble de l’humanité, il n’y aura point de paix véritable…

Le pétrole du monde, ses richesses minérales, le charbon, le blé, le sucre et les céréales appartiennent à tous les hommes de tous pays. Ce sont des denrées essentielles à l’existence quotidienne de l’homme.

Le véritable problème des Nations Unies est double, nous dit fort justement D.K. : il implique la distribution équitable des ressources mondiales, afin d’arriver à la suppression de la misère et il implique aussi l’établissement d’une vraie égalité des chances et de l’éducation pour tous, partout… Autrement dit, les nations qui ont d’abondantes richesses ne sont pas propriétaires; elles sont gardiennes des biens du monde, confiés à elles à l’intention de leurs semblables. Le temps viendra inévitablement où, dans l’intérêt de la paix et de la sécurité, les capitalistes des diverses nations seront forcés de comprendre cela et de substituer le principe du partage à l’ancien principe d’une mainmise avide qui les a guidés jusqu’à présent.

A moins de vouloir absolument garder telles prérogatives et d’utiliser la fuite en avant…

Car comme je l’écrivais en d’autres lieux, on peut se questionner sur les méandres mentaux de certains décideurs (réels) pour qui la domination, la souffrance d’autrui, le pouvoir et les jouissances éphémères et répétitives de cette sphère sont les seuls principes conducteurs…

 On peut en faire autant à propos de la difficulté qu’ont d’autres personnes[5] pour allier vie concrète dans la matière,[6] et un objectif qui ne se limite pas à la seule densité… Tout cela nécessite effectivement de briser un voile conséquent, de sortir d’une torpeur sans cesse actualisée ou, plus délicat encore, d’oser s’interroger sur le sens exact de certains événements et situations extrêmes (que ces facteurs soient personnels ou mondiaux), sur la finalité de la Vie-Une tout en ne l’assimilant pas à ce friable et transitoire corps biologique…

S’extirper de cette matrice est toutefois loin d’être aisé ! Et encore moins en ces moments réellement historiques et en cette mortifère et triste période où le consumérisme effréné, l’idéologie capitaliste et, par extension, la loi mortifère du Marché ainsi que ses corollaires « scientifiques » enveniment les saines aspirations des peuples et des hommes…

Pour un fidéiste, tous ces antagonismes sociétaux qui se traduisent par de multiples inquiétudes et malaises, sont autant de signes de ce qu’il nomme « la fin des temps » et/ou d’une Parousie…

Pour les hermétistes, théosophes, disciples et autres Initiés, ces indications militent pour un réajustement de la Conscience humaine voire cosmique.[7] Au niveau terrestre, les raisons majeures sont à chercher du côté de la Justice et de la Miséricorde, mais également dans l’arrêt de l’involution générale de l’Humanité : cette dernière doit (re)prendre sa place dans le Mouvement évolutif universel, elle doit s’associer concrètement à la Finalité supérieure tout en La manifestant au possible !

Enfin, pour les athées et autres agnostiques, leurs convictions les portent à croire que la marche du monde est au mieux articulée à partir de multiples forces (liées évidemment à la seule densité) et, au pire, le fruit de circonstances absurdes, incohérentes, stupides, hasardeuses, visibilisées par le manque de raison de la majorité humaine…

Chacun se détermine (et se déterminera) selon ses opinions, ses expériences, son vécu, ses espérances mais, puisque nous cheminons tous dans la matière, il me semble primordial d’analyser les faits à partir de celle-ci : quitte à élargir la latitude du sujet ensuite… Nous saisirons, en outre, pourquoi les puissances de la matérialité, hormis le fait qu’elles doivent s’élever afin de mieux disparaître à terme, sont à ce point actives actuellement.

Je ne vais pas ici répéter ce que j’écrivais en certains livres, à savoir que diverses élites (oligarchiques, familiales, royales, financières, idéologiques) s’activent avec intensité afin de garder privilèges, pouvoirs, domination sur la masse humaine (considérée comme inférieure).

Ces influences hétérogènes, mais qui agissent souvent de concert (car les intérêts se croisent) briment, dénaturent ou, lorsqu’il le faut, brisent sans aucun état d’âme tous les principes élévateurs[8] qui sont autant d’oppositions manifestes à leurs prérogatives et objectifs.

Le projet ultime étant l’instauration d’un régime mondialisé à même d’offrir, avec des résistances réduites, de multiples bénéfices, à tous niveaux et de tous ordres, à ces diverses autorités oppressantes qui placent notre monde, et depuis des lustres, en coupe réglée…

Ce « Nouvel » Ordre Mondial n’a donc évidemment pas pour vocation de placer l’homme au centre, de le faire évoluer en tous domaines, ou d’aider chacun à cheminer vers une quelconque valorisation. Si cela était nul n’y trouverait rien à redire, mais les différentes emprises impliquées attestent depuis longtemps que le chaos est un synonyme d’imposition nettement plus prolifique et porteur ! Il me semble dès lors intéressant d’insister sur les diverses entités[9] qui composent l’Empire actuel : lequel est le piédestal du véritable pouvoir oppressant à venir…

En ce qui concerne le présent, nous voyons apparaître des désastres au niveau social : crises à répétitions, pandémie mondiale, chômage de masse en constante hausse, paupérisation, la faim, la privation, les manques essentiels, la nervosité existentielle, la colère redirigée par certains vers des boucs émissaires,[10] les faillites en cascades… Tout cela n’augure rien de positif et, hélas, se trouve être un terrain des plus fertiles pour la Négation qui, en se servant de pions totalement dociles possédant une structure bancale, voit progressivement ses souhaits tortueux prendre vie et forme dans le monde…

De tous temps, de multiples puissances impériales se succédèrent sur ce globe. Notre époque n’échappe pas à la règle, et l’empire actuel, aussi violent et sans compassion que ses prédécesseurs, cherche même à générer un Ordre, un Nouvel Ordre Mondial, afin d’acquérir encore davantage de pouvoir et de nuisance. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, mais la nécessité est également de s’attaquer aux multiples formes d’oppositions en les détruisant (ou en les manipulant) de l’intérieur… Ce détail est important, car cette entreprise, je vais y revenir, intéresse éminemment d’autres puissances, bien plus éthérées et sombres, et rejoint leurs propres intérêts nuisibles et inverseurs…

Quelles sont donc les contestations à annihiler ou, mieux encore, à orienter ?[11] Les adversaires de cet empire sont multiples et protéiformes : globalement et principalement la liberté de penser (justement), la famille, les hautes et saines valeurs, et plus spécifiquement ce qui entrave ou gêne sa marche en avant…[12] Tout ceci se doit donc d’être réorienté ou, si la chose est impossible, purement et totalement discrédité voire détruit !

L’important est de diviser un maximum de franges sociétales (ou de les opposer) afin que s’impose progressivement (voire intégralement, absolument, définitivement) la conception matérielle, terre à terre, mercantile propre à l’oligarchie ! De fait, l’homme étant un animal social, il est nettement plus commode de le manipuler en le poussant, grâce à différentes pressions, vers une solitude artificielle : en règle générale un cerveau unique est nettement moins efficace qu’un cerveau collectif… Le clivage de tout et de tous est donc la règle. On le perçoit d’autant plus de nos jours où d’aucuns s’échinent à pousser les vaccinés contre ceux qui refusent toujours d’être des cobayes…

C’est ainsi qu’on vit au fil du temps se déliter les notions sacrales, sociales, familiales, étatiques, voire même le sens naturel de la procréation, la négation de la nature ou des genres identitaires : bref, tout ce qui fait le fondement d’une société civilisée, saine et homogène. Sans oublier l’insistance sur le (fumeux) concept de plaisir rapide ou total, les transgressions de divers ordres amenant au libertaire le plus débridé, la primauté sur la bassesse (ou, mieux encore, faire de celle-ci une saine valeur), le culte de la violence, de l’ego et du sang. J’en passe et des meilleurs… Lorsqu’on contrôle la plupart des sources médiatiques, ces épisodes sont aisés, et le pouvoir ne se prive d’ailleurs pas de diriger l’information dans le sens qui l’intéresse…

L’objectif est en définitive d’orienter les consciences, généralement non averties, aveugles ou ignorantes, sous un joug qui ne sert principalement que certaines choses : le pouvoir, le contrôle, les profits, le plaisir sous toutes ses formes.

Ces hommes sont sans scrupules, et c’est à travers eux que les Forces du Mal travaillent, freinant le progrès, favorisant la pauvreté, suscitant la haine et les distinctions de classe, favorisant les différences raciales à leurs propres fins, et gardant la méconnaissance du grand nombre en vigueur.

Tels facteurs, à priori, n’ont que des liens très diffus avec les projets de la Négation, mais servent pourtant celle-ci en ce sens qu’une stagnation renforce certes la prédominance des élites humaines mais également, pour aller plus loin, celle de ceux qui font le maximum pour que la conscience humaine reste enfermée dans sa geôle mentale.

Car s’il est véridique que les projets ne sont pas identiques les effets, hélas, sont eux très similaires et conduisent à une décadence sociétale assez globale.

Bien qu’il n’y paraisse évident pas, les maîtres du monde au niveau matériel[13] s’enchaînent de manière très profonde aux vibrations qui les attirent et qu’ils manifestent :[14] et ceci par delà même leur incarnation actuelle…

Une connexion, une attache, un couplage se réalise toujours entre courants analogues :[15] dès lors, au plus ce « branchement » est intense, et plus il intensifiera ce type de relation… Ce qui est produit en chaque existence nous suit et nous relie aux énergies qui nous sensibilisent en profondeur ! En définitive, d’un point de vue indubitablement pessimiste mais toutefois dûment correct, c’est ainsi que se perd une âme…

Il va de soi que la quête du pouvoir, sa pression et son amplification, nécessite l’acquisition de ce qui, dans notre Monde, octroie puissance, influence, possibilités presque infinies : l’argent… Mammon mène donc la danse : et depuis fort longtemps.

Il n’est évidemment pas ici question de cette énergie qui, comme toutes, est fondamentalement neutre, mais de son utilisation débridée dans un cadre d’existence bien précis et subordonné à certains souhaits ![16] En outre, ceci concerne surtout ceux qui ont quelque impact conséquent au niveau mondial : autrement dit les fameux 1%. Le problème se situe dans un contexte où la rigueur, la discipline, la vertu sont rarement mis en avant, et d’autant moins à l’échelon particulièrement essentiel du travail intérieur… Pourquoi s’évertuer à circonscrire des pulsions spécifiques alors qu’on peut, au contraire, les exploiter à volonté grâce à la prérogative ou possibilité financière ?

De fait, comme il fut écrit ailleurs, de nos jours on peut pratiquement tout faire pour assouvir les désirs de la chair : on peut tout acheter.[17] Les conséquences sont donc doubles : annihilation ou déviation des saines valeurs traditionnelles, et abaissement de la sensibilité morale. Le culte primordial est désormais celui de la liberté sans réserve, globale, absolue ! Les questions sont cependant celles-ci : liberté par rapport à quoi, et où mène cette situation ?

La capacité d’influer sur le destin d’autrui, surtout si cet événement est à grande échelle, impose pourtant une éthique humaniste et une psyché spécifique orienté vers le bien général… Bref, il convient qu’en toutes choses l’homme soit au centre. Mais est-ce bien le cas pour les décideurs oeuvrant à l’avant ou l’arrière-plan ?

De facto, le monopole des uns exige l’esclavage des autres ! Par conséquent, l’être humain est principalement considéré comme une marchandise, un esclave, sa liberté est un leurre et d’homme il n’a plus que le nom !

La décadence et la déshumanisation, on peut tous le voir, sont désormais des faits avérés. Les liaisons avec les aspects naturels de la création, en tous domaines, sont soit dénaturés ou détournés, soit purement et simplement dépassés… Les limites ne sont désormais plus celles que la Tradition édicta avec sagesse.

En brisant les codes et les règles, toujours sous le fallacieux prétexte d’acquérir plus de liberté ou d’égalité supposée, on enlève également à l’individu la faculté, le sage besoin de jauger, de juger, on canalise pernicieusement sa raison…

Même si pour certains, à la base, ce travail est simplement rationnel, matérialiste, lucratif, et se « comprend » comme le souhait d’un plus grand pouvoir sur les semblables, dans les faits cette réalité mène également, sachons-le, vers un véritable méphitisme…[18] 

 La pseudo liberté de tous est en réalité l’esclavage de chacun !  On comprend mieux dès lors pourquoi d’autres forces, non humaines, se serviront « bientôt » de la hiérarchisation intrinsèque au pouvoir mondialiste, et ce pour leurs propres intérêts…

La conjoncture sociétale actuelle, ainsi qu’il fut spécifié, sert aussi les intérêts d’autres personnes bien plus au faîte de la véritable bataille qui se déroule :[19] personnes qui se retrouvent au sein de quelques puissantes et très influentes familles, dans lesquelles le méphitisme le plus sombre occupe une place de choix… Pour ces individus, bien conscients, eux, du style de jeu qui se déroule dans le monde, l’Ordre nouveau a certes des particularités qui s’inscrivent dans leurs propres Objectifs, mais ils savent aussi qu’il débouchera, à terme et pour un temps, sur des rives bien différentes…

Au moment où la rareté des choses se fera sentir de manière croissante, à cause des crises à répétition, il n’en sera que plus facile d’accentuer le pouvoir idéologique autoritaire et la soumission des peuples.

La stratégie se joue sur le long terme et débouchera finalement, c’est inéluctable et désiré, sur l’établissement ferme et concret d’un pouvoir hégémonique : certes tout d’abord essentiellement matérialiste mais qui basculera ensuite, sans que la puissance impériale ne puisse l’endiguer, vers une fausse spiritualisation de la matière[20] qui dotera la densité et les consciences de pseudos supports spirituels, ceux-ci n’étant toutefois que singeries…

La tromperie mondiale qui s’en vient (celle des véritables déchus), dont les signes précurseurs s’affirment partout et qui s’activera sur le projet du Nouvel Ordre Mondial, cette tromperie donc sera particulièrement aisée !

En parallèle de ce funeste mouvement, s’adossent les Loges Noires dont les membres[21] sont, pour certains, au courant de la guerre véritable qui se déroule, et utilisent leur fonction émérite[22] afin que s’établisse, progressivement, le sinistre dessein à l’échelon planétaire !

Ceci est hautement logique, car si l’objectif est bien de freiner, perturber, dévier ou réduire à néant les hautes Valeurs prépondérantes et nécessaires pour que l’Humanité soit en mesure de progresser sainement, il est fondamental qu’un maximum de leviers de pouvoirs soient encadrés ! [23]

Maintenir la plèbe sous le joug revient par conséquent à contrôler l’argent, les institutions politiques et judiciaires, les médias, les ressources énergétiques, la croyance (religieuse ou initiatique)…

Ajoutons à cela, comme déclaré plus haut, la mise en accusation d’ennemis qui sont autant de leurres,[24] et on saisira avec acuité comment 1% d’individus peut en contenir 99 autres.

Je ne m’étendrai plus ici sur la remise en cause exprimée par quelques Mouvements, Ordres ou Cénacles quant à l’existence des Loges Noires… Si ce n’est peut-être pour souligner qu’il serait très étrange, eu égard à l’histoire humaine nous apprenant qu’en tous temps et tous espaces existèrent des séditieux, que les groupes initiatiques échappent à cette réalité ! [25]

On n’en sera en outre que plus surpris en sachant qu’au sein de quelques Fraternités[26] l’expression opérative est la Magie et qu’à ce titre, à moins de parcourir en conscience le Sentier du milieu,[27] la structure de l’opérant, si elle s’avère discordante, peut facilement être  manipulée : et donc utilisée…

Enfin, il faudra m’expliquer pourquoi d’aucuns (les Princes de ce Monde), si prompts à s’ingérer depuis de nombreux millénaires sur tous les plans sociétaux afin d’intensifier leur stratégie, se priveraient d’intervenir à ce niveau !

Faut-il par ailleurs rajouter que nier cet aspect des choses revient à rejeter, formellement, l’enseignement de multiples Maîtres ou autres Adeptes qui nous donnèrent certaines informations ? Certes, la liberté l’autorise, mais il s’en faudrait cependant de beaucoup pour balayer d’un revers de main ce sujet ! En outre lorsqu’on prétend, comme c’est le cas en certains Cercles Ésotériques, que « le seul péché est la restriction », tout homme intelligent saura immédiatement discerner où cela nous mène…

Bref, l’ensemble des puissances, matérielles ou subtiles, qui oeuvrent pour la densification sont donc très objectivement rattachées[29] aux Négateurs métaphysiques dont l’involution humaine est le projet majeur ! De multiples foyers d’influence et de pouvoirs sont reliés à ces derniers : parmi ceux-ci l’influence des Frères de l’Ombre[30] est manifeste et touche absolument tous les segments de la société  humaine. Au pic de notre cycle, j’écrivais sur la chose ailleurs, toutes ces forces se rejoindront d’ailleurs dans un front commun : certaines par pure obligation de survie,[31] d’autres sur ordre ferme des Régents karmiques et en vertu de l’Horloge cosmique…

Nous sommes bel et bien au temps du Choix ! Mais celui-ci, il importe de le comprendre, ne correspond néanmoins qu’à une autre étape majeure de notre aventure…

Nous approchons « simplement » d’un portail existentiel ! Et il nous faudra tous l’emprunter : malgré de multiples, innombrables et inévitables turbulences…

Si certains veulent en savoir davantage, qu’ils n’hésitent pas à parcourir mes livres : de multiples informations s’y décèlent.

Thot Théurge
http://www.theurgie.com

 

[1] Que l’on peut également étiqueter comme un Réalisme empirique.

[2] C’est-à-dire comment un tremplin pour d’autres étapes.

[3] Notre for intérieur : lequel est subordonné à notre maturité spirituelle.

[4] Si ce n’étaient les consciences qui y résident,  ne l’est-elle pas d’ailleurs ?

[5] La multitude des hommes ignorants, dociles et hautement manipulables.

[6] Avec les efforts, les doutes, les douleurs de plus en plus prégnantes qu’elle engendre.

[7] Car s’y associent, comme nous le vîmes amplement, des êtres éminemment supérieurs à l’homme et qui agissent tout en poursuivant leur Évolution sur d’autres Plans.

[8] Humanistes, familiaux, sociaux, politiques, religieux, initiatiques, sociétaux, patriotiques.

[9] Visiblement actives.

[10] Mais jamais les bons…

[11] De manière à disposer « d’outils » obéissants.

[12] Les diverses forces réellement humanistes ou sociales, ainsi que les consciences humaines pour qui l’altruisme est capital…

[13] Lesquels furent discernés dans mes ouvrages.

[14] Loi d’Attraction universelle.

[15]  Que ce soit pour le Bien ou le mal !

[16] Énergie devenant de ce fait une idole.

[17] Même des êtres humains…

[18] Celui-ci se caractérisant par la haine de l’homme et la volonté de lui nuire à tous prix.

[19] Celle des âmes et de l’Évolution.

[20] Le vieux rêve des Rebelles…

[21] En très petit nombre.

[22] Chacun d’eux, dans notre société, se trouve à des niveaux de pouvoirs différenciés mais éminents.

[23] Lesquels sont autant de circuits où peuvent sournoisement se dissimuler de funestes orientations.

[24] Histoire de diviser pour régner.

[25] On ne sait d’ailleurs comment ce serait possible…

[26] Il n’est pas ici question de la fumeuse franc-Maçonnerie « matérialiste », de réseau.

[27] C’est-à-dire celui qui empêche au possible les excès et les extrémismes.

[28] Que ceux-ci arpentent un système religieux ou initiatiques… Délégitimer autrui revient à faire valoir un caractère d’authenticité (réel ou illusoire).

[29] Directement parfois, indirectement surtout.

[30] Au sein des Loges Noires.

[31] Avec l’espoir d’un basculement global de l’Humanité dans leur giron.

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Politique, social, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.