Labyrinthes

Pour l’homme, spécialement celui de notre temps trouble, il est excessivement délicat de s’extirper de la nasse qui le maintient enfermé ou l’exile à la périphérie ! L’Humanité est refoulée, sans qu’elle le réalise, vers de multiples déceptions : ce qui augmente incessamment le niveau de souffrance et oblige à un combat constant afin de collecter, si possible, de petits moments de « bonheur »… Hélas, ces derniers ne sont eux-mêmes que des succédanés de la possession frénétique dont la société nous dit qu’en elle se trouve toute joie, suavité et contentement ! Le serpent se mord la queue…

Quand bien même un élan positif voit le jour en certaines consciences, que celles-ci se dirigent quelquefois, voire souvent, vers les multiples leurres disséminés çà et là avec l’objectif de les récupérer… C’est la raison du succès actuel de pseudo-Traditions : l’exemple du New Age est à ce titre très explicite ! On peut également faire mention du spiritisme et des corollaires adjacents (médiumnité incontrôlée, etc) : l’ensemble de ces filières n’a d’autre objectif que de substituer à une impulsion positive le dérèglement de conceptions inversées qui, toutes, sont incapables de sublimer la nature et, pire encore, asservissent à plus forte raison cette dite nature grâce à une domination nettement plus invisible : laquelle risque en outre de s’attaquer à la structure subtile de l’être humain… J’en fis mention ailleurs.

Pour rester quelque peu au sujet, il y a une flagrante et concrète différence entre les techniques spirites et l’Évocation telle qu’effectuée par tout Initié digne de ce nom ! De là découle un réel écart entre ce qui est prodigué, selon que l’on utilise un procédé « non actif » (passif) et une communication qui mène, inexorablement, vers un embellissement (possible et progressif) de l’être : embellissement non uniquement intellectuel mais réellement structurel ! Détail qui n’est absolument pas possible par le biais du spiritisme : et la chose est logique car seule une préparation spécifique[1] est à même d’autoriser la réussite de l’opération…

Un mage ne laisse rien au hasard et sait exactement à qui il s’adresse. Il n’ignore pas davantage comment l’être qui se présente réagira à l’annonce de son nom… Bref, celui qui connaît un tant soit peu les Lois universelles liées au contact entre engeances et Plans différents[2] crée non seulement une atmosphère propice pour l’entité dont il COMMANDE ET CONTRÔLE l’apparition mais, en outre, est aussi au courant des attitudes et projets que d’autres consciences, profondément divergentes, pourraient chercher à imposer !

Toute lueur n’est pas automatiquement LA Lumière !

On comprend sans aucun doute que d’aucuns s’obstinent à trouver des réponses à certaines questions mais, soyons très clairs, à moins d’une conséquente Maturité spirituelle PERSONNE n’est en mesure d’approcher à volonté un esprit dit « supérieur »… D’autant moins si ce dernier se présente comme étant hors de notre Système solaire ![3] Certains peuvent se leurrer et le penser, mais le fait même d’une recherche qui s’effectue « au petit bonheur la chance » ne devrait pourtant laisser planer aucune équivoque !

Est-il nécessaire d’évoquer les différents groupes ou associations qui, depuis de nombreuses années, placent ce type de liaison à l’avant plan, et relayent des messages des Pléadiens, des Vénusiens, des êtres de Sirius, d’Orion ou autres Ummites ? Je pense avoir déjà suffisamment mis en garde contre ces liaisons passives qui, en réalité, ne peuvent s’extirper du niveau de la sphère astral planétaire… Sphère qui, il faut le savoir et le comprendre, est grandement parasitée par de multiples intelligences[4] qui n’attendent qu’un signe pour se manifester et prodiguer leur doctrine « cosmique »… [5]

Il importe aussi de s’intéresser à l’arrière-plan de l’enseignement dispensé : celui-ci étant très métaphysique et, comme je l’ai écrit dans mon premier ouvrage, foncièrement inverseur par rapport aux Traditions (qu’elles fussent fidéistes ou hermétistes)…

Tout le monde (jusqu’aux enfants), peut utiliser un Ouija : par contre, afin qu’une Évocation soit réussie (sans troubles, interférences ou dégâts quelconques) il faut, pour le moins, avoir suivi un entraînement spécifique de très haut niveau et avoir acquis un Savoir que l’on maîtrise…

Nous sommes dès lors, nul n’en disconviendra, dans deux domaines absolument différents et même diamétralement opposés : l’un excessivement mineur, l’autre nettement plus éminent ! A tous niveaux… Il faut grandement se méfier de ce qui est appréhendé facilement et sans efforts conséquents : ces derniers se situant au niveau de la discipline, de la volonté, ou de l’ascèse.

Bref, pour l’expliquer plus radicalement, le spiritisme peut-être comparé à ce que font certains investigateurs scientifiques au niveau de l’espace : c’est-à-dire balayer un spectre ou un cadran spécifique à l’aide d’ondes électromagnétiques. Ceci en espérant une potentielle réponse : d’où qu’elle vienne. Branchement hautement passif…

Pour l’Initié les choses sont très différentes. Tout d’abord il sait (par un Savoir se fondant sur une concrète expérience) qu’il est en réalité une réplique (à son niveau) de la Divinité Elle-même et qu’à ce titre, en fonction également de son intention intérieure, de sa structure personnelle et du dispositif élaboré pour établir le contact,[6] il impose sa volonté et ses souhaits à la conscience qui se présente devant lui : conscience qu’il a spécifiquement appelée, dont il connaît le Nom, la nature fondamentale (électrique ou magnétique), le lieu de résidence, etc… Liaison totalement active et impérative, donc !

Notons, enfin, que si l’Initié décide d’entreprendre tout ceci c’est simplement pour des demandes très spécifiques voire urgentes : il n’a absolument aucun problème pour créer la cause qu’il souhaite pour lui-même ou pour d’autres.[7] Nous sommes donc très loin de l’espérance des spirites qui, pour autant qu’une quelconque liaison se réalise, sont amplement contents et satisfaits de n’importe quel contact. Même s’ils n’ont aucun moyen de savoir qui leur parle ni, surtout, dans quel but réel…

Si les Initiés peuvent accomplir tout ceci, c’est parce qu’ils savent s’appuyer sur la Tradition Ésotérique : laquelle, par de multiples membres, à travers temps et espace, a profondément balisé le chemin de l’Évocation qui, il faut insister sur ce point, n’est toutefois pas essentielle pour l’Évolution et la Réalisation !

Rien ici n’est de l’ordre du jugement : avec bien d’autres je fais mienne cette réalité qui veut que, parfois, même les erreurs ou l’involution proprement dite peuvent amener à un sursaut, une prise de conscience, une introspection positive ! C’est pourquoi il n’est aucunement question de dénigrer quiconque suit un certain chemin (même s’il peut conduire à la fourberie ou la sédition) : chacun décide pour lui-même et, fait primordial, la Providence ne lâche jamais personne (à moins de lui dire « non » en toute conscience). Le temps est un allié.

Ce sentier de la Négation et de la Déception n’est inconnu à aucun Disciple : il peut même quelquefois être résolument arpenté afin d’y maîtriser les forces y résidant ! Mais la chose se réalise avec des armes que bien peu connaissent, et les victoires obtenues sont ensuite converties en accroissement ![8] Encore faut-il connaître les Clés ouvrant certaines Portes spécifiques : et cela seule une active et consciente expérience sous contrôle personnel peut le réaliser !

Nous sommes donc loin de quelque apathie ou de la simple intellectualité telles que discernables dans les contacts spirites. Il ne s’agit pas simplement de savoir que d’autres formes pensantes existent, que l’énergie consciente subsiste sur d’autres Plans, ou qu’une incommensurable Force existe dans l’âme humaine (ceci est à la portée de tout homme intelligent), encore faut-il, surtout, être capable d’expliquer de quelle manière on s’unit à la Flamme Divine en nous, pourquoi, et comment on La devient progressivement : cela n’est foncièrement discernable et APPLICABLE qu’à partir d’une Tradition opérative permettant une maîtrise individuelle et une Union de plus en plus patente. A moins de choisir le Chemin Mystique religieux : mais dans ce cas nul besoin d’intermédiaires supranaturels…

Ce n’est pas en conséquence parce que d’aucuns mêlent le vrai et le faux, tout en faisant état d’une intelligence élevée, qu’il faille absolument considérer les auteurs comme dignes de confiance ! C’est loin d’être le cas… Néanmoins, le saisir n’est pas superflu, c’est là une partie du grand Plan auquel est confronté l’Humanité actuellement : et qui débouchera sur le temps du Choix ! Individuel et global.

Dans l’optique de ce dessein absolument planétaire, chacun de nous à un rôle à jouer ou à tenir (selon son caractère prépondérant) : et les Noirs comme les Blancs avancent leurs pions à cet effet. Mais si une Règle doit émerger dans la conscience humaine, c’est celle-ci : peu importe les données intellectuelles voire scientifiques dont on peut prendre conscience, ce qui importe c’est essentiellement le travail que tout un chacun peut effectuer sur sa structure fin qu’elle puisse se transfigurer, se centrer et s’unir au Feu Divin en nous ! Je n’ai cependant jamais vu, lu ou entendu qu’un tel Sentier de Vie fut dispensé par spiritisme ! C’est du reste peut-être la preuve la plus explicite démontrant que quelle que soit leur intelligence, les entités touchées par ce biais sont bridées et aux ordres de ceux qui, dans notre Système, ont réel pouvoir de décision : les Juges saturniens du karma… De fait, et il suffit que chacun se renseigne, tous les grands Archanges dont la masse connaît les Noms sont quelquefois singés par les êtres qui se présentent grâce au spiritisme, mais jamais pourtant aucun d’entre eux n’ose prendre (sinon très temporairement) le Nom d’un Régent saturnien : cela explique bien des choses…

Cette réalité peut même aider à comprendre pourquoi ce sont souvent, de nos jours, de supposés « extraterrestres » qui se manifestent : aucun moyen de contrôle n’est possible, et il est nettement plus facile de délivrer tel ou tel enseignement à ceux qui méconnaissent ou ne savent voir au-delà des sens premiers ! Cet enseignement étant, par ailleurs, investis par des méthodes destinées à faire perdurer le contact…[9] Bref, et j’en resterai là, pour les spirites le « comment » technique surplombe toujours le « pourquoi » métaphysique ! C’est peut-être, en définitive (et au-delà de l’ignorance), la raison première pour laquelle tant d’hommes sont bluffés. Hélas…

On le voit donc, la difficulté se situe à un échelon vertigineux : la majorité est manipulée par l’extérieur mais, pour peu que d’aucuns souhaitent s’extraire de ce premier cercle néfaste, ils risquent également ensuite d’être redirigés vers d’autres structures, non moins fâcheuses… Nul ne sera dès lors surpris qu’il faille générer un effort très conséquent pour espérer cheminer sur des routes davantage salutaires ! D’autant plus que même l’utilisation de la magie requiert, elle aussi, la nécessité d’une perception accrue : autrement dit un discernement. Pour le déchiffrer, il faut en revenir aux deux Voies…

Celle de la Main Gauche, qui s’assimile sous divers aspects à l’actuel Age du Fer (et ainsi qu’il fut hélas concrétisé lors de la catastrophe atlante)[10] a deux sentiers : la séparativité ou l’individualisme absolu sous couvert de « liberté » (“éthique” luciférienne), et l’inversion totale (satanisme)! Au demeurant, il est à noter que le premier chemin, à mesure que l’on s’enferme dans la rébellion, mène bien souvent au second…

A l’inverse la Voie de la Main Droite,[11] soucieuse de l’Évolution personnelle mais sachant que celle-ci est fortement dépendante du Service accordé au prochain (quelles que fussent les opinions que l’on manifeste), s’évertue à propager l’Idée d’une communion spirituelle possible sans laquelle, en sus, la Vie perd son sens véritable… Il est donc question ici de perception, d’activité, de Cohésion, de Centralité. Le Savoir intégral et authentique étant de devenir Dieu et, par extension, d’utiliser cet État Divin pour transfigurer le Monde…

Hélas, ils s’en trouvent même au sein de la sphère hermétiste qui, sans s’en apercevoir, se méprennent et, à l’instar de certains matérialistes athées, se trompent autant sur leur prétendu élitisme que sur leur liberté supposée… A nouveau, il ne s’agit pas de juger mais de constater en attirant à nouveau l’attention sur la réalité d’une pression qui s’exerce PARTOUT où s’échine l’homme souhaitant grandir ! Quel que soit son angle d’attention et de vécu, il lui faut faire des choix. Inutile de préciser que cette situation, si l’on ne bénéficie pas de suffisamment d’assises, et bien que l’on soit peut-être membre d’un Cénacle ésotérique, génère bien souvent des erreurs de trajectoires…

Le culte de la liberté totale, pour positif qu’il semble d’abord paraître, et surtout pour des consciences qui réfutent, refusent ou méconnaissent une constante Harmonie,[12] est un piège pour le grand nombre : fut-on initié dans un Ordre ! D’ailleurs, à un tout autre niveau (bien plus matériel) on s’aperçoit sans peine (nous le vîmes) où mène le culte de la supposée liberté absolue au sein de nos sociétés : à la décadence. Et ce n’est que logique si cette conception des choses (et de l’existence) n’est pas sublimée par de hautes Valeurs, Vertus et Qualités…

Dès lors, il ne s’agit pas seulement de s’exonérer de telle ou telle chose que l’on estime aliénante : la question qui se pose est de savoir quel est l’objectif espéré en agissant ainsi, et par quoi les remplacer…

Pour ne prendre qu’un exemple lié au fidéisme,[13] tout est dit dans la parabole du fils prodigue : après avoir gaspillé l’ensemble de son patrimoine, le jeune homme tomba sous la coupe d’un maître méchant (les forces nocives symbolisées par Satan) et en vint même à manger jusqu’à la nourriture des cochons : une façon très explicite de dire que la prime dignité d’héritier est totalement dégradée…

Certes, il faut ici établir une différence entre les forces « brutes » (ou brutales), sataniques, et des forces plus séditieuses (lucifériennes), mais lorsqu’on insiste sur l’émancipation des esprits il importe aussi, cela me semble essentiel, de chercher à comprendre la raison de celle-ci et, surtout, par rapport à quoi ou à Qui ?

En sortirait-t-il un plus grand bien ? Oui, si on sait ce que signifie le Bien-Négatif produit par les sus-dites puissances lucifériennes : Bien-Négatif autorisant, MAIS TOUJOURS SUR UN CHEMIN LIÉ A LA SAGESSE, le dépassement de la condition humaine ! Non, si on s’en contente passivement (sans comprendre, sans vouloir, sans oser) et si on s’exile jusqu’à la périphérie : en niant ou méconnaissant le Substrat élévateur gisant en nous…

La liberté pour la liberté ne sert à rien hors d’un contexte qui permet l’Évolution consciente ! Pour l’exprimer autrement : la Connaissance (le Feu du Ciel) n’est d’aucune utilité sans changement structurel : et ce dernier ne saurait exister sans Sagesse. Laquelle, pour terminer, se trouve dans la Tradition Primordiale et, pour autant qu’elles soient positives, les multiples fourches[14] que la Providence, à travers Temps et espace, nous dispensa (par l’intermédiaire d’Éclairés).

Bref, il n’est pas difficile de remarquer que nombre d’obstacles jalonnent la route de qui veut s’élever ! Et même le domaine occulte est quelquefois rongé par l’Inversion. La question qu’il faut se poser est donc simple : que faire ? Comment sortir des différents champs inverseurs alors qu’ils recouvrent l’ensemble des préoccupations existentielles de l’homme ? Où se tourner ? Comment savoir ce qui est positif (jusqu’au bout) et ce qui ne l’est pas ? A qui se fier ? Qui croire ?

En vérité, cela demanderait trop de temps de répondre à l’ensemble de ces questions ! Cela dit, on peut partir d’un postulat de base : tout ce qui mène à l’humanisme, à l’entraide, à l’amour véritable d’autrui, sans exclusive ni élitisme personnel, est sain. Si, en outre, la trajectoire autorise une réelle approche constructive menant à l’Union, ce qui se vérifiera à l’usage et selon l’expérimentation, on peut alors se dire qu’il y a de grandes chances pour que ce parcours soit positif…

Nul ne sera jamais certain avant de vérifier par lui-même, mais il convient tout de même de CROIRE que si l’Idéal spécifié ci-dessus est réellement nôtre, la Providence nous guidera vers un Enseignement (fut-ce au travers d’une croyance religieuse ou d’une philosophie) digne d’intérêt… L’essentiel, à nouveau, est de le VOULOIR et d’attester avec force ce désir…[15]

Quant au Sentier magique proprement dit, implique-t-il réellement d’avoir une conviction quelconque ? Oui et non ! Chacun peut se contenter de noter par l’expérience la présence, la pertinence et l’application active de certaines Forces, il serait toutefois étrange de ne pas se donner la peine de comprendre ce que sont exactement ces puissances…

En conséquence, s’il est exact que chacun peut aisément débuter en arpentant la Voie de la réalisation « rapide » sans bagage religieux, il serait très délicat ensuite, étant donné le caractère absolument mystique du Chemin, d’ignorer purement et simplement ce que le Savoir recèle intrinsèquement : et qui n’est autre que la participation volontariste à une Nature Divine qu’il nous faut devenir…

Cette réalité est déjà plus facile à concevoir par un homme possédant une confession religieuse, reste que dans un cas comme dans l’autre, ce n’est là qu’un préalable, un premier pas qui en appelle d’autres… Croire n’est pas simplement dresser le constat logique qu’une Autorité transcendante est la source de toutes choses : cela va bien au-delà!

Prendre conscience d’une vérité par l’extérieur n’est en aucune manière suffisant pour exprimer celle-ci. Le sens de la Foi doit se déchiffrer autrement : c’est-à-dire comme un mécanisme reliant à l’Etre Premier dont nous SAVONS qu’il modifiera avec justesse toutes nos propensions négatives…

Contrairement à ce que l’on imagine, la Foi n’est pas fille de quelque religion que ce soit ! La Foi est progéniture de la Connaissance et de l’Amour ! La Foi c’est savoir, assimiler, accepter et vérifier que la Loi est l’Harmonie…

La croyance ne saurait donc se résumer à détruire des vies pour espérer un paradis supposé (furieuse hérésie) [16] mais, au contraire, autorise le don de sa vie (pas nécessairement d’un point de vue mortel) pour ses frères… Mais cela ne se peut, et nul ne pourrait saisir POURQUOI, sans la Foi…

Bien trop souvent la voie fidéiste et hermétiste se contemplèrent en adversaires… Est-ce à raison ? A y voir en profondeur, cependant, il n’y a fondamentalement pas d’autre différence que celle des formes. Car le but, pour l’une et l’autre, qu’est-il sinon rien de moins que la Transfiguration de l’être et l’Union de deux natures ? On peut certes jouer sur les termes et parler dans un cas (Hermétisme) d’Éveil de la Conscience, et dans l’autre (Religions révélées) de Sentier de l’Illumination, il n’en reste pas moins que chaque forme de pensée cherche cette Unité décrite par les mystiques de toutes cultures et qui ne porte qu’un seul nom : Théosis[17]

Il y a ici un terrain d’entente que beaucoup occultent (pour diverses raisons) et sur lequel il convient d’insister : sans s’attarder sur un quelconque syncrétisme, mais en soulignant néanmoins que la Question Divine appelle une réponse (quelles que soient nos opinions intimes) qui n’est rien moins que d’accepter le pourquoi de nos existences, celui-ci étant de nous amener à un résultat qui dépasse notre nature humaine et fait de nous des Dieux (car véritablement Humains…)…

Même en sachant que de multiples sphères d’influences, aux objectifs divers voire différents, s’imbriquent et s’unissent entre elles selon les circonstances, il est évident (pour qui sait le discerner) que la Finalité réelle est d’ordre métaphysique ! L’homothéisme ou l’Apothéose spirituelle : tel est[18] le choix extrême et absolu proposé à l’individualité comme à la généralité.

Le Chaos lui-même, fut-il simplement lié à  la matérialité, porte en germe cette notion de lutte au-delà du biologique, car que représente-t-il sinon le souhait de fractures au sein de toutes les composantes de la société humaine ? Fractures qui sont aux antipodes de l’Amour-Harmonie : ce qui représente, pour l’exprimer autrement, la perversion voire l’inversion du Précepte christique !

De fait, dès le départ la volonté méphitique (que la chose soit analysée à l’aune de la Tradition ou autrement) est d’élever supposément l’homme en le dissociant de la Grâce ! Le couper de toute influence positive et élévatrice. Alors que toute réelle Évolution et véritable Salut préconisent, au contraire, la transfiguration de l’entité humaine avec l’appui de l’Esprit Divin… Impossible cependant si l’homme estime être sa propre finitude et n’oeuvre donc pas dans une direction adéquate !

Ne pas le saisir c’est donner l’autorisation aux sombres ennemis du genre humain de poursuivre leurs exactions contre notre nature… En effet, les notions sociétales actuelles, axées sur l’individualisme, l’égoïsme, l’avidité, le consumérisme, le souci d’une liberté totalement débridée, tout cela génère une base des plus solides pour un antique mais toujours très authentique pouvoir séducteur et inverseur. L’ignorance comme la décadence (civilisationnelle, intellectuelle, structurelle) font, hélas, leur preuve depuis des lustres…

Méconnaissance, paresse et impatience mènent le grand nombre vers des erreurs de parcours ! Il faut dès lors ici le répéter : l’Évolution de la Conscience requiert de la discipline, de la constance et une compréhension exacte de ce qu’est réellement le Sentier. Saisir par exemple que la vitesse est un facteur hautement négatif, sans parler des moyens utilisables…

Nous sommes en effet arrivés à un tel point d’incompréhension que d’aucuns, avides et empressés, ne se donnent même plus la peine d’une introspection constante et régulière et veulent obtenir beaucoup en évitant les nécessaires étapes de l’âpre cheminement… Quitte à sortir des sentiers battus.[19]

S’il est exact que nous sommes entrés dans une ère où l’information circule avec vélocité, ce dont on peut se réjouir à propos de l’apport d’Enseignements positifs, elle occasionne également un afflux de données dont il faudrait, pour le moins, comprendre la dangerosité… Fleurissent en effet de nombreux ouvrages liés au contact avec des forces et êtres, lesquels ne sauraient pourtant être maîtrisés sans un long et pénible apprentissage: sans parler d’une harmonisation élémentale conséquente !

Reste que d’aucuns osent se risquer à la relation sans la plus élémentaire sagacité ! Cet aspect des choses, cet autre piège,[20] fait pareillement appel aux élans de l’ego et stimule des caractéristiques peu élevées chez l’individu qui, toutes, court-circuitent la raison et l’intelligence en orientant (au mieux…) vers une déviation progressive des Principes progressistes.

De ce fait, il est très étrange que certains estiment devoir passer par la Goétie pour obtenir une épuration de quoi que ce soit… Il n’est toutefois ni sage ni sain de travailler avec des forces ou des êtres qui, s’il est vrai qu’il faille les soumettre,[21] ne sauraient en revanche amener quiconque à la cohésion, à la paix, à l’amélioration. Bien au contraire…

Il FAUT faire preuve de patience et de Foi !! Ce n’est pas une course : il faut du temps (et généralement plusieurs vies) pour changer ![22]  Et il n’est fondamentalement qu’une manière pour cela : comprendre ce que sont les Lois universelles,[23] s’immerger (par la compassion et certaines techniques) dans ce Flux Divin afin, ALORS SEULEMENT, de pouvoir espérer modifier ce qui, A PARTIR DE NOTRE SEIN surtout, nous bloque et nous brime…

« Cherchez D’ABORD le Royaume, le reste suivra« , disait le Christ…

A ce jour, en vertu de la difficulté que requiert le travail occulte, il va de soi que l’ésotérisme très mal compris occupe une place prépondérante dans nos sociétés : aidé en cela par la force de ce véritable Mouvement anti-Tradition qu’est le New Age. De multiples et tristes (voire néfastes) contradictions en résultent quelquefois dans l’esprit du grand nombre. Mais cela tient en grande partie à la méconnaissance générale concernant ces sujets très exclusifs : ceux-ci étant, pour le moins, délicats à appréhender de façon adéquate sans le secours d’une authentique Tradition. Et encore cette dernière oblige-t-elle à un discernement appuyé (nous venons de le voir).

Les notions d’ésotérisme et d’occultisme ont certaines similitudes (surtout au niveau de l’imaginaire commun) : elles méritent par contre une analyse judicieuse…

La nature essentielle de l’ésotérisme est d’insister sur l’étude d’un sens caché, voilé ou symbolique au sein de certains Principes ou religions dites révélées. Pour simplifier, on pourrait dire qu’il s’agit d’un mouvement « méditatif » ou intérieur…[24] La démarche, cependant, est en grande partie axée sur une intense intellectualisation spéculative.

L’occultisme, quant à lui, dès lors qu’il s’appuie sur des notions positives (ce qui n’est pas toujours le cas) peut se résumer à une approche résolument mystique. L’objectif étant d’unir le chercheur avec l’Objet de sa Quête (c’est-à-dire l’Esprit divin en soi)…

A ce titre, les sciences occultes cernent spécifiquement (et généralement) des horizons opératifs[25] dont l’objectif n’est rien moins que la Transfiguration de la nature humaine.

Ces deux expressions, comme toutes choses (nous le vîmes) peuvent cependant être déformées, déviées, détournées de leur signification et objectifs constructifs. C’est dans ce cadre qu’il faut admettre, avec lucidité, que la densité qui est la nôtre, lésée par divers plans, idéologies, agendas, sans oublier la conjoncture particulière de la condition humaine ou, par voie de conséquence, l’extrême ignorance des Règles bénéfiques, demande une impulsion personnelle majeure afin de louvoyer entre les différentes configurations placées devant l’entendement !

Sachant cela, personne ne doit donc blâmer qui que ce soit ayant « quelques » difficultés pour s’extirper des multiples tentations, ruses et séductions parsemées tout au long de l’existence… Il faut au contraire, d’abord se remémorer nos propres balbutiements et, surtout, se féliciter que ces dangers se visibilisent, progressivement, à mesure de notre saine implication !

Avoir conscience de sa Conscience nécessite de se « frotter » à ce qui nous nuit mais, en fonction des diverses victoires obtenues par une âme éprise de Justice, ce n’est qu’ainsi que la Lumière luit de manière croissante dans les Ténèbres… Au bénéfice de l’Humanité toute entière.

(Extrait du livre « Sceau du Coeur et Sentier magique: Par la Beauté vers l’Essence« ).
Thot Théurge

[1] Intérieure, élémentale, ainsi qu’un agencement très pointu des conditions extérieures favorisant le rapprochement avec l’entité CHOISIE.

[2] Tout autant qu’il s’est évertué à purifier son être d’une manière efficace.

[3] L’ère de technicité qui est la nôtre l’y oblige. On atteint là des sommets au niveau du bluff et du mensonge…

[4] Pensons aux « démons de l’air » dont parle l’apôtre Paul.

[5] C’est surtout le cas à l’heure actuelle.

[6] Sceau de l’Entité, couleurs des vêtements, charge de la pièce avec l’Élément lié à l’être évoqué, fumigations d’encens spécifiques, purification et préparation antérieures.

[7] Mais, dans ce dernier cas, il sait aussi ce que signifie intervenir dans le karma d’autrui…

[8] De connaissance, de vitalité, de Foi, de zèle non prosélyte, de partage.

[9] Toujours bien sûr selon des méthodes extra-sensorielles : c’est-à-dire, dans ce cas, spécifiquement psychiques (liées à l’astral).

[10] C’est de surcroît une des raisons qui nécessita, depuis lors, la dissimulation, plus ou moins concrète, du Savoir sous un angle opératif.

[11] Liée à la Réalisation et donc également à l’Art opératif bien compris.

[12] Celle-ci se trouvant dans une progressive Union avec la Divine Flamme résidant en notre sein…

[13] Mais correspondant au genre humain dans sa totalité !

[14] Ordres, Mouvements, Cénacles, Fraternités, Religions, Philosophies.

[15] Le « comment » fut précisé dans les chapitres antérieurs.

[16] Petit exemple dont toutes les religions firent la triste expérience…

[17] Déification.

[18] Depuis toujours d’ailleurs…

[19] Dangereuse attitude si elle n’est pas soutenue par le Savoir…

[20] Ressemblant à celui du spiritisme.

[21] AU TRAVERS D’UN PÉRIPLE PERSONNEL ÉLEVÉ.

[22] Ce qui modifiera également les circonstances négatives ressenties.

[23] Comme celles qui touchent à nos corps.

[24] Obligeant, en conséquence, à un appréhension et une compréhension au-delà des formes premières.

[25] Énergétiques, Cérémoniels, structurels.

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Religions, spiritualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.