De la Prière

D’aucuns se posent quelquefois des questions sur la prière : ne voulant pas trop demander et désirant tout au plus remercier (ce qui est noble) ! Toutefois, il apparaît que certains ne savent à qui exactement s’adresser, ni comment…

A mesure que se concrétise l’Evolution spirituelle, ces questionnements disparaîtront néanmoins ou, plus exactement, leur portée deviendra secondaire : car un Coeur qui s’embellit suivra toujours avec justesse ses intuitions et se tournera vers l’Objet de sa dévotion sans hésiter. Au plus se cristallisera l’Harmonie des Éléments en soi, et au plus la supplique intérieure englobera toute représentation personnelle du Bien dans sa bénédiction et son action de grâce !

Peu importe donc que l’on se focalise sur L’Esprit-Un, la Providence, la Mère Divine, la Flamme Éternelle (etc) : ce n’est là qu’une prérogative exclusive. L’important est que cela soit réalisé avec densité. Quant à savoir quelle prière-type il convient d’exécuter, là aussi il n’est question que de choix individuel : selon notre mouvement interne et nos vibrations. Ceux-ci variant au degré, j’insiste, de notre Édification progressive et particulière.

En conséquence, quelques-uns se trouveront en adéquation avec de simples psaumes religieux, d’autres avec des litanies issues de Loges ou Mouvements initiatiques distincts, alors que certains seront fortement attirés par la Grande Invocation. Peu importe. Tout ceci n’a guère d’importance, parce que la prière exécutée intérieurement n’est qu’une partie (bien que non négligeable) de la Pleine Prière !

En effet, la Prière Complète appelle notre entière potentialité ainsi que notre collaboration absolue ! Le mouvement intérieur de sollicitation doit coïncider avec un engagement de notre volonté (fut-il mineur, chancelant et délicat) nous portant à l’Union et au partage ! La Prière Totale prend en compte notre nature, notre structure, ainsi que leur participation à l’Oeuvre ascendante et vivifiante…

Donc, comment mieux rendre grâce et démontrer ce qu’est la vraie Prière qu’en offrant au Monde la Beauté de notre Etre véritable et éternel ? L’Incantation la plus sainte n’est pas seulement intime (ce n’est là qu’une face) mais c’est également le rapport qu’entretiennent en notre sein les Éléments harmonisés : c’est le témoignage, visible pour tous nos frères et soeurs, de la Sainte Émancipation qui est la nôtre ainsi que l’éloignement graduel des mirages et de la périphérie.

La Prière n’est pas uniquement un événement généré à partir de notre sein, mais tout autant une attestation extérieure. Car comment être davantage reconnaissant qu’en acceptant d’unir notre liberté au Feu qui fait Sa demeure en nous ? Comment mieux remercier qu’en dépassant l’Image pour atteindre la Ressemblance : devenant Un avec l’Objet de notre Quête et visibilisant Celui-ci ?

Quiconque lutte pour se parfaire et se réaliser manifeste, avec progressivité, Dieu sur cette Sphère ! Il peut (et doit) certes toujours prier intérieurement et s’unir mentalement à l’Esprit auquel il se confond petit à petit mais, en se donnant également les moyens de modifier en profondeur son être jusqu’à l’Illumination et la Transfiguration, il devient par là-même (et en lui-même) une Prière vivante

Lorsque Franz bardon fait mention de l’extase spirituelle nous sommes toujours au coeur du sujet, car non seulement cet exercice permet de prendre conscience de son corps (attitude mystico-passive) mais autorise, à terme (plus tard), une enjambée vers les Attributs Divins « en dehors de soi » (attitude magico-active)… Parcours qui, s’il se poursuit avec constance autorisera toutefois une Union de plus en plus intense et concrète au point que l’Unisson soit si sensible que disparaisse finalement la notion de séparativité: sujet et Objet étant Un…

Mais même avant l’atteinte de cet état d’Harmonie, certains peuvent quelquefois éprouver une merveilleuse sidération jaillissant au plus profond d’eux : un « anéantissement » faisant déjà saisir très suavement que nous sommes réelle partie du grand Tout… Les actes d’amour (et donc de partage) nous permettent, dès ici-bas, de ressentir parfois de délicieux émois ! Ce qui n’est que logique : plus on donne et plus on reçoit ! Plus on SE donne et plus l’on se centre… Ce rythme de compassion pouvant occasionnellement déboucher sur une délicatesse intime que ne sauraient réellement expliquer ceux qui la perçoivent.

Si le Sentier, comme l’expliquait sans cesse l’initié, est Voie Mystique, il ne peut donc en être autrement des moyens permettant de le fouler ! La Prière s’insère dès lors pareillement dans ce cadre opératif : pour autant qu’elle soit, comme expliqué, complète, totale, aimante, partageuse et altruiste. Les Rituels cérémoniels offerts pour autrui entrent également dans ce domaine où l’Amour se le dispute au Devoir et à l’Honneur du Service.

Prier est en conséquence davantage que psalmodier telle ou telle litanie, c’est aussi et surtout acter un désir de Cohésion (au départ) et une réelle mais croissante Union (en finalité) ayant comme objectif la Progression de TOUS les hommes ! Ceci transparaît d’ailleurs visiblement dans La Grande Invocation car, comme l’écrivait Alexandre Moryason, l’ordre qui préside à cette Invocation a un sens : il obéit au processus de maîtrise par un être de sa personnalité…

– C’est d’abord par « la Lumière« , c’est à dire par l’Intelligence qui reconnaît la nécessité de changer et d’évoluer en conscience vers l’Esprit, que s’amorce la Voie rapide de l’Ascension spirituelle : on comprend quelle est la situation de l’être humain dans l’ensemble de l’évolution planétaire (si ce n’est systémique) et on agit mentalement pour calmer les passions et soumettre le corps psychique à des exigences spirituelles. Nous avons donc l’Invocation de la Lumière (Intelligence Divine) de la 1ère strophe pour que Celle-ci agisse sur notre propre Intelligence et nous ouvre à une compréhension plus transcendante de la Vie.

– Ensuite (ou simultanément) c’est par « l’Amour » envers tous les êtres que non seulement se poursuit de manière efficace et rapide la transmutation de notre structure humaine (personnalité dense) mais que se développe la capacité de Connaissance intuitive des Vérités Métaphysiques les plus abstraites, sans oublier la faculté de se sentir de plus en plus conscient du Vaste Univers. Nous avons donc l’Invocation de l’Amour de la 2ème strophe pour que Celui-ci agisse sur notre propre capacité d’aimer et nous ouvre à une conscience plus transcendante de la Vie.

– Puis, c’est par « la Volonté Divine« , Qui est Puissance ou Pouvoir, que s’acquiert l’immersion dans le Plan Divin ou But de la Création. Nous avons donc l’Invocation de la Volonté Divine de la 3ème strophe pour que Celle-ci agisse sur notre propre capacité de volition et nous ouvre à une action authentique (d’origine spirituelle) sur la Vie.

– Enfin, c’est par la Création elle-même, c’est à dire, en ce qui nous concerne, l’ensemble des êtres humains vivant sur Terre et par leur personnalité dense ( notre corps physique, notre psychisme et notre intellect), unie et soumise à ces Principes Supérieurs (Volonté-Amour-Intelligence, agissant sur cette personnalité) que le « mal » peut être éliminé de la Terre. Nous avons donc l’Invocation de la Force que représente l’Humanité consciente et de bonne volonté de la 4ème strophe pour que l’ Action humaine, puissante, Intelligente et imprégnée d’Amour éradique le mal planétaire et sauve ainsi la Vie.

– Car – et c’est l’exhortation finale de cette invocation – c’est seulement l’action de ces Trois Principes Universels (Volonté – Amour – Intelligence), œuvrant VIA l’Humanité, que le Plan Divin (l’accès à la « vraie Vie » de tous et la fin de la souffrance, quelles que soient la race, le sexe, les croyances religieuses) s’instaurera enfin sur Terre.

LA GRANDE INVOCATION
———————————

 » Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu Que la Lumière afflue dans la pensée des hommes, Que la Lumière descende sur Terre.

Du point d’Amour dans le Cœur de Dieu Que l’Amour afflue dans le cœur des hommes, Puisse le Christ revenir sur Terre.

Du centre où la Volonté de Dieu est connue, Que le dessein guide le faible vouloir des hommes, Le dessein que les Maîtres connaissent et servent.

Du centre que nous appelons la race des hommes, Que le Plan d’Amour et de Lumière s’épanouisse, Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.

Que Lumière, Amour et Puissance restaurent le Plan sur Terre « 

Thot Théurge
http://www.theurgie.com

Ce contenu a été publié dans Hermétisme, métaphysique, Techniques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *