L’Amour est la Religion véritable

Pour celui qui croit, il est évident que les autres croyances (ou l’athéisme) sont un affront à ses convictions : l’opinion personnelle, très objective, se heurte de front à celle d’autrui ! A partir de là deux voies principales s’offrent : on peut soit repousser totalement ou en partie ceux qu’on considère comme des hérétiques, des mécréants ou des chiens (de là les effroyables guerres de religions au long des âges – même si elles se teintaient de politique), ou on peut accepter de voir qu’il n’est que normal (culturellement, historiquement voire socialement) que d’autres hommes pensent et analysent les Concepts sous une forme différente, et que le Dieu auquel on dit croire souhaite certes une seule table de banquet mais que pour y avoir accès il n’y a qu’une seule Voie : et celle-ci surplombe (ou transcende plus exactement) n’importe quelle Foi !

Aurait-on en effet la prétention de penser que les croyances des hommes antiques étaient inférieures à celles d’aujourd’hui ? En réalité, leur Foi était aussi ferme que la nôtre ! Même si, avec le recul, elle nous apparaît forcément ridicule, ignorante voire, dans le cas de sacrifices humains, immonde ! Mais cela ne veut pas dire qu’ils ne croyaient pas aussi fermement que les hommes actuels : cela s’inscrivait simplement dans une époque et des mœurs dissemblables par rapport aux nôtres. Ce qui atteste, une fois encore, que le Chemin ne saurait se limiter à une conviction intime (aussi belle soit-elle). La véritable Cohésion DURABLE (religieuse, mais aussi sociale et sociétale) doit donc se trouver ailleurs…

Il me semble donc important de bien saisir qu’à moins de vivre vraiment et intimement du Principe (donc être un réel mystique qui reçoit et analyse les choses à partir du Centre, de l’Esprit divin) toute autre compréhension est par nature imparfaite et incomplète. Il convient donc de comprendre qu’en vertu de ceci toute vérité, aussi sublime et objective puisse-t-elle être pour celui qui y adhère, reste néanmoins relative et dépendante de plusieurs facteurs : évolution et expérience personnelle, éducation, culture familiale et sociale, maturité intellectuelle, etc… Chacun a donc une interprétation propre de ce qu’est pour lui la Foi, la Divinité ou le rapport à autrui.

Aucune croyance ne peut donc s’estimer et se dire supérieure aux autres : cela n’a pas de sens car elles ne peuvent se comparer ! Le seul élément comparatif qu’on puisse trouver doit donc d’abord partir de la Source et, ensuite, dépeindre la faculté qu’à tout un chacun de témoigner et de montrer l’Objectif de cette Source. Et quel est-il ? S’agit-il simplement de montrer qu’on a la Foi ? Le Christianisme déclare (et à juste titre) que ceci est une Grâce : aucune raison donc de s’enorgueillir de ce qu’on reçoit gratuitement. En réalité, le But (sincère et véritable) de la Création et de TOUTE croyance en Dieu est de nous transformer en véritable humain : l’Image est certes là (la forme) mais encore faut-il la Ressemblance (le fond) ! Et cette dernière ne s’acquiert qu’à mesure que s’établisse entre les hommes (quels qu’ils soient!) l’Harmonie. Nul croyant n’oserait prétendre que cette harmonie n’est pas Dieu Lui-même : donc la trouver, en attester et la partager c’est déceler, vivre et dispenser la Divinité en personne !

Quant l’homme aura compris cela, il saisira alors aussi que les diverses religions ne sont que chemins différents atteignant le même itinéraire, et que les disparités de formes s’estompent face à L’ATTEINTE du fond… Appréhender la Vérité dans son ensemble, qui est la Cohésion entre TOUS, permettrait donc de contrer réellement la haine, les incompréhensions de tous ordres et les querelles religieuses. Il n’y aurait plus de motifs de discorde et toutes les orientations que l’esprit se donne pourraient coexister… Sans syncrétisme (qui est dilution).

Chacun décidera selon sa conscience, mais si nous voulons être humain (par Foi, Connaissance théorique et opérative, ou REEL humanisme) tel est la Voie qui relie tous et toutes. Le Précepte du Christ est là qui en atteste éminemment. Et il résonne encore et toujours, surtout en cette fin d’Age de Fer, avec constance…
Thot
Ce contenu a été publié dans Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *